I Pot Still haven’t found*

*what I’m lookin’ for (oui, je fais désormais aussi dans le jeu de mot anglophone).

J’avais déjà commis un compte-rendu de dégustation whisky. A la demande générale de une personne, je réitère:

Aujourd’hui, un seul mot d’ordre, enfin deux. Pot. Still.

Pot n’a aucun rapport avec le bien-connu Pol.

L’Irish pot still est  irlandais, ce qui ne veut pas dire que tous les whiskeys irlandais sont des pot still, et pas non plus que tous les pot still sont irlandais.

Petit aparté: l’Irlandais est un être ombrageux et sauvage, du coup, quand il exige qu’on ajoute un -e à whisky, tu obtempères. De façon plus sérieuse, c’est une bonne façon de repérer où on est. WhiskEy => Irlande, oh yeah.

.

Qu’est-ce que c’est donc pot still au juste?

Le pot still vient d’une finauderie administrative: au XVIIIe siècle, une taxe visant essentiellement les brasseurs grève largement le coût du malt. Or, pour éluder en partie cette taxe, les irlandais ont l’idée de produire un whiskey constitué d’orge maltée et d’orge non maltée et aussi d’autres céréales (blé, avoine, seigle). L’orge non maltée dans un esprit « toujours ça que l’état n’aura pas ». Aujourd’hui, le ratio est le plus souvent 50/50.

La distillation est souvent triple, et a lieu dans tadam! Un alambic pot still! D’où le nom.

En réalité, cet alambic, différent des alambics à colonne qu’on utilise aussi pour produire le whisky est un alambic charentais (comme à Cognac, hé ouais), à flamme vive et non à vapeur. Ce qui implique aussi une surveillance accrue des pièces, parce qu’elles s’usent autrement plus vite qu’avec la vapeur. Pour certains pot still, on peut assembler des distillats venant d’un alambic pot still, et d’un autre à colonne. On peut assembler des single malt, et des pot still. Bref, encore une fois, rien n’est simple, seul compte le résultat final.  Un irish pot still peut donc être issu d’un mélange (c’est le cas de Jameson, ou de Paddy) ou bien encore être commercialisé tout seul. C’est le cas de Redbreast ou de Greenspot. Pour remettre un peu d’ordre dans le bouzin, il a été décidé qu’on appellerait les pot still non mélangés single pot still. Pour les irish whiskeys pot still, deux distilleries se partagent la fabrication: Midleton à Cork, et Cooley, bien qu’on ne cite souvent que la première.

C’est compliqué?

Mais non.

  • il vient principalement d’Irlande
  • il est distillé en partie ou pour tout dans un alambic « pot still »
  • il provient d’orge maltée et non maltée assemblées
  • il subit une triple distillation
  • s’il n’est pas un blend (=mélange) on parle de single pot still.

On goûte?

wpid-DSC_3395.jpg

Premier pot still, un classique des apéros ou des irish coffee. Paddy.

Il s’agit d’un whiskey très peu onéreux, et ça se goûte. L’utilité de mettre dans une dégustation des whiskeys de qualité fort différentes, ainsi on oublie direct le « oh moi je fais pas la différence entre un whisky à 15 euros ou à 100 ». Mon coco, je te jure que si.

Le nez est très foin, citrus et sauge. Pas très complexe, mais frais, on lui en demande pas plus. La bouche est douce, très céréales avec une finale qui revient sur la sauge et un peu de basilic. Après une dizaine de minutes dans le verre, le whiskey s’est clairement effondré. 20 euros

Deuxième, le Writers tears. Hommage à James Joyce, dont la famille provient de Cork, et d’une légende selon laquelle l’écrivain se morfondant devant la page planche  aurait bu des caisses de whiskey pour retrouver l’inspiration. Ce whiskey est un assemblage de single malt et de pot still. Le nez est de miel et de fumée, avec un peu de bonbons au beurre. L’attaque est vive, sur le bois, le grillé. La vanille se pointe après, adoucissant un peu la bouche, et la finale se joue sur le noyau d’abricot, avec un peu d’alcool. Pas mal. +- 30 euros

Élaboré chez Middleton, comme Paddy, Powers.

La distillerie de Powers John’s Lane était renommée pour la qualité de ses whiskeys irlandais pot still, pleins de saveur et de caractère. Elle produisait la cuvée Powers Gold Label, pendant longtemps l’une des plus marques les plus populaires en Irlande. Cette cuvée, devenue single pot still, célèbre cette histoire. Principalement élevée en fûts de bourbon de premier remplissage.

J’ai beaucoup aimé pour son équilibre, le nez  discret ne s’est pas livré tout de suite, dévoilant à peine ce qu’on trouverait au nez: du confit, de la réglisse, du bois brûlé, des épices. Mais tout ça avec une rondeur super agréable, bien que la finale soit un poil courte. +- 30 euros

Au tour de Redbreast: avec Greenspot c’est sans doute un des plus connus des whiskeys pot still.  wpid-DSC_3398.jpg

Il est aussi un single pot still. Le nez est agressif, j’y décèle de la bergamote et des fruits cuits, mais dans un registre très/trop. La bouche est ample, massive, autour du thé noir et d’arômes brûlés, d’épices, d’amers. Finale où l’alcool surjoue. Grosse déception, surtout en regard de son prix. +- 75 euros

Pour terminer, on quitte l’Irlande, ses moutons et ses hommes ombrageux pour l’Ecosse. Car oui, l’Ecosse possède aussi des alambics pot still/charentais, Glenfiddich notamment. Mais allons plutôt chez Glenfarclas.

wpid-DSC_3397.jpgQu’est-ce que ça vaut? Et bien, étrangement on retrouve tout à fait le style Glenfarclas: gourmand, rond, juteux. Le nez est fin, élégant, un petit côté pain beurré, une touche de macis. La bouche est belle et complexe, des raisins de Corinthe, des amandes grillées, et une finale fraiche comme une pluie après une lourde journée d’été. Grande classe ! +-60 euros

Et voilà !

Publicités

2 réflexions sur “I Pot Still haven’t found*

  1. Merci pour ce billet qui m’a appris le mode d’élaboration du Whiskey Irlandais dans le Pot Still.
    Je mourais moins idiot. 🙂
    Courte mais instructive dégustation avec, me semble t’il, un vainqueur ennemi puisqu’il provient d’Ecosse.
    Bono aurait-il trouvé une épine dans son pied, Hunter and The Hunted (le chasseur et le chassé) comme le chante si bien Jim Kerr (http://youtu.be/KSbNFANSFSw)?
    Au fond, there are no Rules but great Scotch.
    Enjoy ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s