VDV#62: l’amour, Courtois *

wpid-DSC_2447.jpgCe mois dans les Vendredis du vin, Véro la délicieuse et toujours souriante vigneronne du Mas Coris nous propose de plancher sur le vin compagnon de notre nouvelle année. Celui qui accompagnera nos changements, nos bouleversements ou au contraire nous aider à maintenir le cap, hisse-haut matelot.

Je n’ai pas envie de changer cette année. Du moins, pas de grands changements. Peut-être ça et là quelques ajustements à faire mais voilà, 2013 m’a suffisamment chamboulée: nouveau bébé, nouvelle maison, des amitiés naissantes et des retrouvailles difficiles.

2013 fut l’année du Jura, en tout cas elle a commencé comme ça: d’ailleurs je reste persuadée que je dois à leurs vins la petiote de presque 8 kilos et quatre mois accrochée à mon sein. Doit y avoir dans ses vins là quelque chose de stimulant pour les hormones, les ovaires ou dieu sait quoi. Si j’étais un peu poète, j’évoquerais les vins de temps du Jura. Les beaux voiles qui sont pour moi des passeurs: jeunes ils sont beaux, vieux ils sont fabuleux. Ils sont capables de vous accompagner toute votre vie, au fond. De la naissance à la mort. Je crois que ça me plairait, quand je mourrais, très vieille, avec mes enfants près de moi, qu’ils m’offrent un verre de jaune. Histoire de faire la nique au temps qui passe et à cette foutue horloge biologique.

Mais 2014… Que voudrais-je pour 2014?

Je crois que je me dessine de plus en plus précisément en tant qu’adulte. Je crois aussi -sans en avoir fait le tour encore- que j’ai une idée de plus en plus précise des vins que j’aime et qui me font vibrer.

Des vins de n’importe où, de n’importe quelle couleur, mais des vins qui sont des cris qui viennent de l’intérieur qui me surprennent.

Que ce soit de grands bordeaux ou des petites pépites quasi inconnues, sauf de quelques initiés. Et on se doute que ceux là on a intérêt à ne pas en parler trop: si tout le monde en veut, plus personne n’en aura.

Mais allez: je vous emmène en Sologne, cette région mondialement reconnue pour ses vins… OH WAIT.

Je n’ai jamais de ma vie rencontré Claude Courtois. Je l’imagine assez volontiers pas trop grand, taiseux, plus préoccupé par sa vigne que par son look. Je me trompe peut-être complètement. Peut-être qu’il y a là-dedans une part de fantasme du paysan-vigneron, je n’en sais rien.

Lors de l’improbable dégustation chez Patrick Meyer, voilà-t’y-pas qu’il nous sort  Racines.racine

Une pépite du Courtois. C’est bon, c’est même crevé bon: ça ressemble à rien de ce que je connais, je suis sur le cul.

Je ne peux pas vous dire tout ce que j’y ai retrouvé comme arômes, c’est un peu loin déjà et ma mémoire défaille, mais je sais exactement la sensation que j’ai eue: du plaisir.

Le genre de plaisir que tu prends à marcher les pieds nus dans l’herbe les premières fois qu’il fait beau. Simple, régressif, direct.

J’ai donc pris les devants pour ses blancs: bien décidée à ne plus me prendre de claque comme ça, fut-elle extrêmement jouissive.

Deux sauvignons plus tard, je peux le dire: fais-moi mal, j’adore ça.

L’un est tranchant, nerveux, vif et déboule comme le vent qui s’engouffre les forts soirs de tempête entre les moindres interstices laissés. Ça réveille, j’adore la tension de ce genre de vin: ça te laisse pas t’endormir paisible au son du feu de bois qui crépite, ça non. Tu restes aux aguets, t’attends le coup de Trafalgar. Ça s’appelle Quartz, et c’est un pur sauvignon.

wpid-IMG_20140130_210440.jpg

L’autre est rond, plein, gourmand, avec une fin de bouche qui ferait penser à de la macération (y en a-t-il?).  Ça te caresse la bouche, ça veloute et volute, c’est tendre. C’est le vin parfait pour dodeliner en écoutant les Pink Floyd, les jambes étendues, peinard chez soi. Ça s’appelle Plume d’ange et c’est un pur sauvignon.

wpid-DSC_2446.jpg

Rien que pour ça, je dis chapeau monsieur Courtois. Faire des vins aussi différents et aussi remarquables avec un cépage comme le sauvignon. Top! J’avais oublié que je l’aimais, ce cépage. Trop souvent perdue dans les urines de chat même pas lol, trop souvent déçue par des acidités trop marquées. Et puis là, c’est un monde qui se ré-ouvre.

Allez cher sauvignon, toi et moi on va passer du temps en 2014. J’ai envie de te re-découvrir, de te re-explorer, de partir à la conquête de toutes tes facettes. J’ai envie de t’étendre tout nu et de voir ce que tu vaux.

Friday I’m in love?  Normal, c’est de l’amour, Courtois.

Advertisements

10 réflexions sur “VDV#62: l’amour, Courtois *

  1. Salut Sandrine. Claude Courtois, l’icaunais, est comme tu l’imagines : taiseux, peu soucieux de son image, et on s’en fout. Mals le personnage, une fois la confiance installée, est passionnant, vibrant, intense, comme ses vins. Et le fiston Julien Courtois a pris la relève, ses vins sont tout aussi bons.

  2. Découvrir Claude Courtois, C’est bien. Mieux vaut tard que jamais. Des vins buvables. Mais voir aussi ses romos oxydatifs, à éviter pour ceux qui pensent que le vin, ça doit être du fruit.

    Aussi les sauvignons de Christophe Foucher, ) metter en pirate dans une dégustation de Sancerre. Le sauvignon, c’est le vin le plus proche de l’eau de neige. c’est Sainte Hildegarde de Bingen en nuisette (le style de la tenancière déteint sur moi….. faites excuse).

  3. Splendide découverte que votre blog.

    Comment est-ce possible que votre article me donne soif ?!

    Est-ce que ces petites pépites sont trouvables quelque part ou faudra t-il que je fasse 400 km pour découvrir le domaine Courtois ?

  4. Courtois est peut être un super vigneron & ses vins des nectars. … à pas boire tous les jours: Quartz ouvert le 31 a fini plein… à la poubelle. Avis unanime! Pour du cidre il serait peut être passé. Pour du vin, non.
    Déçu et pas prêt d’y revenir à 25 boules malgré tout

  5. Pingback: Résumé des Vendredis du Vin #62 | mascoris

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s