La coop’ est pleine*

*de bonnes surprises

Je crois qu’une des questions que l’on me pose le plus souvent c’est « à quel prix doit-on acheter un vin? ».

Je réponds alors « au prix qu’on est disposé à payer, selon ce qu’on a en poche ».

C’est une parade habile, parce que c’est une question difficile. Établir un minimum suppose pratiquement d’établir un maximum, et c’est impossible. Pourquoi tel château ne pourrait pas vendre une bouteille au prix qui lui chante, s’il arrive à la vendre?

C’est cynique, mais c’est la loi du marché: tant qu’il y a des gens pour acheter, on peut vendre à n’importe quel prix.

Je lisais dans la RVF qu’un domaine assez récent du bordelais écoule tranquillou bilou des quilles à 3000 euros l’unité.

wpid-DSC_2628.jpgTrois mille euros. Je n’ai pas goûté les vins, intellectuellement ça me semble excessif, mais ils vendent. So what?

Quand certains galèrent pour vendre à des prix plus qu’honnêtes je me dis qu’il existe dans le monde du vin des galaxies qui ne se croiseront jamais. Des visions des choses impossibles à faire coïncider. Quand certains sortent des grands vins à 30 et d’autres à 3000 que peut-on encore discuter?

Le prix maximum ne m’intéresse pas: ces quilles-là, il est probable que je n’y goûterai jamais, elles me seront toujours inconnues. Je considère (et c’est perso) qu’au-delà de 50 euros, je ne claque pas le fric pour une bouteille.  Pas par pingrerie, mais parce que je ne vois pas ce qui justifie de façon intrinsèque un tel prix. Exceptionnellement, si c’est un truc très rare, dont j’ai très envie, ou une cuvée de champagne, je peux aller jusque 100 (en cave hein, pas au restaurant). Parce que j’ai pas envie de me foutre la pression toute seule: et si la bouteille était baisée, bouchonnée, imbuvable? Si seulement elle n’était pas wow.

Bref, laissons les cieux aux audacieux, moi je reste terre-à-terre.

D’après une étude de 2011, il s’avère que le prix moyen d’une bouteille en grande surface est d’un peu moins de 2.80 euros. Sachant que les grandes surfaces continuent à représenter une grosse partie de la vente de vins, on peut largement prendre le raccourci suivant: la majorité des bouteilles vendues l’est à un prix ridicule.

Oui, 2.80 euros c’est ridicule. Pour avoir quelque chose qui tienne la route, qui aie un peu de goût, qui fait vivre son auteur, il faudrait idéalement se rapprocher des 4/5 euros minimum. Sachant que suivant les régions, les coûts de production ne sont pas les mêmes, liées au foncier, aux méthodes culturales (ex: récolte à la main obligatoire en champagne), à une immobilisation obligatoire des bouteilles, l’élevage (champagne, bordeaux, bourgogne).

En aparté: j’ai hurlé plusieurs fois au mois de décembre sur les prix cassés des champagnes en grande surface. Comprenez-le bien une fois pour toutes, un champagne à 10 euros, c’est forcément une arnaque. Pourquoi?

Le prix du kilo de raisin en champagne est fixé chaque année (autour de 6 euros l’année dernière). Pour faire une bouteille, il faut un kilo deux cent de raisins. Auxquels on ajoute la main-d’œuvre (récolte manuelle obligatoire, ça en fait des mains), le prix de la bouteille (verre épais) de son habillage, la manutention, et son immobilisation minimum de 18 mois en cave. Voilà entre autres pourquoi on peut sortir des pays d’oc bons à 5 euros, et des champagnes cacas à 12.

Est-on obligé pour autant de ne boire du vin qu’une fois l’an? Mais non ! Acheter du vin pas cher et bon, ça demande de fouiller un peu. D’être curieux. De laisser ses a priori sur le côté, et de garder ses papilles frétillantes et aux aguets.

