Ca m’en Kumpf un coin*

alsac

Sans trucage et sans filtre, c’est beau la France hein?

*j’avais pire, bien sûr

Être en roue libre, bordel qu’est-ce que ça fait du bien parfois.

Ça permet d’être open, le cœur ouvert à l’inconnu. Par contre, je ne vous engage pas à dire bonjour à n’importe qui. Après on se retrouve dans un sous-sol et… (un jour, je ferai soigner cette passion folle pour Joe Dassin, mais pas aujourd’hui).

L’histoire commence sur le chat Facebook. Julien, que je ne connais pas bien, okay pas du tout même me propose de venir goûter du vin. Je suis curieuse c’est là mon moindre défaut, et pour une fois que je peux, pour cause de géolocalisation concommitante, répondre favorablement, je dis oui. Sans réfléchir. Demain? Fin de matinée? Okay.

Voilà les bases posées: je vais donc me rendre dans un domaine dont je n’ai jamais entendu parler, rencontrer un vigneron avec qui je n’ai jamais parlé à proprement dire non plus, et tout ça via facebook. Le monde moderne.

Bref. Le lendemain, arrivée à Rosheim, et là se tient un type avec un sourire large comme la main de Batista (oui, j’ai des références étonnantes, vous n’avez jamais regardé le catch, vous?).

Là, on lui a piqué ses BN, du coup il est colère, p’tit père

Le domaine Kumpf-Meyer est né de la rencontre amoureuse de deux domaines viticoles séparés. Un homme, une femme, chabadabada, les domaines sont fondus en un seul, sauf que respectant l’adage, les histoires d’amour finissent mal, ils se séparent.

L’homme part, la femme reste. Mais un problème se pose, et de taille: les vinifs c’est pas son truc. C’est ainsi qu’elle fait appel au type au grand sourire: Julien, donc.

Julien est jeune. Ce qui n’est pas un problème quand on a un peu de plomb dans la caboche. Julien a bossé chez Zusslin. Ce qui est pas mal comme exemple alsacien. Et il a une idée précise de vers quoi il veut aller avec les vins du domaine.

Passer en bio. Travailler propre. Si possible, sans soufre. Peut-être pas toutes les cuvées, mais essayer.

Le domaine n’est pas grand mais il est morcelé ce qui ne rend pas les choses faciles. L’outil n’est pas forcément adapté aux vinifications dont il rêve, mais ça viendra. Il a le temps. On a le temps.

kumpf

Le premier vin goûté à l’aveugle a de quoi bousculer les certitudes: un sylvaner loin de la molesse, mais ne tombant pas non plus dans le piège de trop d’acidité. Ensuite un muscat très muscat au nez mais terriblement droit et sec en bouche et un riesling. Mais les plus belles réussites, ce sont les rouges.

Des rouges de pinot noir servis à la bonne température: alleluia.

L’occasion ici de rappeler une chose essentielle: si la taille ne compte pas toujours, la température si!

Pour un vin, ça peut tout autant le bouffer que le mettre en valeur.

Et trop souvent, même en Alsace -oui, j’étais sur le cul qu’en Alsace dans les bistrots, les restos on ne sache pas correctement servir les vins de la région, WTF les mecs?- on le sert glacé le pinot noir.

Frais, pourquoi pas. Frais, ça veut dire 14/15 degrés hein. Pas 8/9.

Jamais on ne glace un pinot noir, sinon, c’est ma main dans ta gueule, vu?

Bref, revenons à nos moutons.

Les pinot noirs sont donc des cuvées sans soufre, et ça, au fond, pardon Julien mais on s’en fout un peu. Oui, au fond, c’est carrément accessoire car ce qui compte c’est que c’est bon. Deux profils pour deux vins: un rouge tout fruit, croquant comme la cerise qu’on vient de piquer sur l’arbre et un rouge profond, fumé comme une arrière-salle de bar jazzy avec des fauteuils en cuir et des messieurs à gros cigares.

J’ai passé un chouette moment: les gens qui aiment ce qu’ils font, c’est communicatif. En discutant post déguste, Julien me parle d’une super adresse de bar à vins/boutique à Colmar. Je note.

C’est ainsi que deux jours plus tard, nous voici devant ceci.

DSC_0931

La boutique est petite, mais déborde: fromages, saucissons, charcuteries diverses, pâtes, sauces, conserves, cafés. Il y a de quoi regarder, c’est sûr. Et à l’étage, après un escalier étroit, on accède à une petite salle de restauration, avec une cuisine ouverte. Carte courte mais les produits sont évidemment  très bons. Après une planche apéro de jambons/saucissons avec un gewurztraminer de chez Schueller, on embraie avec le même vigneron et des gnocchis aux cèpes.

Et là, mesdames messieurs sous vos applaudissements:

Orgasme à Colmar.

Ce qui pourrait être le titre d’un mauvais porno des années 80, je le concède.

C’est surtout le vin, et son alliance avec le plat, les responsables.

orgasme

H de Schueller, en 2004 c’est juste une tuerie intergalactique. Fermé au premier abord, réduit, un passage en carafe et là il est splendide. Une démarche souple, un profil coupé à la serpe, une beauté d’aigle, et il s’étire dans toutes les longueurs. Un grand. Décidément racé.

Je veux savoir qui a fait ça. Parce que parfois, quand on goûte un vin splendide, on se demande comment il est né, pourquoi, et surtout de qui. Et puis parfois on a envie de dire merci au vigneron, parce que créer un moment de plaisir comme ça, avec du raisin, ça relève presque du miracle.

C’est comme ça qu’on se retrouve en route vers le bonhomme. Le type du bar à vins, sympa comme tout, l’a prévenu de notre arrivée. J’ai pu lui dire merci. Discuter de ses vins. Voir où il les fait. Sentir et entendre glouglouter les 2013 qui se font, là. Poser des questions. Apprendre.

Finalement, je crois que c’est encore ce que je préfère dans le vin: ces rencontres au hasard, juste au gré du goût, ou de la curiosité.

Le domaine Kumpf-Meyer, c’est là donc.

Et le chouette bar à vin, c’est ici. On peut aussi y acheter du pinard, et sur quelques millésimes plus anciens ce qui n’est pas négligeable.

Et donc, si on y arrive se procurer quelques quilles de chez Schueller et leur laisser du temps pour se patiner me semble indispensable. Enfin, c’est vous qui voyez.

Advertisements

Une réflexion sur “Ca m’en Kumpf un coin*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s