Le féminisme est-il soluble dans le pinard ? *

crédit ici

* merci @ouimenon pour la suggestion de titre

Quand s’est posé la question de choisir une nouvelle interface, et donc un nouveau design pour la PinardotheK, j’ai eu du mal à trouver ce que je voulais immédiatement mais je savais ce que je ne voulais pas.

Pas de rose, pas de paillette, pas d’éléments connotés féminins. Pas de mademoiselle, pas de mise en avant particulière, un nom de blog qui aurait tout aussi bien pu être choisi par un mec.

Parce que plus important que mon appartenance à un sexe, c’est surtout mon amour du vin que je veux communiquer.

Il se trouve, merci la génétique, que je suis une nana. Très bien. Mais je fais le choix de ne pas le mettre en avant plus que ça. Pourquoi ? Parce que la ghettoïsation, c’est pas mon truc. Parce qu’on a déjà bien assez à combattre comme idées reçues sur les Nanas et le Pinard que pour s’auto-enfermer.
Quand je vois ce genre d’images

ou celle-la,

( lire cet article )

d’une ça ne me fait pas rire, de deux ça me fait honte.

D’être assimilée à des poulettes glougloutantes et superficielles, pour qui l’esthétique d’un BIB prime sur le goût que peut avoir le pinard.

– et si ça amenait des consommatrices vers le vin au final ?

Non. Trois fois non. Par pitié. On n’amène pas les gens au vin, qui est avant tout un produit de goût, avec du marketing genré, et segmentant. On n’a pas besoin de ridiculiser les femmes en leur présentant la consommation de vin comme un truc girly, ou fashion. Non, ce n’est pas de l’humour de s’entre-appeller dindes  ou pintades ou tout autre volatile. On peut ironiser, évidemment, je suis la première à le défendre. Mais se mettre soi-même en position d’infériorité, sérieusement les meufs ? Aussi curieux que ça puisse paraître, nous sommes tout à fait capables d’apprécier un pinard même s’il est contenu dans un flacon très moche.

Hé ouais.

Le marketing ne peut pas servir d’excuse à un manque de connaissance. On ne palliera jamais rien par des produits caricaturaux. Le vin quoiqu’on puisse en penser, n’a pas tant besoin de contextualisation que ça.  En tous cas, pour les vins simplement bons. Bien sûr que la dégustation s’enrichit des histoires, du patrimoine, des connaissances qu’on accumule à force de dégustations, mais on peut apprécier un bon pinard sans pour autant connaître tous les détails techniques d’une vinification. Bien conseillé, par un(e) caviste qui aime son métier, c’est l’essentiel.

On ne peut pas continuer à communiquer de cette façon là, de même qu’on n’apprendra jamais à un enfant le vrai goût des légumes en lui faisant bouffer uniquement des petits pots industriels.

Une femme n’est pas moins bien armée pour goûter du pinard qu’un mec. Elle est juste – parfois- plus inhibée parce qu’on lui serine qu’elle doit aimer un certain type de vin ( de préférence rose, et sucré ) comme on lui fout des barbies dans les mains à cinq ans et rarement un atelier de garagiste. Sauf que la même nana, si tu lui laisses le choix, et que tu lui laisses goûter, au final elle préférera peut être une syrah éminemment couillue, le type de vin viril par excellence. A contrario, les mecs qui boivent des rosés bourrés de sucre sont-ils moins des mecs que les autres ?

Quand on prend le temps de réfléchir à ça, deux secondes, ça secoue hein ?

Le goût, c’est d’abord une sensibilité particulière et propre à chacun. J’ai une préférence nette pour l’amer, et l’acide, et une sainte horreur du sucre ( pourtant, je vous assure que je n’ai pas changé de sexe depuis le début de ce billet ). Mais aussi et surtout une question d’éducation. On apprend aux filles à se réfugier dans le chocolat et les friandises quand elles sont contrariées. Pour les mecs, c’est viande et fromage. Dingue comme c’est déjà là qu’on formate les futurs buveurs de pinard, non ?

Quand je goûte du vin, je le goûte avec mon caractère et mon vécu, mais surtout avec mes papilles pas avec mes ovaires. Je ne goûte pas mieux, ou différemment parce que je suis une femme. Vanter le palais féminin plus sensible me gonfle tout autant d’ailleurs que nous présenter comme des dindes incapables. Non, je ne pense pas que nos palais soient plus affutés.

Je crois seulement qu’en tant que femmes, nous sommes plus conditionnées que les hommes à exprimer nos émotions, nos sentiments. Et que déguster un vin, c’est avant tout oser retranscrire ces sensations. Oser. Tout est là. Nous sommes éduquées comme ça. Nous ne sommes pas intrinsèquement plus douées. Boys don’t cry. Les mecs sont moins encouragés à verbaliser que les nanas, et du coup, ça fausse la donne.

