L’amour est dans l’Pré en bulle (3) *

*jamais deux sans trois.

Le problème du Champagne, c’est qu’on n’en boit jamais assez. Comme il n’y a jamais trop de Béchamel dans une lasagne, il n’y a jamais trop de champagne dans une vie.

Bon, c’est vrai que la raison première en est que c’est plus onéreux que les vins classiques, sauf que ça vaut aussi pour les autres effervescents genre crémant. Et que c’est triste.

Parce que les trois quart du temps, la bulle est cantonnée à l’apéro. Et cantonner, c’est pas riant (un jeu de mot pour riz se dissimule à grand peine, pourras-tu le retrouver ?).

Donc, disais-je, c’est assez tristoune de garder les bulles pour l’apéro, ou pour les douze coups de minuit, après s’être enfilé la bûche (ou avant, tu fais bien comme tu veux, cela ne nous regarde pas).

Parce que selon les types de Champagne, il y a moyen d’être BEAUCOUP plus créatifs que ça.

Tu t’es dégotté un beau blanc de blanc, nature, pas dosé ou presque ? Félicitations ! Tu vas pouvoir tester une infinité de trucs avec : des poissons, crus ou grillés, sans sauces trop lourdes. Juste de beaux produits, frais qui vont s’acoquiner ensemble. Même que les fruits de mers aussi, ils vont le plébisciter ton chardonnay. Ils vont apporter toute leur iode à la bulle, ça va claquer dans ta bouche et mettre un coup de fouet.

S’il est un poil dosé, tu peux aller vers le veau (l’animal, hein). Moi, j’adore le vitello tonnato (Flo, ceci est une bouteille à la mer). Mais ne nous limitons pas : le tout, c’est de garder à l’esprit qu’un Chardonnay, c’est un vin aérien, il ne faut donc pas le plomber avec des préparations trop grasses.

Les pinot noirs, ceux qui ne sont pas élevés en barrique et qui conservent beaucoup de fruit et de légèreté font merveille sur les entrées de viande crue comme les carpaccio, ils sont aussi à l’aise sur les préparations à base de tomate.

Un peu dosés mais toujours sans bois, ils font la fête à tout ce qui est préparation grasses, et riches (le gras, c’est la vie) : foie gras chaud (le froid s’accommode assez mal de la bulle, c’est un fait, c’est chimique), ris de veau à la crème, etc…Tu vois l’idée. Surtout si il y a des champignons dans la préparation, petite tuerie en perspective.

Les pinot noirs les plus structurés, et boisés sont sans complexes face aux viandes : une belle côte à l’os grillée, sauce poivre et un magnifique pinot noir… Le rêve. Et la TRUFFE OH OUI LA TRUFFE (pardon, beaucoup d’amour chez moi pour cet accord).

Les meuniers se prêtent à pas mal d’extravagances, parce qu’ils sont assez ronds : les poissons en sauces, et les volailles se sentent pousser des ailes (haha).

Sur les desserts, les rosés sur des préparations à base de fruits rouges, mais aussi un tranchant chardonnay avec de la rhubarbe, …

Et last but not least, quelque chose qu’à priori on n’oserait pas mais pour avoir testé, et plusieurs fois ça MARCHE : le champagne ET le fromage.

Me prends pas pour une dingue, essaie.

  • Les pâtes pressées : cuites ou non, les pinot noir sont très à l’aise avec elles. Il faut juste penser à les prendre suffisamment vifs pour ne pas avoir la bouche pâteuse, mais pas trop pour ne pas provoquer une sorte de “cassure” entre le gras du fromage et l’acidité du vin.
  • Les pâtes molles : les chardonnays règnent sur ces fromages là. Un peu dosés, ils exacerbent surtout sur les croutes fleuries la douceur du fromage.
  • Les pâtes fraîches : oui, on peut boire du champagne avec de la mozzarella. Essaie un peu du rosé gourmand et sans bois, pour voir. Sur les chèvres, c’est plus ardu, mais le chardonnay est souvent le meilleur choix.
  • Les pâtes à moisissures internes: pinot noir, bien vineux, voire les cuvées rares de champagnes doux. Des curiosités qu’il faut découvrir, avec les bleus, ça donne un goût de paradis.

Moi, tu me donnes un grand comté 18 mois et un RD de chez Bollinger, je suis la femme la plus heureuse du monde.

Tu vois, on n’est pas compliquées, au fond.

Ou c’est juste moi ?

Publicités