Caisse-outre, caisse-outre, est ce que j’ai une gueule de caisse-outre?*

(L)outre du Québec par François Ferradou.

*sous atmosphère. Hé ouais

Aujourd’hui, une question cruciale qui se pose: Peut-on acheter du vin en BIB (autrement dénommé,  bag in box ou tiens toi bien, CAISSE-OUTRE)?

Caisse-outre te fait marrer? Ben moi aussi. HAHAHAHA.

Oui, je sais: l’été, les réunions familiales, le budget parfois un peu serré, ou la fastidieuse opération d’ouvrir des bouteilles, nombreuses, sous un soleil de plomb goutte de sueur perlant sur le front, en marcel.

Un peu genre Marcello Mastroianni.

Mais là, je m’égare: il n’y a qu’un Marcello.

Marcello-Mastroianni-by-Bert-Stern-for-Vogue-Tumblr_Mjbdjwhpwg1Ri50Lgo1_500

By Bert Stern, for Vogue (rhaaaaa, c’te classe)

Et je veux bien concevoir qu’un homme qui sue n’est pas forcément sexy (sauf Marcello).

Donc, lisez bien ce qui suit: YES, YOU CAN.

Mais attention, pas n’importe comment, mes braves gens.

D’abord, un bag in box, c’est quoi z’au juste?

Une invention américaine, héritée des recherches spatiales menées par la NASA. A l’origine, ce procédé servait à conditionner des liquides industriels, puis on l’a détournée de sa fonction pour y mettre du pinard. Astucieux:

Un carton-outre, ça se décortique comment?

  • Un carton, plus ou moins joli, plus ou moins coloré, plus ou moins de bon goût => ça, on s’en fout.
  • Dedans, une poche en plastique souple. Oui, un peu comme une poche à urine (désolée, première image qui me vient).
  • Munie d’un robinet, qui permet par un truchement astucieux (c’était pas la moitié d’un con, celui qui a inventé le robinet) un système d’ouverture/fermeture => ce qui nous intéresse.

Petit point précision: à ce moment, il est important de parler du cubi. La grosse différence entre le cubi et le carton-outre (BIB) c’est que l’un a une poche rigide, l’autre une poche souple. Quand l’un se rétracte au fur et à mesure que le vin est consommé, l’autre reste stoïque et ferme (ce qui en d’autres circonstances serait un avantage, mais là non. Le vin n’est pas aussi bien protégé de l’oxydation dans un cubi que dans un BIB).

J’ai expliqué, longuement et largement pourquoi la bouteille est le système de conservation et de vieillissement idéal pour les vins.

Sauf que les vins de bag in box ne sont pas destinés à être conservés, ni vieillis.

Donc, l’argumentaire tombe à l’eau.

En général, le vigneron met en caisses-outres des vins destinés à être consommés rapidement, lors de grandes tablées, ce n’est pas un hasard si on en trouve tant en vins rosés. De 2l à 10l, y a de quoi faire. Comme ces vins ne « vieilliront pas » ils ont intérêt à être souples, fruités, autrement dit consommables tout de suite.

Et pourquoi pas?

On ne peut pas toujours boire des vins compliqués, et jeter l’opprobre sur les vins de soif, des pinards agréablement faits, qui coulent et passent tout seuls, à moins d’être un snob de la pire espèce.

« Han, mais du vin en BIB, c’est pas chic, faut préférer du mis en bouteilles à la propriété vieilles vignes vieilli en fût de chêne special réserve du chatelain. »

Heu…

Fuck le chic?

Le nerf de la guerre du BIB, et en grosse partie l’explication de sa mauvaise réputation, c’est qu’il garnit plus qu’allègrement les rayons des grandes surfaces. Et que donc, corrollairement, comme le vin rosé d’ailleurs, lui colle à la peau une étiquette de vin « de masse, de camping, de prolo ». De merde, dirons-nous.

Jouons à lui filer des points, au BIB:

  • il est pratique: pas besoin de tire-bouchon, ouvrir un robinet est à la portée du premier imbécile venu
  • il est safe: celui qui arrivera à se blesser avec un robinet peut m’écrire pour me détailler comment, ça m’intéresse. J’admets qu’on peut éventuellement se couper avec les cartons, mais BON HEIN.
  • il est léger: pas besoin de gros bras pour le transporter, quand il fait 35° c’est appréciable
  • il est facile à stocker (on peut toujours extraire la poche de son carton pour la ranger au frigo, si on a un mini-frigo (je ne vous juge pas)
  • il est écolo. Oui, hippies de tous poils: moins de matières premières usées pour le fabriquer, plus facilement recyclable, moins lourd donc moins cher à transporter. Ça nous fait un bilan carbone de premier de classe, ça.
  • parfois, il est joli. Point fille glamour du jour, on trouve aussi des BIB dont l’habillage est vraiment sympa, et qu’on a envie de poser sur la table. Si si.

    Non, pas ça. CACA BOUDIN

Ce qui est vrai pour le rosé l’est aussi pour le BIB: ce n’est pas parce qu’on trouve de la merde en GD qu’il faut tout mettre dans le même carton. Des producteurs très bien font du vin en caisses-outres, non mais vraiment. Et la rengaine est toujours la même…

Son vin, si on le veut bon, on va le chercher chez un caviste. En bouteilles ou en BIB, qu’importe le carton pourvu qu’on aie l’ivresse. Mais pas trop 🙂

Advertisements

Une réflexion sur “Caisse-outre, caisse-outre, est ce que j’ai une gueule de caisse-outre?*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s