Une valse à Vingt temps

wpid-img_20140608_221208.jpgRencontrer un vigneron, ça pousse toujours à réfléchir beaucoup, au-delà du plaisir de l’instant. Comment appréhender les vins? Est-ce qu’il y a une part de « scientifique » dans les clous, et une part de mystère, d’énergie, de lumière… Des choses impalpables. Qu’on « sent » sans pouvoir expliquer. Ou qu’on ne sent pas, mais que le vigneron lui, sent. Hier, j’étais chez Franck et Isabelle, nous célébrions en compagnie de quelques happy few les vingt ans du domaine.

Nous sommes une quinzaine: cavistes, épiciers, thérapeutes, spécialiste champagne et une blogueuse: moi, donc.

L’histoire au vignoble de Franck et Isabelle est assez surprenante: ils s’étaient jurés, venant tous deux de familles de vignerons, ayant connus les mercredis d’enfance à coller les étiquettes ou encartonner, faire tout, sauf la vigne.

Ce qu’on peut tout à fait comprendre: le poids de l’héritage est lourd sur les épaules, et la perpétuelle immersion dans un milieu, depuis minot peut réellement vous en dégouter, quand on observe les rythmes tous différents des copains.

Franck, décidé, entame des études d’ingénieur, loin, très loin des ceps familiaux. C’est la tragédie qui l’y ramène: son jeune frère décède brusquement, à dix-huit ans. Franck cherche un moyen de se rendre utile, même loin. Il fait goûter à ses condisciples les productions familiales: les types, enchantés, commandent quilles, cartons.Bien vite, il comprend:

Y avait quelque chose à faire. Si des gars qui ont bu pendant 20 ans les mêmes vins, changent brusquement, c’est que les vins de mes parents avaient vraiment quelque chose.

De fil en aiguille, des  désillusions en ce qui concerne sa future carrière, quand il comprend que sans être décideur, acteur, il lui sera difficile d’imposer ses réalisations, voilà Franck nanti d’un demi-hectare. Absolument indépendant de celui des parents; il y tient. Il veut travailler à sa manière. Là encore, la « rupture » est compréhensible. Tous ceux qui se sont trouvés dans cette position, dans l’ombre du père, de la mère ou des deux savent. Il faut se créer son identité, c’est compliqué.wpid-img_20140609_212128.jpg

Le chemin est long: vingt ans après on peut jeter un œil en arrière. Les parcelles ont grandi: majorité de meunier, du pinot noir, et un chouia de chardonnay. On voit le passage d’abord au bio, puis à la biodynamie, avec l’aide d’un mentor irremplaçable. Mec doué,  intuitif, qui amène Franck à reconsidérer sur ses parcelles le vivant, et ses interactions. En même temps, Isabelle contracte une grave maladie: refusant la voie traditionnelle, ils s’orientent vers des thérapies naturelles, faites d’observations des magnétismes et des forces telluriques et cosmiques. Dingue? En tous cas, ça marche. Isabelle va mieux, et est tellement convaincue de l’effet qu’elle se forme, en Suisse, ainsi que Franck. Ils deviennent vignerons-thérapeutes.

Au dessus de leur salle de dégustation, une salle de thérapie, dans laquelle ils « consultent » et « règlent » les soucis d’harmonie des personnes qui viennent les voir.

Tout ça au fond reste assez mystérieux, pour ne pas dire mystique, mais comme ils l’intègrent maintenant tout à fait dans leur façon de vivre et de travailler, il fallait en parler.

En gros, pour faire simple, parlons comme si vous et moi étions des enfants de cinq ans.

Le tellurique, c’est la terre. Le cosmique, c’est le ciel, au sens large. Entre les deux, nous, et tous les êtres vivants. Si nous sommes bien « alignés » entre cosmique et tellurique, c’est comme si un élastique les reliait, bien tendu: good.

Une circulation d’énergie peut se faire, entre cosmique et tellurique, comme si nous étions un couloir, un vecteur traversé de lumière. Cette lumière ou énergie est ce qu’on cherche à « capturer » pour s’en nourrir, et rendre le vivant encore plus vivant.

Partez pas, là, au fond, j’ai presque fini.
Qu’est-ce que ça à voir avec la vigne?

