Dans quel état j’erre*

*billet philo, bonjour

J’ai goûté un tas de trucs de façon décousue, ces derniers temps, donc tout mettre dans un billet relève un peu de la gageure. Vous me connaissez, les défis j’adore ça. Allez hop. Cinq vins, cinq questions:

A Rotalier, n’y-a-t-il que Ganevat?

Ben non. Même si Ganevat est une valeur sûre, même s’il paraît que se procurer des bouteilles est super compliqué (au rythme où je vois passer des photos de bouteilles sur facebook, c’est-à-dire minimum 3 sur une semaine, soit j’ai des amis ultra-débrouillards ou très fan, ou bien ça l’est pas tant ou bien, autre possibilité, les buveurs « anti-conformistes » sont aussi buveurs d’étiquettes que les autres. Ceci est un gros troll velu, merci de le laisser en liberté).

Anybref, parlons un peu de cette quille ci. Mise en cave il y a un moment et oubliée, servie pas trop froide, son nez m’a surpris par sa fraicheur encore toute juvénile. Le petit côté floral, léger, picoti-picota. La bouche est parfaite d’équilibre, y a du jus, du fruit, de la tension, ça danse le jerk puis se calme pour un slow tendre sur la fin, ça te laisse pantelante et heureuse avec un sourire de là à là, parce qu’il y en a eu des émotions là-dedans. C’est peut-être parce que j’ai un goût de revenez-y toujours pour le Jura. C’est aussi parce que c’est un vin très bien fait. Construit, sans putasserie, sans show-off, avec juste ce qu’il faut là où il faut. La fleur de marne, comme son nom l’indique nait sur un sol de marnes. Comme son nom ne l’indique pas, c’est un pur chardonnay, de vieilles vignes, et c’est ouillé**. Aïe, quel petit bonheur.

labet

Domaine Labet, fleur de marne en chalasse 2000

Peut-on boire de vieux champagnes?

Réponse de normand: oui, si on aime ça.

Autant j’adore les évolutions des vins blancs tranquilles, autant je reste mitigée sur celles des effervescents. Mais parce qu’un goût n’est pas figé, il faut continuer à explorer. Ouverture qui fait pschittt, mais plus tant. Le champagne a perdu un peu de bulle, elle ne cherche plus à sortir comme une folle, elle s’éclate à la surface languide comme une courtisane gavée de loukoums. A la rose, qu’on retrouve d’ailleurs au nez, un bel acacia pour ombrer tout ça. La bouche est entre épices douces et noisettes, y a un craquant d’amandes, puis lentement, sûrement on s’achemine vers la fin fraiche et tenue. Ça n’a plus le côté « filant », « traçant » des champagnes jeunes. Moi, c’est ma limite, je crois que je préfère les arômes très frais des bébés champagnes dégorgés depuis pas longtemps. Mais je sais que certains adorent. Comme quoi, tout est toujours question de feeling.

ledru

Champagne Ledru grand cru 1998 Ambonnay

Est-ce que la taille compte?

OUI!!!!!!

Parce que 50 cl, c’est bien trop court. Avec cette bouteille en tous cas.

sauvignon

Côtes de la Molière, la molière en sauvignon 2012

J’imagine que c’est exactement comme avec les gens: y a les dîners qui vous semblent durer 17 secondes, et dont vous sortez avec encore mille phrases à dire en tête. Et puis les cafés insupportables de longueur, œil rivé sur la montre.

Mais bon, c’est ça les vignerons: ils te font des mini-micro-riquiqui-petites cuvées en quantité, des ovnis super spaces, puis après ils te conditionnent ça en toutes petites bouteilles de 50 cl, juste histoire que tu t’aies goûté, que tu veuilles te resservir, et paf y en a plus, engueulade à base de « hé empaffé, c’est toi qui a fini la bouteille? » en fait non, on a eu pareil mais c’était trop court.

C’est pas un vin de couple, donc. Ou alors un vin de couple qui s’aime suffisamment fort pour oublier cette histoire de partage de centilitres, et se laisse envahir par la beauté fugace de ce sauvignon, tout pimpant, salin, véloce, que quand tu mets le pif dedans t’es paf, parce que tu t’attends à tout sauf à ça. C’est un nature, c’est un sacré tour des Perraud, bravo les coquins.