Un bon caviste qui fait bien son job, il devrait passer 80% de son temps à chercher ça: de l’accessible. Du vin entre 4.5 et 15 euros. Parce que les grandes cuvées, les vins chers, tout le monde peut faire. Et scoop, elles ont pas tellement besoin de nous pour être vendues.

Je ne suis pas une grande adepte des caves coop. C’est peut-être un tort: il en est qui bossent bien, très bien mêmes. Elles se sont modernisées le plus souvent, ont investi dans le matos et dans la comm’. Certaines s’offrent même le luxe des « cuvées de vignerons » au sein de la coop. En gros le mec bosse sa vigne, bénéficie de l’outil logistique pour vinifier, et de l’outil commercial pour vendre, tout en gardant une certaine indépendance.  Pour d’autres, c’est une façon de produire des jus honnêtes, à coûts réduits. Pourquoi pas? Après tout, tous les vins ne peuvent pas être des micro-cuvées d’artistes chevelus perchés. Même si j’adore ces vins là.

La cave coop du Castelas est située dans le Rhône: j’en ai goûté 3 cuvées, et si je ne peux pas dire que j’en ai ressenti un enthousiasme délirant me poussant à me rouler nue sur le tapis du salon, j’ai tout de même été surprise. Dans le bon sens.

wpid-DSC_2568.jpg

Premier sacrifié: le blanc! Parfumé, léger, frais: il n’y a pas grand chose à en dire, si ce n’est que c’est agréable. Ça coule tout seul, on s’en sert un verre ou deux à l’apéro sans remords, et on peut même manger des olives avec: ce n’est pas un grand vin délicat, c’est un vin de soif tout simple. 4.10 euros.

signarguesDeuxième à avancer le col sur le billot, le rouge signargues. Plein de petits fruits rouges, une bouche bien construite, des tannins fins, c’est franchement pas mal du tout. Manque un fifrelin de personnalité pour qu’on y revienne, mais c’est honnête. Goûté sans le prix comme indicateur, je le plaçais à 5: il est à  6.42 euros

wpid-DSC_2572.jpgTroisième, tête (de lard) tranchée: la cuvée d’antan c’est absolument tout ce que je n’aime pas dans les vins du rhône. Trop plein, too much, trop de structure, trop de tanins, trop d’alcool. Un style qui peut plaire à ceux qui veulent des rouges assomme-boeufs. Ca casse pas trois pattes à un canard mais ça coûte pas grand chose non plus. 4.51 euros

Une autre coop’ celle d’alignan-du-vent produit cette chouette syrah Moulin de Montarel.

wpid-DSC_2570.jpgJ’ai trouvé ça plutôt cool dans un registre vas-y que je te remplis la bouche de fruits puis quand t’as bien croqué je me retire tout doux tout schuss. 4.35 euros

Pour terminer une série qui n’est pas vraiment de la coop’ mais qui ne cadre pas avec l’image tradi du « petit vigneron », la famille Vic producteur dans l’Hérault à Vias (où l’on trouve le domaine de La sorga, un « nature » rock’n’roll).

Cette série de quilles m’a amusée, sur le visuel: c’est joli, c’est propre, c’est coloré.

wpid-DSC_2635.jpgOn ne s’attend pas à de grands pinards prouts prouts, et c’est bien visé. Le sauvignon sauvignonne, le pinot pinote (astuce: quand un pro te sort ça, ça veut juste dire que le sauvignon ressemble à l’image qu’il a du sauvignon. Vif, frais, aromatique, citron-citrus. En revanche, la syrah syrote, non désolée cette vanne est illégale). Entre 5 et 6 euros.

Le cabernet-sauvignon, le merlot, le pinot noir, la syrah et donc le sauvignon sont bien fichus: ni extraordinaires ni ultra-longs. Mais toi, jeune, qui cherche à t’enhardir et à reconnaitre des cépages, entraîne-toi avec ça.

