VDV#52: Faisez pas les Zouaves!

Vendredi, c’est poisson! Au Kamshatka.

*oui, je sais.

Vendredi du vin moins trois semaines et demi: je prends connaissance du thème, je soupire. Je râle, même. Il y a ce fond masochiste chez moi qui ne supporte pourtant pas les contraintes et les choses imposées qui veut y aller quand même. Saleté.

Je l’aime pas ce thème, je le sens pas, il m’énerve. La coopération? Ha mais non, j’ai pas d’idées, j’y arriverai pas. Et puis moi les trucs à plusieurs, c’est pas mon truc.

nain

J’ai pas sale caractère, mais si tout le monde se rangeait à mon avis, ça irait beaucoup mieux.

Vendredi du vin moins trois semaines: je déclare forfait au président du mois qui me renvoie dans les cordes et au boulot (tortionnaire). Faut que j’écrive quelque chose, que je trouve une quille, au moins une. Ou un angle pour ce fichu rédigé. Quelque chose de poétique. Ou de drôle. Ou juste écrit, déjà ce serait bien ça. Conceptuel, et tout.

Vendredi du moins moins quinze jours: toujours R.A.S. Pas le moindre petit bout de début d’idée, c’est la bérézina, je songe à m’enfuir le jour J sous une fausse identité et à fermer le blog en douce histoire de ne pas subir l’infamie de la page blanche. Bah oui, moi qui blablate allégrement sur tous les sujets, des plus futiles aux plus sérieux, là j’ai rien à dire. Rien à pondre, rien à croquer, et surtout  nada à goûter.

Non mais quelle idée hein, d’aller chercher un thème pareil? Je suis sûre qu’il s’y est mis à plusieurs, le président.

Creusage de ciboulot versus ma légendaire mauvaise foi: pas photo, je trouve pas.

Vendredi du vin moins une semaine: Toutes les quilles qui me tombent entre les mains se révèlent être l’œuvre de vignerons solitaires (et nul ne les oblige à se taire, lalala). Ils forment parfois des duos officiels, mais est-ce que ça compte? Je crois bien que non.

Arf.

Après avoir bien réfléchi, regard vers l’horizon et main sur la hanche,  j’envisage l’exil au Kamshatka (très joli en cette saison).

Vendredi du vin moins deux jours: je prends les choses en main et je me tricote des moufles.

Rapport au Kamshatka, très joli mais un peu frisquet donc.  Sur ma gauche, une cloche sonne sonne résonne:

- J’ai une idée, attention elle est con.

- Je t’écoute, mais dépêche, faut que je finisse le pouce gauche, c’est hardos, une maille envers une endroit deux envers.

- Bah, tu prends un pessac-léognan.

- Pardon d’être aussi triviale, mais … HEIN?

- Quoi? C’est de la coopération ça !
C’est pessac ET léognan, non?

- (…)

- Je voulais être utile, moi.

- On va faire un truc,  sois juste beau et démêle moi la laine, s’il-te-plait.  Voilà, chut maintenant.

On n’est pas aidés, je vous jure.

Brainstorming intense: j’ai bien des vins de la coop d’Estezargues. Ils bossent plutôt pas mal, en général.

Ha non, j’en ai plus.

Une boutanche Hours père et fille? Ça peut, mais j’ai pas envie de goûter un blanc. Ni sec, ni sucre.

Y a bien cet espagnol fait à trois, mais il est dans l’autre cave, à 15 kilomètres, y a du verglas et il fait froid et puis c’est  trop court pour  ce soir.

Je finis par dégotter une quille, que j’ouvre illico: le temps presse, si je veux avoir le temps de ne pas écrire mon billet à l’arrache faut que je me bouge. Un chianti à deux papas que tout oppose qui se sont bien trouvés.

Deux écoles s’affrontent, les trad’s et les modernes. Les trad’s défendent la fraicheur et le fruit quitte à faire des vins creux et acides, les modernes de la thermo et du bois pour faire des vins colorés et sucrés très « US ». Nous avons voulu avec Christophe Pippo défendre une voie médiane, afin de préserver l’essence même du chianti fraicheur et fruité, en apportant juste ce qu’il faut de modernité. Un chianti moderne sans les travers de la technologie, accompagner plutôt que dominer, comprendre plutôt qu’imposer.

