B-Days (sunday monday happy)

sanc

sancerre, Alphonse Mellot, génération XIX, 2005

C’est le week-end, et donc place à la récap’ de la semaine écoulée. Festive et c’est pas encore fini, puisque nous avons, les enfants, l’Homme et moi eu la merveilleuse idée de tous naitre en même temps… avec quelques années d’écart et quelques jours. Dire que je suis pleine de sentiments ambivalents, entre le temps qui passe, les rides, ces saloperies de gosses qui vont quitter le nid, la ménopause… et aussi le bonheur des amis, des quilles à faire tinter, des goûters qui se prolongent en diners. Bref, la vie dans toutes ses dimensions.

Quoi de mieux donc que commencer ce billet par Génération XIX, sancerre blanc de Mellot. 2005, clin d’œil supplémentaire au fiston, dont c’est le millésime. Ces bouteilles-là, on se dit qu’on les boira avec lui, puis on craque: on n’a pas trop regretté. Le nez encore très frais pour ses neuf ans, poire croquante, et la bouche un peu stricte minérale m’ont pas ébaubi. Bah oui. Next generation?

mata

côtes-catalanes, domaine Matassa, el sarrat 2008

On voyage dans le temps, trois ans plus tard et dans l’espace puisqu’on descend carrément bas, dans le Roussillon, là où le soleil tape et le vent chante quand il ne hurle pas. Calce, village qui abrite pas mal de vignerons réputés (Gauby, entre autres). Ici, Tom sud-africain tombé en amour d’une fille du coin et de la région. J’avais tendance à le trouver un peu trop massif (le vin, pas le vigneron, suivez un peu) dans sa jeunesse. Là, il s’est assoupli, a déserré les dents. Pour autant ce n’est pas un de ces beaux parleurs du sud, hâbleur et blagueur. Non, on est dans un registre taiseux et strict, pas de fruits explosifs mais une bouche ample, épicée et aux tannins encore présents quoique plus du tout agressifs.

esta

faugères, château des Estanilles, l’impertinent 2010

Sud, encore mais on fait un crochet à l’est…  Faugères produit aussi des blancs, hé oui… L’ancien propriétaire des Estanilles, monsieur Louison faisait ici des vins excellents. La relève, prise par Julien Seydoux montre d’autres profils aux faugères des Estanilles. Un poil moins de bois, peut-être. La fraicheur est belle, pour un sudiste. A table, avec en poisson enrobé de sauce crème, c’est un joli moment.

roc

vin de table, domaine le Roc, blanc 2012

Le blanc bluffant, c’est ici qu’il est: sud-ouest. Fronton, les petits poulets. Encore? Y a un nid de très bonnes choses à Fronton, faut croire. Ce bébé est délicieux, charnu, rond, mais il ne fait encore que babiller. Il faudrait pouvoir le re-gouter d’ici quatre cinq ans pour comprendre et avoir dans le verre tout ce qu’il peut donner. L’ennui de tous ces vis jolis, c’est qu’il n’y en a pas beaucoup. Vous en avez? Planquez-les.

roses

champagne, Roses de Jeanne la Bolorée 2005

J’ai un défaut (en vrai, j’en ai beaucoup plus mais c’est une figure de style): j’adore le champagne. Je crois que si on m’en laissait l’occasion, je vivrais dans du champagne. J’en boirais des caisses, des litres, des jéroboams. J’en prendrais des bains, m’en parfumerais, bref: c’est l’Amour avec un grand A.

Pas n’importe lesquels évidemment, certains me laissent froide comme un glaçon. Mais ceux qui touchent à leur but, haaaaa.

Roses de Jeanne, dont j’ai déjà parlé ici, c’est une belle rencontre humaine et avec des vins qui me plaisent, vraiment. Priorité au cépage, pas d’assemblage, pas de dosage. Du vin nu, simple et pourtant complexe. Goûté tout bébé, le voilà dans sa jeunesse pas ingrate. 2005, lui aussi, décidément la Bolorée est un pur pinot blanc, produit à 1000 bouteilles… Le nez est plein de fruits: pêche, nectarine et de fleurs. Y aurait du freesia et un peu de jasmin. La bouche est ample, longue, avec du fruit mais surtout du vin! On l’oublie trop souvent, le champagne c’est du vin. Les machins insipides avec juste des bulles ne passeront pas par moi.

uly

champagne, Ulysse Collin blanc de blancs extra brut

Autre champagne, autre émotion. On est sur un pur chardonnay, et … Heureux qui comme Ulysse? Exactement. On voyage. C’est beau, tendre, frais, comme une larme de joie sur la peau à peine rougie d’une très jolie fille. Un de ces instants délicats, de la rosée sur une toile d’araignée, si fine, au matin. Ceci n’est absolument pas un commentaire de dégustation à retrouver dans un magazine pro: et alors? Moi le beau champagne, ça me file juste des envies de poésie et c’est déjà pas si mal! Olivier Collin a fait son stage chez Selosse, on peut débuter plus mal. Les champagnes sont élaborés de la façon la plus naturelle possible, vieillis minimum 3 ans sur latte, et issus de sélections parcellaires.

