Boissons et séduction, du long glou-glou*

wpid-dsc_4440.jpg*j’ai tout donné là

Quand quelqu’un s’auto-désigne du titre de Miss, il existe deux possibilités:

Soit c’est une dindasse de la pire espèce, superficielle et sans profondeur, qui pense faire chic et ne fait que flop.

Soit c’est une vieille demoiselle anglaise, dont les lèvres frémissent à peine quand elle les trempe dans son five o’clock tea et un bouquin de Barbara Cartland.

Et puis il y a Miss Glou-Glou.

Ophélie Neiman, puisque c’est son vrai nom moins scénique que la Glou est une jeune -bien que mon ainée- femme drôle, réfléchie et qui dit des trucs en général très intéressants. Je ne l’ai jamais croisée en vrai -j’aimerais bien, parce que je suis certaine qu’on peut avec elle se prendre une cuite mémorable aux vins étonnants tout en restant à peu près digne.

Je ne connais Guillaume Long qu’à travers ses livres -et son blog- à Boire et à manger. Ils trônent d’ailleurs – pas Guillaume, hein, suivez-un peu- en bonne place dans ma bibliothèque.

Du coup, que ces deux-là s’associent semble une idée assez bath.

Ils ont  fait un bébé: rien de vagissant, rassurez-vous, juste un bouquin: Boissons et séductions.

Ophélie m’a prévenu:

C’est peut-être sexiste mais aussi cochon et drôle.

Elle sait se vendre, cette nana.

Bouquin reçu, posé sur la table du salon, et hop, voilà-t’y pas déjà que l’Homme et ses grosses pattes tournent autour. Indice: l’Homme n’aime pas les livres, l’Homme n’aime rien en général (à part moi, bien entendu). Là, non seulement il mate la couv’, le quatrième de, et en sus il ouvre le bouquin et le parcourt.

J’aime pas le dessin

conclut-il, laconique.

Ce qui sous-tend  -bon, il faut le connaitre un peu, j’admets:

J’aime le reste.

L’Enfant lui aussi a l’œil attiré:

Dis maman, à ton avis combien il faut de bouteilles de vin pour remplir le verre dans lequel la dame est?

(…)

Même le Bébé éprouve de l’intérêt.wpid-dsc_4434.jpg

D’après cet échantillon de population, je peux donc en conclure de manière tout à fait scientifique: ce bouquin intrigue.

Anybref, ces préliminaires effectués, je plonge dans la chose.

J’ai besoin de quelques minutes pour m’habituer aux différences de typo, mais une fois que c’est fait, ça coule tout seul. Quand on a pris les repères, on peut choisir de lire tout, de passer les citations, ou les pro-tips, ne lire que ça, bref c’est open-mind.

wpid-dsc_4441.jpg

Citer « Le petit Gregory » et par extension Mon Film Culte, rhaaa Lovely

Les dessins ponctuent, sans être envahissants. Ça, c’est pour la forme.

Pour le fond:

Ça cause évidemment de séduction, de drague, de baise, de rupture, d’amour, le tout de façon moderne, rigolote- parfois osée, j’ai relevé des gros mots, au coin les enfants- mais pas seulement.

Je les soupçonne, les deux, d’être des agents infiltrés au service de la Pédagogie, ce grand truc chiant et lénifiant, du moins dans l’idée.

Car être pédagogue, ce n’est pas forcément parler de sa tour d’ivoire, c’est aussi -surtout rendre le savoir accessible et gai.

Ce bouquin, sous ses dehors « fesses » y réussit à merveille en n’étant pas une seconde indigeste. On y apprend en vrac pourquoi le champagne est si cher, comment réaliser un -vrai- cosmopolitan, pourquoi au resto il vaut mieux choisir un quincy qu’un sancerre s’ils sont tous deux au même prix, j’en passe et de tout aussi bonnes.

Bien entendu, on saura aussi quoi boire pour avoir bonne haleine lors du premier baiser, ou quel vin amener aux beaux-parents.

Y a du bon, du très bon, à boire et à manger: le manuel de séduction est à prendre -c’est évident- au second degré quoique certains conseils soient tout à fait judicieux et pertinents: je vous dis ça, moi j’en ai pas besoin, j’ai un charme naturel et confondant (pas l’arbre).

Maintenant, voyons si les arguments de vente de la Glou étaient corrects:

C’est cochon: un poil, juste ce qu’il faut. Je ne recommande bien évidemment pas la lecture aux très jeunes, mais on est loin de Pierre Louÿs .

C’est drôle: très! Je me suis bidonnée comme une outre pleine.

C’est sexiste: non, il y a quelques clichés, mais on en joue plus qu’on ne les utilise à charge, c’est habilement mené. Ma seule réserve, c’est que le couple soit avant tout envisagé sous sa forme hétérosexuelle, mais c’est vraiment pour émettre une mini-critique négative.

J’ajoute que c’est très plaisant à lire, facile au sens le plus noble du terme. En gros si vous voulez apprendre et vous marrer (on aborde aussi les cocktails, les alcools, pas seulement le vin) ce petit bouquin est fait pour vous!

Le Long-Glou-glou, c’est bon, buvez-en!

Boissons et Séduction
O. Neiman & G. Long
Editions Delcourt, collection Tapas
89 p.  14,95 €

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s