Si on envisage la vigne, et par extension le raisin, comme Vivant, on peut donc conclure que lui aussi subit ces influences cosmo-telluriques. Que dès qu’il est pressé, et devient jus, il faut rétablir les communications, les voies entre cosmique et tellurique. D’où l’élevage.

L’élevage n’est pas juste mettre du vin dans une barrique et attendre: c’est rétablir et surtout chercher un maximum d’énergie, pour faire des vins qui ne soulent plus mais nourrissent. Qui vibrent.

J’ai cherché à comprendre, posé des questions, on a parlé travail. Du sol, dont une partie est faite au cheval. Pas l’intégralité. Question de temps, de vitesse de travail, un seul cheval ne suffirait pas. La jument, qui avait déjà fait son travail le matin, n’était pas d’hyper bonne composition pour recommencer l’après-midi. Mais à la voir, et surtout à voir son meneur derrière, il suffit de quelques secondes pour s’apercevoir de la difficulté physique du boulot.wpid-img_20140609_211409.jpg Ici, on ne sème pas un tapis végétal, comme cela se voit ailleurs: les besoins ne sont pas identiques. Le labour est une des façons d’éviter la concurrence végétale.

Les racines qui plongent à 20 mètres, c’est dans les livres: elles font surtout ce qu’elles peuvent. C’est pour ça que j’arrache tant de jeunes vignes: leurs racines sont trop superficielles.

Sur l’aspect biodynamique la décoction de camomille: 10 grammes dans 150 litres d’eau qui ont suffit à « reverdir » entièrement une vigne.

Ça parait peu: ça a été efficace.

La particularisme de travailler en biodynamie et en liaison énergétique fait-il des vins différents?

Goutons.

Premier vin, un vin clair.wpid-dsc_4580.jpg C’est ainsi que l’on nomme les vins dits « tranquilles » dans les autres régions, c’est-à-dire sans bulles. Ce bébé-chardonnay vient de finir sa fermentation malo-lactique*, il est encore plein d’arômes fermentaire, mais bien aéré il se révèle plus agréable, avec du fruit blanc et un certain croquant. Je suis surprise, là où je m’attendais à gouter quelque chose de très acide: on en est loin.

Ensuite, Franck nous sert deux Quinte Essence, 2004 suivi de 2005. Si l’une (2004) regroupe les trois cépages du domaine, 2005 n’en contient que deux, le relatif mauvais résultat du pinot noir cette année là ne lui ayant pas permis de rentrer dans l’assemblage. Les deux sont dosés à 4 grammes: très peu, bien assez.

2004 est pointu, presque sévère, avec un coté nerveux qui ressort. 2005 est plus arrangeant, plus tendre.

wpid-dsc_4587.jpgHarmonie 2009: j’aime beaucoup cette cuvée, je la connais bien, c’est sensible et minéral, gourmand sans facilités.

Pacifiance et Sérénité : voilà le début d’autre chose: les vrais premiers pas de la cosmo-énérgie appliquée dans les vignes et au chais. Le début du « sans soufre ». Un essai de solera** pour Pacifiance (reconduit sans doute à l’avenir).

Bref, ce sont les champagnes d’une nouvelle ère.

wpid-img_20140609_211505.jpgCe qui est troublant – un dégustateur l’a relevé comme moi- c’est qu’on peut presque croire que ces champagnes-là ne sont plus élaborés par les mêmes personnes. Plus amples, plus assis, plus longs. Moins pointus. Plus ancrés. J’ai vraiment aimé la ronde Pacifiance, un champagne à siroter, gaffe à ce que la bouteille ne soit trop fraiche. Il est à son top en remontant en température.

Le coté très vineux de Sérénité le place à table sans problème: Franck et Isabelle ont même imaginé Ze recette: une pintade marinée dans une décoction de prêle et de fleur de sureau, accompagnée d’une purée de pommes de terre, patates douces et carottes.

 

Préalable indispensable: choisir une vraie pintade qui a du goût et une vraie chair fibreuse ! Nous avons choisi une pintade fermière bio.

1 * Faire une décoction de prêle:
Plonger 4 tiges de prêle des champs fraichement cueillies dans 2 litres d’eau frémissante de qualité. Laisser « mijoter » 40 minutes. Couper le gaz.

2 * Prolonger la décoction avec la fleur de sureau:
10 minutes après la fin de la décoction, plonger une fleurs de sureau pendant 8 minutes. Filtrer l’ensemble et le mettre dans un fait-tout.