Pippo  Carrel 10

Ça, c’est la fiche technique, ça vous pose son pinard, hein? Et il dit quoi, le petiot? Au nez, fringant c’est sûr. Est-ce qu’on le ficherait en Italie? Probablement pas. C’est bien propret de son dehors, c’est bien clean de son dedans, aussi… Est-ce que ça m’évoque le soleil, les olives, les vespa et des gens qui gesticulent les bras en l’air ? Non.  En même temps, ça change de certains chiantis surabondants, sur-mûris ou carrément imbuvables. C’est bon, ça se boit très bien même si à mon avis ça manque un poil de ritalité.

On n’est pas rendus. Le Kamshtaka me tend toujours les bras, je démarre un bonnet assorti aux moufles (on est coquette, ou on ne l’est pas).

Tic tac, tic tac.

Vendredi du vin moins 24 h: je commence à rédiger mon billet, essentiellement pour raconter que je n’ai rien à dire. Brillant (ahem). Je songe au fait que si le Kamshtaka voulait accroitre son potentiel touristique, il ferait bien de prendre un nom plus facile à écrire.

Vendredi du vin moins 12h: désespérée, je songe à dégoupiller le pessac-léognan et à m’en remettre au bailli (le haut, haha) quand soudain ILLUMINATION ! J’en connais un vin de fous, de zouaves qui ne s’en laissent pas conter, de mecs barrés qui font bon et associatif. Mais oui! Et il est belge, en plus.

Le clos des Zouaves, à Thuin.

Il est élaboré à base de régent, cépage obtenu d’un croisement entre diana et chambourcin, présent dans quelques domaines wallons (dont Villers-la-Vigne où il est vinifié en carbonique)  il donne des vins fruités, peu tanniques, et relativement souples.  Mille pieds chouchoutés dans un clos: autant dire qu’on fait ici dans le vignoble de poupées. Comment il est né? Facile, un projet un peu dingo né de la volonté de réhabiliter les jardins suspendus de Thuin, un distillateur qui se verrait bien aussi faire du pinard (Christophe Mulatin, distillerie de Biercée) en chef d’orchestre, de la bonne volonté, un peu de sous et paf!

Au fil du temps, l’idée d’associer aussi et d’impliquer les habitants de Thuin, puis de donner une vocation sociale au vignoble par la remise au travail de personnes ayant "décroché" pour de multiples raisons chemine. Même si 2012 sera sans doute éminemment casse-gueule. Mais bon, quand on a déjà pour projet de faire un bon pinard en Belgique, c’est pas une année compliquée qui arrête.

Et j’en ai encore une -sauvée des eaux- à la maison!

zouavesJe l’avais oubliée celle-là. Au nez, j’y trouve un peu de viande fumée (réduction qui disparait avec un peu d’oxygène), puis le fruit noir qui se ramène. Une cerise pointue, frivole, qui chatouille. La bouche pinote, c’est étonnant. Joli duel entre fruit et fumée, pour être au final danseur de tango, sûr de son fait et de son pas. Tendu. Fin.

Pfiou, je la tiens ma quille de coopérants, un vin surréaliste fait à plusieurs. Imaginez les mecs, là, dans les jardins suspendus, vignes enherbées, quelques rosiers de ci de là, qui suent ho, allez quoi? Trois-quart d’heure, une heure maxi pour vendanger, parce que c’est tout petit et qu’ils sont nombreux. Imaginez-les avant, tailler, palisser, amender… Imaginez les rire, tout là haut, bien à l’abri derrière les murs épais du clos. Imaginez-les trembler quand il pleut trop, ou quand il grêle. Imaginez-les. Des zouaves.

La bouteille se finit, tout doucement. Dans un sourire fantomatique, un peu comme le chat du Cheshire.

Chouette moment.

- T’aurais peut-être du ouvrir le pessac-léognan aussi, non Sand?

- T’as pas la vaisselle à terminer toi?

Dis-je en finissant mon verre et ce billet.

Vendredi du vin ça y est on y est je suis à la bourre: je corrige l’orthographe, améliore une tournure ou l’autre. Publie. Et surtout, m’interroge, main sur la valise au cas où…

Défi relevé, président?

3 réflexions sur “VDV#52: Faisez pas les Zouaves!

  1. Tu veux qu’on t’envoie des quilles pour donner matière à ton propos ? je serais super curieux d’avoir un avis sur les vins qui m’enivrent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s