Si on ne présente pas la consommation du vin par les femmes comme un truc de gourdasses qui ont besoin de dessins pour savoir lire une carte ( c’est bien connu, une femme est INCAPABLE de savoir où se situe l’océan si on y tape pas des poissons comme signalétique. Erf ), on en fait l’éloge autant démesuré qu’ imbécile.

J’ai tout autant de mal à entendre louer les qualités de vinifications des femmes, qui seraient plus douces, et plus attentives. Mais par quel putain de truchement  (oui, les filles ça dit des gros mots quand c’est très énervé, aussi ) ? Ça impliquerait donc que les mecs soient d’immondes rustres incapables de finesse et d’élégance ? Foutredieu ! Non, la douceur n’est pas un caractère féminin, pas plus que l’entêtement n’en est un masculin – je suis bien placée pour le savoir.

Les initiatives individuelles ou de groupe, qui mettent en avant et avant tout le reste le côté  » je suis une femme de pinard  » ne nous rendent pas service, au final. Elles nous mettent à part. Toute leur fierté résiderait dans le fait d’être une femme avant tout. Avant d’être vigneronne ?

Si l’on veut être considéré comme compétent dans un métier, la première qualité que l’on doit mettre en avant c’est une aptitude inhérente à ce métier, non ? Pas un critère non déterminant mais plein de clichés, qu’ils soient positifs, ou négatifs.

Les femmes ne font pas de meilleurs ou de moins bons vins que les hommes. Elles ne sont pas meilleures ou plus mauvaises cavistes, ou journalistes.

Par pitié, qu’on arrête sous couvert de discrimination positive, de nous ranger dans une catégorie. Moi, je rêve d’un moment où je ne lirai plus des phrases de style  » seule femme parmi les hommes  » ou  » évoluant dans un métier d’hommes « . Les boulots du pinard ne sont pas des boulots sexués, ce ne sont pas des métiers d’hommes. Faut cesser de dire ça. Je ne me sens pas particulièrement flattée de voir qu’on consacre aux femmes des suppléments Vins  dans la presse, ça me chagrine.

Ce sont des métiers de passionné(e)s, de gens impliqués, et pour ça, le sexe n’a aucune importance.

Santé !

Advertisements

13 réflexions sur “Le féminisme est-il soluble dans le pinard ? *

  1. J’adore ce texte ! C’est bien écrit, plein d’arguments et d’humour aussi…… Mais suis-je d’accord avec toutes les affirmations ???
    Si je suis (bien entendu) d’accord que les filles sont capables d’apprécier un vin même si son étiquette est super moche; pourquoi alors 98% des femmes continuent, dans les sondages, à insister sur un « bel habillage », une « belle étiquette », comme élément primordial du choix de l’achat d’une bouteille de vin !???????

    Pour le métier de vigneron(ne), comme celui de Chef de cuisine ou dans le monde de l’art ou de la mode, qui est capable (à l’aveugle ….ou pour l’Art et la mode sans déjà connaître la réponse) de dire si c’est un homme ou une femme qui à créer le vin, le plat, le tableau, la photo ….etc… Est-ce un créateur – une créatrice ???

    Et pourtant !!!
    Quand on connaît la femme qui est derrière cette cuvée, ce tableau ou cette magnifique assiette, on se prend à se dire que seulement « elle » pouvait réaliser cela !? C’est bizarre quand même !!? 🙂

    Aussi non, c’est vrai que pas mal d’hommes aiment le rosé bourré de sucre (même si beaucoup ne l’admettent pas !!! et préfèrent boire dans le verre de leur compagne – pour goûter !), comme pas mal de femmes aiment mieux une Syrah éminemment couillue ! Mais comme le cigare qu’elles aiment fumer de temps en temps, elles boivent le vin puissant « presqu’en » cachette !!? Pourquoi !?

    Ce soir, pour le fun, nous avons (re) goûté deux Margaux de propriétés voisines, aux mêmes proportions de cépages, aux mêmes dates de vendanges, aux mêmes vinifications et aux mêmes élevages. L’un élaboré par une femme, l’autre par un homme ! Eh bien, celui élaboré par Madame était (nous paraissait) plus doux, plus fin, plus « facile » sans pour autant manquer de caractère !!??
    Alors, je vous le demande : est-ce que la sensibilité, à mon humble avis différente entre hommes et femmes, n’interviendraient pas (même un tout petit peu) dans la création ?
    Je vous le demande !

    • Bonjour,

      En ce qui concerne l’importance que les femmes (soit-disant) accordent à l’apparence deux choses : conditionnement éducatif, et manque de repères. Une femme se fiera à une étiquette jolie parce que petite, on l’aura plus sensibilisée à s’attacher à l’esthétique des choses. Partant de là, il est facile de comprendre que si elle ne connaît pas un vin ou une appellation, elle prendra ce qui est pour elle érigé en critère sélectif, une jolie présentation.

