Dans quel état verre *

*les jeux de mots ne s’arrangent pas non

Aujourd’hui, on ne va pas parler de pinard, parce que ça va BIEN DEUX SECONDES hein, les pochtrons !

Non.

Pas tout à fait.

Mais je vais te parler d’un truc que je considère comme tout aussi important que de bien choisir une bouteille.

Choisir son verre. SON arme, son couteau-suiffe des dégustations, son fidèle compagnon, son Vendredi, son Essentiel.

Rien de moins.

La plupart des gens pensent que le verre n’a pas grande importance dans la façon dont tu goûtes du vin. Laisse moi te dire que la plupart des gens sont des cons : ce n’est pas ton cas, puisque tu prends la peine de lire ce que je bafouille, MAIS jette un œil à gauche, à droite, voilà. Eux, ils ne savent pas. Mais toi, TOI, tu vas comprendre.

Déjà, on va faire le tour des armoires. Si tu as des verres BALLONS, comme ça : tu jettes.

Des verres à ALSACE avec le pied vert, mon dieu, tu balances ça, vite fait.

Des verres dans lesquels pourraient survivre trois poissons rouges au bas mot, ça dégage.

Des verres colorés, gravés, fantaisies, avec des incrustations, poubelle !

Tout ça, c’est merdique. Tu ne peux pas goûter un vin dans ses conditions là. T’aimes manger de la bonne cuisine dans une assiette en carton avec des couverts en plastiques, toi? Non, bien sûr.

Donc, déjà, simple question de respect, tu choisis un bon verre. De bonne qualité.

Dit comme ça, ça parait simple. Sauf que non en fait. Il y a des paramètres dont tu dois tenir compte, certains qui relèvent de la logique, et d’autres de ton ressenti/ ton adaptabilité. Mais on va tout prendre point par point, tu vas voir :

  • un bon verre doit être transparent. Logique. Comment tu veux mater la couleur d’un pinard dans un verre mauve, ou vert, ou que sais-je? Même si la couleur apporte peu d’informations réelles quand au vin (une couleur, ça se trafique toujours un peu, c’est comme une femme avec son make up, t’as une idée globale de son âge mais t’es pas à 100% sûr) elle est un facteur de PLAISIR important. Je sais pas toi, mais moi quand je vois un vin bien brillant, ça me file envie d’y goûter. Ça vaut pour TOUT le verre, pied compris. Parce qu’un pied coloré, comme c’est le cas pour les verres type Alsace, ça trompe sur la couleur en envoyant de foutus reflets dans la robe du vin.
  • il doit avoir un pied, donc une jambe. Parce que tu dois le prendre par là (pour prendre son pied, toujours tenir un verre par sa jambe). Si tu tiens un verre par le calice – je t’étriperai, toi, et toutes les générations que t’as engendrées- tu réchauffes le vin. Sachant qu’un vin, rien qu’en le VERSANT dans le verre prend facile 1 à 2 degrés, si en plus tu joues les réchaud avec tes grosses pattes, prends direct un bâton de cannelle et une tranche d’orange et on gagnera du temps, t’auras du vin chô ( hérétique). Sa jambe doit pas être trop courte (sinon ben forcément ça déborde tous tes doigts), ni trop longue (sinon c’est plus fragile, quoique bon, ça je peux laisser à ton appréciation, et lâcher un peu des lest. Des fois).
  • Il doit être en forme de tulipe,  avoir un peu d’espace pour s’exprimer et offrir son disque (aka la surface de pinard) à l’oxygène, mais pour éviter de perdre tous les arômes que ce frotti frotta moléculaire entre précurseurs d’arômes et oxygène fait naitre, il doit les emprisonner. Comme ça.

ou même comme ça. Bon, c’est plus trop trop une tulipe mais ça marche assez bien, qui plus est tu as une sorte de pense-bête pour ne pas servir de trop grandes quantités de vins, tu t’arrêtes à la cassure. Astuce.

  • il ne doit pas être trop petit (rapport aux frotti-frotta, ceux qui ont déjà tenté de faire des galipettes dans une Mini Cooper savent, l’amour comme le vin ont besoin d’un peu de place, tudieu) mais pas trop grand non plus. Un, c’est ridicule d’avoir un verre qui a le même diamètre que ton visage quand tu bois ; deux, tu finis FORCEMENT par en foutre partout ; trois, si tu veux oxygéner tu mets ton pinard dans une carafe, that’s all. Je sais qu’au resto on a tendance à te servir les “grands” vins dans des verres de plus en plus démesurés. C’est des conneries, du show, du snobisme, de l’élitisme à deux balles. Si on te sert dans des AQUARIUMS, c’est un crime. Ces gens ne savent pas.
  • il ne doit pas être trop épais : alors là, on peut nuancer. C’est à chacun de trouver sa sensation; moi, je sais que trop fin ça me perturbe, j’ai peur parce que je suis maladroite de le casser, ça fait des warnings dans mon cerveau, une horreur. Je dirais que la bonne épaisseur, c’est quand tu la sens pas.
  • Verre, verre? Cristal? Mélange des deux? j’ai un faible pour le Kwarx, qui offre l’avantage de la résistance du verre, et la finesse du cristal. Quasi inusable, quasi incassable, vu le prix d’un bon verre à dégustation j’ai tendance à penser que c’est une excellente affaire.

Aussi, faisons un point sur les verres à dégustations pros, soit disant. Si tu pénètres dans un magasin spécialisé, on va te présenter toute une série de verres. Verres à vins rouges jeunes, verres à vins rouges vieux, verres à rosés, verres à vins blancs blancs secs, etc.

Dégaine ton plus beau sourire carnassier et fermement dit : NO WAY au vendeur. Bon, il risque de pas trop trop aimer, mais en réalité, c’est plutôt complètement superflu. Tu as besoin d’un et UN SEUL type de verre. Vraiment. Si tu le choisis bien, et normalement tu devrais, c’est suffisant. Le reste c’est du merchandising.

Éventuellement tu peux aussi acheter une bonne carafe, rapport aux vins jeunes qui ont besoin de plus d’oxygène, mais ne rentre pas dans le piège d’acheter un verre par type de vins. Useless.

Point verre terminé.

Tu dubites, je le sais.

On va faire un truc. Prends un verre à moutarde, un verre ballon et un verre qui correspond aux critères que je t’ai énuméré.

Prends une bouteille de pinard. Du bon, déconne pas.

Verse le pinard dans chacun des verres. Goûte. Tu fermes les yeux, attentif, et tout.

Concentre toi.

Voilà. IL GOUTE PAS PAREIL, TON PINARD.

Tu sens ? C’est sensible, je te l’accorde. Mais il y a VRAIMENT une différence.

Maintenant, sur ma vie, si jamais tu oses utiliser les mauvais verres, si tu sors des gobelets en plastic parce que heu c’est pic-nic, je finirais par le savoir et je te traquerai sans relâche.

Parce que le vigneron s’est pas cassé le cul toute l’année à la vigne et à la cave pour que tu ruines ses efforts dans un duralex. Merde.

Publicités