Toi, moins jeune, qui cherche à épater ton jeune en lui montrant que t’es encore dans le coup et que tu bois aussi des étiquettes LOL, bois-ça.

Toi, enfin qui n’a pas 3000 boules à claquer dans du pif, paie-toi ça.

Ce sont des petits jus rigolos, on leur en demande pas plus pour ce prix-là. On sait qu’autour de 8/9 euros, dans des régions comme le languedoc-roussillon ou le sud-ouest on a déjà des vins un peu plus consistants. Que si on remonte, vers rhône / beaujolais/bourgogne en dessous de 15 y a encore de très sérieux candidats, pareil pour la Loire. Bordeaux, Jura? En dessous de 20, on peut vraiment vraiment se régaler.

Aller en grande surface pour soit-disant faire de bonnes affaires est rarement la solution: on aura plus de chances de tomber sur des prod’s diluées et pas top. Snober les coops n’est pas plus malin: on peut y trouver des jus sympathiques et quotidiens à prix doux. Bien sûr, on n’est pas dans un registre vins d’auteurs, mais pour la pasta du lazzy sunday, c’est pas mal.

Bref, comme souvent le vin demande un peu de se sortir les phalanges du rectum et de tester. En sachant qu’en dessous d’un certain prix, il est improbable d’avoir quelque chose qui ne vous troue pas l’estomac et ne vous colle Flipper dans la crâne. Finalement, boire du pinard très bon marché est un mauvais calcul: on le repaie après en anti-douleurs et pansements gastriques.

Sinon, la phrase « bois du vin, sauve un vigneron » n’a jamais résonné aussi fort que là, en lisant ce billet très émouvant de Nicolas. Pensez-y.

J’ai indiqué les prix publics TTC, dispos sur les sites de vente.

Advertisements

11 réflexions sur “La coop’ est pleine*

  1. Dans les coop qui font des trucs sympas, je citerais volontiers celle d’Embres et Castelmaure, et celle de Tain l’Hermitage
    (‘tain 3 k€ pour un vin qui a tout juste 5 ans, faut oser quand même … mais bon, il y a clairement deux mondes distincts, celui du luxe et celui de la conso « de masse », qui n’ont rien en commun)

  2. J’allais vous écrire justement sur ce sujet : le prix, les grands esprits se rencontrent… J’adore votre blog, j’ai juste un petit reproche à vous faire c’est de ne jamais (ou rarement) indiquer le prix des vins que vous recommandez, et, je sais, c’est bassement matériel, mais le prix intervient dans mon choix. A défaut d’indiquer le prix exact qui évidemment peut varier suivant le lieu d’achat, vous pourriez donner une fourchette de prix. Merci d’y penser et encore bravo, c’est toujours un plaisir de vous lire.

    • Bonjour

      C’est vrai, je pense rarement à indiquer les prix, pour la simple et bonne raison que j’ai du mal à imaginer encore que mon blog puisse inciter à acheter tel ou tel vin, du coup, ben j’y pense pas. Je tâcherai, à l’avenir (si pas les prix précis, au moins un ordre d’idée, facile pour les trucs récents, plus compliqué pour ce que j’ai gardé dans ma cave). Merci pour le compliment 🙂

  3. Tiens je regretterais presque d’avoir supprimer mon poste sur le coût d’opportunité et les vins chers …

    Sinon je plussoie ta philosophie de caviste, à Paris je dis >20€ pour voir si le caviste est bon, mais bon il y a facile 5€ de « Paris », cela revient au même.

    Et dans la gamme je rajouterais tous ce qui vient de l’enclos de la croix. Non seulement il font du bon à 5€, mais en plus il arrive à faire de l’original.

  4. Bon Billet Sand’, évidemment d’accord avec toi ! J’ai découvert aussi les vins de Vic leur 100% petit verdot et 100% vermentino à -de 6€ est franchement top ! en ce qui concerne les coop as-tu déjà gouté Marrenon? Bises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s