Qu’est-ce qu’un vin bizarre?

Le vin qui sent le foin, la cosse des petits pois. La groseille à maquereau. Et qui est rouge!

Bizarre, oui, mais bizarre-bon.  Enfin, moi j’ai aimé. Le fleurie 2010 c’est un vin étrange comme du Lynch. Y a une flore et une faune inattendue, une ambiance indéfinissable, dans laquelle on plonge tout entier en sachant qu’on n’en ressortira pas indemne. Un univers onirique: je les voyais moi ces groseilles à maquereaux à peine rougies dans un jardin, pénombre, un bouquet de fleurs séchées sur une table basse. Est-ce que tout le monde va aimer ça? Sûrement que non. Mais celui qui aimera adorera.

fleurie

Côtes de la Molière, fleurie 2010

Qu’est-ce qu’un vin bizarre? (part 2)

viré

Domaine Vergé, viré-clessé 2006

Bizarre parce que goûté en aveugle, j’ai fichu mon sacré tarin dedans et Pomme, pomme, pomme, pomme.

Ça ramène à des saveurs d’enfance, des pommes reinettes croquées à même le verger. En bouche, un léger perlant.

Moi, toute fière de mon coup

C’est facile, c’est du cidre!

Le diable soit de mon assurance: viré-clessé, bourgogne en plein, chardonnay. Donc, non, ce n’est pas du cidre. Ce genre de vins fait vraiment se battre les deux neurones qui habitent ma cervelle.

Est-ce que c’est bon? Oui!

Est-ce que ça ressemble à un viré-clessé? Non, pas d’après ce que j’en goûte ailleurs.

Est-ce que c’est pas ça le Vrai viré? J’en sais foutre rien.

Je crois que c’est insoluble, je sais qu’on me dira que je suis folle, que je n’y comprends rien, que c’est du pur plaisir. Je suis d’accord, c’est vraiment très chouette. C’est le style de vins qui me fait perdre tous mes repères. Déjà, parce que j’ai l’air con à soutenir que c’est du cidre, et ça la mortification, t’imagines même pas. J’ai été bien incapable de reconnaître cépage et provenance. La question sous-jacente est donc: si on ne sait pas (plus ou moins, hein, on n’est pas des cadors) identifier d’où vient le vin, en est-ce encore?

Philosophie du jeudi, à vos feuilles blanches.

** l’ouillage est une technique qui consiste à courir autour des barriques en criant « ouille ouille ouille » pour que le vin soit meilleur. Bon, sans rire, ouiller un vin c’est pallier l’évaporation naturelle durant l’élevage par un ajout de vin de façon à éviter l’oxydation.

Advertisements

6 réflexions sur “Dans quel état j’erre*

  1. Pfiouuuuu !
    Je dirais même plus, un grand bonheur qu’un Jurassique Chardonnay bien ouillé et bien encavé, à faire frémir les cousins bourguignons jusqu’au fond de leur culotte … 🙂
    Je sens que la maison Perraud et myself, ça risque de se terminer en collé-serré ou autre démentielle partie de quilles-en-l’air ! Di dju !
    Et s’enfiler une vénérable champenoise sans feeling au niveau du tasting, je comprends le désappointement mais on ne peut pas plaire à tout le monde, hein ? 🙂

    Belle série en tous points.

    • Ha mais non, je dis que c’est juste ma limite: j’ai bien aimé Ledru, mais faut que je les boive maintenant. Plus tard, pour moi ce sera trop tard… Ceci dit, question de goût 🙂

  2. Pingback: Blanquette de Limoux – Alain Cavaillès – Etincelle Originelle – Brut – 2009 | Le vin des débutants

  3. Pingback: Languedoc – Blanquette de Limoux – Alain Cavaillès – Etincelle Originelle – Brut – 2009 | Larry Levan

  4. Pingback: Languedoc – Blanquette de Limoux – Alain Cavaillès – Etincelle Originelle – Brut – 2009 | LARRY LEVAN 20

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s