      Je ne crois pas qu’une nature artistique soit forcément sexuée. On ne s’étonne pas que ce soit il/elle, mais un individu unique qui ait créé.
      Là, encore, pour le vin en cachette, ou le cigare, il s’agit de se conformer à une norme éducative et / ou sociétale : une femme ne dit pas de gros mots, ne fume pas, ne porte pas de pantalons ( j’exagère volontairement, mais si la femme a de plus en plus de libertés aujourd’hui il faut quand même bien se rappeler que c’est assez récent ).

      Quant aux différences sur les vins, il est tout à fait possible aussi de trouver l’inverse, des vins vinifiés par des filles très virils, et des vins de mecs très tendres. Ca invalide toute théorie genrée sur le goût des vins 😉

      (Pfiou, tant de sérieux)

  2. Bonjour, je me permets de réagir. J’ai commencé mon métier à 13 ans et demi ( je suis une femme) , cela n’a pas été facile je l’avoue car cela reste un monde matcho malgré un certains changement de mentalité depuis quelques années. Je suis d’accord bien que l’esthétique d’une bouteille n’est pas typiquement féminin , en boutique chez oenovinia ( http://www.oenovinia.com) je vois pas mal d’homme qui ne connaissant pas tel domaine ou tel appellation se fieront au packaging? c’est humain .Quand au gout , à la dégustation elle est propre à chaque individu avec notre vécu et souvent notre enfance ( la tarte que faisait grand-mère, la ceuillette des champignon avec papy …. ) . Il est vrai qu’en dégustation on qualifie les vin comme féminin car il incarne la douceur, le sucré , et souvent une préférence des vins blancs par les femmes. Les vins rouges souvent plus caractériels seront qualifié comme viril …. les femmes n’ont elles pas le droit d’avoir aussi du caractère ? et apprécier les choses un peu plus complexe comme les vins rouges ? bref c’est dans les moeurs et tend a changer !!

  3. Merci !
    Ca fait du bien de lire ce genre d’articles,tant par le contenu que par la forme (ahh votre style me parle et me réjouit ; auriez-vous des accointances avec Desproges ? En tout cas cela pourrait…)
    Je ne connaissais pas du tout ce blog (un RT sur les « savoie du seigneur… ») et hop j’ai tout de suite accroché 🙂
    J’espère vous lire à nouveau bientôt, à défaut de pouvoir trinquer IRL 😉

    Bonne continuation 🙂

  4. C’est assez intéressant comme texte et comme idée. (Comprendre, c’est bien écrit, agréable a lire, et c’est pas débilisant de féminisme a 2 balles). Bref, il faudrait plus de femmes amatrices de pinard 🙂

    J’ai eu ce débat avec plusieurs vignerons en remontant le Médoc il y a quelques mois, en commençant a Margaux (alias « le vin des Dames ») et en terminant a St Estephe. Et forcement, c’est un viticulteur qui nous parlait a Margaux, et une viticultrice qui s’épanchait sur son St Estephe qui dégueulait du tanin jusqu’à t’en assécher le palais. Ça a beaucoup fait rire les filles de notre groupe (sauf qu’elles préféraient le Margaux — cliché, quand tu nous tiens).

    Je repasserai sur ce blog si ca reste aussi interessant tiens !
    (Il faudra dire merci a Flo)

  5. mouais….. mec ou meuf, l’essentiel, c’est que chacun trouve son propre goût, comme le musicien son oreille, ou le peintre sa palette. En ce sens, les femmes sont moins formatées. J’ai commencé ma carrière en échappant à la cave paternelle, puis je me suis demandé, au vu de mes vendanges bordelaises, comment, et par quel miracle, un breuvage fait de façon aussi dégueulasse (dans le temps, y’avait pas d’eau, à part un robinet crachotant, et les poules couchaient dans les barriques – d’où l’utilité primaire de la futaille neuve). Ensuite, littérature vinique, neunologique, et cave encombrée de bouteilles au jus de planche, recommandées par la RVF, Parker et consorts). Et enfin, décision de ne plus acheter une bouteille sans l’avoir préalablement goûtée et rebue. Si à la troisième quille, l’appétence est toujours là, et le mal de crâne absent, bingo, je prends.

    Un sacré chemin de croix, et ça m’a pris trente ans….

    Ma douce, elle, venue de son Allemagne de l’Est natale, à part le Krimsekt, ses connaissances étaient nulles, et la première fois que je lui ai servi un verre de Château Margaux, d’une année médiocre, il faut l’avouer, elle n’a pas eu besoin de lire l’étiquette pour froncer le nez, et me dire que c’était quand même pas le pied. Et c’est vrai, ça le sentait un peu, le pied….

    Evidemment, l’allemand, y se torche au Champagne, mais là, faut ce qui faut, du Selosse ou du Bouchard, sinon rien, sauf un vrai Prosecco.

  6. Pingback: Le vin pour femmes | Marketing Genrage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s