Dire que certains confient détester le champagne… Rien que pour ces deux bouteilles, ça vaut le coup de remettre son dégout en perspective. En même temps, ceux qui ne changeront pas d’idée m’en laisseront plus à boire: dois-je vraiment m’en plaindre?

arbois

arbois-pupillin, domaine Overnoy, 2010

Je ne pouvais pas fêter mon anniversaire sans au moins un vin du Jura. Et tant qu’à faire, un Overnoy.

Quelle putain de claque!

On a beau le savoir avant, chaque bouteille ouverte est un nouveau bonheur. C’est d’une complexité à faire pâlir n’importe quel génie des mathématiques, c’est d’une précision à couper le souffle, c’est long long long (même Rocco – et ses frères- en seraient jaloux). Bref, c’est un très beau vin du Jura et le Jura c’est plus fort que toi.

kop

Gere Attila Kopar Villanyi 2008 et rivesaltes-grenat domaine Vaquer l’extrait 2007

Last but not least, je ne vais pas refaire l’article de l’Extrait de Vaquer ? 

Je l’ai servi en apéro, car je n’ai peur de rien moi, mesdames messieurs! Son sucre si maitrisé lui a permis de faire une parfaite entrée, sur la pointe de ses jolis pieds vermeils… pardon, grenat.

Et la bouteille bizarre à gauche, qu’est-ce?

Un souvenir, plutôt très bon. Un hongrois, découvert la toute première fois à la gilde des sommeliers belges. Une soirée sous le signe de mon intronisation, une cuisine étoilée, de grands vins, et puis ce machin qui me tombe dans les mains: rouge sombre, velours, patiné, des tannins soyeux, un caractère ombrageux. Un vrai coup de foudre: du coup, chaque fois que j’en trouve quelque part, c’est compulsif, j’en achète. Puis j’encave. Et chaque fois que je descend dans ma tanière je regarde les bouteilles alignées, emballées dans leur papier de soie, et je n’ose pas y toucher.

Sauf là.

J’ai bien fait. Les potes ont été séduits par cet iconoclaste gothique, et moi ravie de retrouver mon vieux et beau partenaire.

Sur un plan plus technique, il est issu des cépages cabernet sauvignon, merlot et cabernet franc qui sont cultivés sur le terroir de Kopar, le mieux exposé du plateau de Villany. Les raisins sont récoltés à la main et transportés en cagettes, puis le vin est élevé en barriques de chêne Hongrois pendant environ 18 mois.

Voilà pour les choses bues, beaucoup d’amour et un peu de vin ça n’efface  pas les rides, mais bien  tous les chagrins.

Bonne semaine!

Advertisements

3 réflexions sur “B-Days (sunday monday happy)

  1. Encore un beau papier et ds beaux vins commentés.Le Sancerre d chez Mellot dans ce millésime on va se le faire lors d’un menu dégust avec des super vins (enfin sur le papier).Je verrai bien si je suis en phase avec vos réserves.
    Pour Matassa j’ai trouvé ça toujours un peu lourd,un peu mou….Peut être bu trop tôt.Pourtant de goût je suis sudiste mais là……
    Estanilles c’est très bien avec le nouveau proprio.
    Je goûterai Roc Blanc,ça me tente bien.
    Allez bon w.e,ici ce sera Foillard ce jour et demain certainement Clos Romain mais je ne sais pas quelle cuvée.

  2. Bon anniversaire! Comme toujours tu parviens à nous mettre l’eau à la bouche. Ce champagne me tente particulièrement ainsi que le Jura.Mais je viens de participer aux fins de vendanges à Barr. Il me faut donc faire pénitence pendant quelques jours. Je suis également passé à Mitterbergheim et bu le Sylvaner de Rietsch ainsi que le Zotzenberg de F.Seltz.
    Ils se plaignent tous de la mouche Suzuki.Les trois derniers millésimes sont décevants dixit les gens du coin.
    A+

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s