Sans alcool, la fête est plus molle*

*et la molle, ça fait plaisir à personne.

« Par hasard, t’aurais du vin sans alcool? Oui, enfin, je sais ce que tu vas me dire: c’est de la merde ».

Ils commencent à bien me connaître, les bougres ♥

C’est pas le tout d’affirmer ce genre de choses, encore faudrait-il que ce ne soit pas à la légère.

Et parce qu’enceinte, je suis un peu concernée au premier chef.

Tu ne boiras point d’alcool pendant la gestation.

Mais console toi, femelle gravide, tu as droit au vin sans alcool.

Comme si la grossesse c’était pas déjà suffisamment long, dur et pénible comme ça (ne croyez pas les futures mères qui vous disent nager dans un océan de félicité H24, elles sont sous crack) (d’ailleurs ce sont les mêmes qui vous déclareront, énamourées « t’as vu s’il est beau » alors que tout ce que vous voyez c’est une version fripée et naine de Gollum).

Qu’est ce donc au juste que le vin sans alcool?

Contrairement à la croyance populaire, ce n’est pas du jus de raisin.

Sinon, on appellerait ça « jus de raisin » pas vin, et on serait bien Tintin.

On fouille un peu pour voir comment ça fait?

En général, on explique prendre des vins aux belles qualités organoleptiques. Posons nous deux secondes: imagine la gueule du vigneron quand on lui dit:

« Hé grand, je sais que tu t’es cassé le cul à la vigne et au chai un an pour faire un pinard, je vais juste faire Panzer avec, merci »

C’est vrai que déclarer « on prend des vins pas trop chers, pour ce que c’est faire, de toute façon » ça le fait moins. Et puis bon, y en a, vaut peut-être mieux que ça passe en désalcoolisation (haha).

La désalcoolisation proprement dite s’effectue soit par

  • évaporation (sic, chauffé comme quand tu fais une sauce au vin) sous vide  basse température.
  • toujours sous vide, on place du vin au froid. Il va se produire une décantation naturelle (les éléments les plus légers vont remonter, donc l’alcool). Il « suffira » de soutirer en prenant garde à éviter le dessus de la cuve.
  • osmose inverse: un procédé qu’on utilise aussi pour désaler l’eau. Si tu veux t’amuser à lire la fiche wiki, c’est passionnant.

Le vin est tout nu: sans alcool, ou quasi. Contenant beaucoup moins de calories, aussi. Et moins d’arômes mais ça, bon, on s’en fout non? C’est light, c’est safe. Comme c’est un peu Beyrouth quand même, et que faut quand même vendre un truc qui ressemble à du vin: on assemble, on chipote et on essaie de sauver les meubles. Comment?

Pas par magie, mais en ajoutant des arômes, des colorants, du sucre…

Donc, nous sommes bien d’accord. On prend un vin, au départ. Dont on enlève l’alcool. Au delà du fait que ce soit un peu tiré par les cheveux, ne soyons pas naïfs: enlever l’alcool qui fait aussi partie de la structure et de l’équilibre du vin, c’est toucher à son intégrité.

C’est comme les mecs qui font de faux saucissons végé. Perso, je comprends pas le délire. Ou tu bouffes du saucisson, et tu assumes. Ou tu préfères manger végé, dans ce cas, tu prends de supers légumes, et tu les aimes pour ce qu’ils sont. Il ne me viendrait jamais à l’idée de vouloir a contrario donner un goût de carotte à un sifflard. Mais bon, soit.

Le plus LOL?

Quand on essaie de te vendre ça quasi comme un produit santé.

Ce process préserve les polyphénols aux propriétés antioxydantes reconnues, ainsi que les vitamines naturellement présentes dans le vin . De plus, l’extrait de stévia permet de réduire le nombre de calories par verre.

La stévia, plante qui commence à être bien connue pour ses propriétés sucrantes sans les inconvénients du vrai sucre ou de l’aspartame.

Je n’invente rien, hein, tout est vrai.

Comme je ne voudrais pas qu’on m’accuse de mauvaise foi, ou d’être réfractaire à la technique, en un mot d’être un taliban du goût, soyons clairs de suite.

J’en ai goûté. Plusieurs fois. Dont une fois en groupe (tant qu’à faire des choses sales, autant y aller à fond hein).

Et je revois encore la tronche de mes pauvres comparses de dégust’, à qui j’ai fait goûter à l’aveugle, j’ai cru qu’ils ne s’en remettraient jamais.

C’était vraiment pas bon.

Mais vraiment pas du tout.

Alors, comment gère-je ça, moi enceinte jusqu’au bord des dents ?

Ben c’est simple: je ne bois pas.

Oui, je sais, c’est rude.

Mais je préfère savourer un vrai vin, quitte à le cracher ensuite.

Ou m’offrir un bon verre de jus de raisin (d’ailleurs, il y a plein de vignerons qui en font des bons). C’est bourré de sucres, okay, mais c’est plein de vitamines, et puis on n’est pas obligés de s’en enfiler des litres. Quand c’est très très bon, juste un petit peu, ça suffit à jouir dans la bouche. Oui, carrément.

Bon à savoir: un vin désalcoolisé n’est jamais totalement sans alcool: il peut en contenir des quantités minimes (en dessous de 0.5 %).

Et oui, on appelle ça vin sans alcool, c’est une dénomination européenne officielle, on a bien le droit de penser que ça ne mérite pas de s’appeler comme ça.

Dura lex, sed lex. Toute philosophie mise à part.

Tant qu’on est dans la bonne ambiance, je vous signale aussi l’existence du vin halal. Ouais voilà.

Ps: Loin de moi l’idée de promotionner l’alcool à tous prix, notamment avec ce titre.  Je prône évidemment la modération tant que faire se peut, et l’abstinence quand on n’a vraiment pas le choix.

 


Advertisements

5 réflexions sur “Sans alcool, la fête est plus molle*

  1. Je milite 100% pour le crachas en public et en société. Au resto, au bar, partout, crachons en cœur !
    Ce serait tellement mieux d’avoir un petit sceau quand on doit conduire après, qu’on a eu envie de tester 3/4 vins différent … voire au bureau !

  2. salut au lapin buveur (cracheur) . Et bien pas d’accord ! pas d’accord ! JE suis enceinte et tout va bien (5 mois) du deuxième, qui plus est. J’avais déjà testé le vin sans alcool pour le premier, …il y a maintenant 10 ans, mon dieu ! ….et c’était horrible, pas du tout la bonne nouvelle qui était donné sur l’étiquette, direction évier. (je parle du vin, bien sur…) Pour le deuxieme enfant, mon gyneco m’a conseillé de gouter un vin sans alcool qu’il avait gouté au Canada et j’eu la surprise de voir que c’était en Alsace que c’était vendu. Septique, j’ai eu les coordonnées d’un caviste de ce vigneron … Ben, c’était pas mal du tout. enfin, bon, pas du champagne haut de gamme mais très honorable, bon. Partageant même le rosé sans alcool, il y 5/6 jours lorsque qu’il faisait 45° avec des amies, qui ont aprecié. LA, LA je suis d’accord, être enceinte est insupportable a cause de la chaleur. Sinon, tout va bien 🙂
    Salut les cracheurs(es) 😉

  3. Pour avoir goûté, c’est vrai que c’est assez bizarre. Par contre la technique de desalcoolisation influence pas mal le résultats final. Via technique membranaire c’est buvable, sur cépage aromatique, type muscat cela peut passer. Mais bon pas d’illusion cela reste décharné en bouche et sans intérêt.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s