3 * Macération:
Ajouter 3 branches de Thym et une pincée de Sel de Guérande dans la décoction encore chaude.
Mettre la pintade dans le fait-tout afin qu’elle soit couverte à plus de la moitié de sa hauteur.
Cuire à petit bouillon pendant 1h30.
Retourner la pintade au bout de 2-3 heures et laisser les tissus s’imprégner pendant une nuit.

4* Réchauffer 20 minutes avant de servir.

Si on essayait d’en tirer une conclusion?

La première chose qui frappe chez Franck, c’est qu’il n’est pas du style vigneron hurluberlu, connecté au tellurique et au cosmique -et qu’on imagine, soyons prosaïques, défoncé à des drogues naturelles. Non. Il pourrait vendre des aspirateurs, ou des frigos. Bref, il n’a rien du chevelu hippie bouffeur de graines qu’on visualise quand on entend parler « champs de force » et « magnétisme ». Je crois, qu’aussi bien Isabelle que lui ont la tête sur les épaules.

J’avoue, j’ai beaucoup de mal avec le discours « énergétique ». Parce qu’y étant très peu sensible moi-même -j’ai beau apposer mes mains sur des bouteilles, je n’ai jamais senti ce dégagement d’énergie que je suis censée ressentir – j’ai du mal à le comprendre vraiment. Mon cerveau bute devant l’intangible.

Les nouvelles étiquettes sont pour moi complètement le reflet de cette difficulté: si elles sont pour Franck et Isabelle complètement parlantes, pour moi c’est trop opaque. wpid-img_20140609_211717.jpgTrop loin de mon langage du vin. Il est ressorti des discussions que nous avons eues, que certaines personnes présentes étaient par le passé, passées à coté des vins de Franck et Isabelle. Mais que maintenant qu’on leur avait expliqué, elles sauraient les comprendre et les aimer (sic).

Je vais peut-être paraitre abrupte mais on ne peut pas d’un coté prétendre n’aimer que les vins qui vous procurent des émotions, et en même temps demander sans cesse à ce qu’on les contextualise pour les aimer. Si on laisse uniquement le langage émotionnel s’exprimer, on ne devrait même pas savoir ce qu’on goute, déconnecter son cerveau et juste allumer ses sens. Une fois qu’on apprécie un vin parce qu’il est biodynamique, ou énergétique, on devient snob. Rencontrer le vigneron, comprendre ses choix, peut donner une autre lecture, plus de profondeur ou de compréhension. Cela ne doit pas dicter le gout.

J’ai trouvé cette journée de dégustation enrichissante à plus d’un titre: Franck a répondu à tous avec beaucoup de simplicité, mais reconnaissons-le sans pouvoir me montrer des preuves « physiques » de ce qu’il avance. Parce que oui, c’est bien beau toutes ces énergies circulantes, très poétique – et un peu perché, si on a comme moi besoin de voir pour croire.

En l’occurrence, ici de boire pour croire.

J’ai adoré les vins, équilibrés, beaux, possédant du style et du caractère. Je ne suis absolument pas certaine que c’est à cause/ grâce à une réorganisation énergétique. Mais ce que je peux bien croire ou pas n’a pas d’importance.

 Rencontrer des gens heureux de faire ce qu’ils font, comme ils le font en a. 

Gouter à de jolis vins, qui ont des choses à dire, en a. 

Le reste n’est que litres et ratures…

* La fermentation malolactique intervient -ou non- après la fermentation alcoolique. Elle a pour but d’arrondir les vins en transformant leur acidité.

**Le solera est une technique de vieillissement et d’élevage des vins de façon perpétuelle: imaginons plusieurs rangées de barriques, les unes au dessus des autres. Au dessus, on a le vin de l’année, à l’étage en dessous celui de l’année précédente, etc. Jusqu’à arriver tout en bas. Chaque année, on ôte un peu du vin de l’étage d’en bas, et on compense le fut avec celui de l’étage au dessus, et on fait pareil en remontant: ce mode d’élevage venant d’Espagne permet d’obtenir tout à fait un autre style que les vins « millésimés.

Advertisements

2 réflexions sur “Une valse à Vingt temps

  1. Moi, je suis perché et très sensible à l’énergie, notamment dans les vins. Bref, j’avoue, je ne connais pas ces champagnes, mais vite, faut que je goûte ! Merci, Sandrine !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s