François, mais pas Claude*

*et le champagne coulait à flots.

Parfois j’ai des bouteilles dans ma cave qui y atterrissent on ne sait comment: plus exactement, j’achète parfois au feeling, l’un ou l’autre exemplaire d’une cuvée inconnue. Que je planque soigneusement, oublie, et sur laquelle je ne cherche pas d’infos.
C’est ce qui est arrivé avec cette bouteille.

gossetSemaine d’anniversaire, disais-je: champagne, forcément!

Mais qu’est-ce au juste?

 Ça vient de la maison Gosset, dont sans être une fan acharnée, je salue plutôt le boulot, en général.

Vous ne connaissez pas?

En 1584, Pierre Gosset, échevin d’Aÿ et vigneron, produisait des vins tranquilles, souvent rouges, avec la récolte de ses propres vignes. A l’époque, deux vins se disputaient la place à la table des rois de France : le vin d’Aÿ et, à quelques centaines de lieues plus au sud, le vin de Beaune. Tous deux étaient élaborés à partir des mêmes cépages « nobles » : le Pinot Noir et le Chardonnay. La réputation du vin d’Aÿ était telle que François 1er y aménagea un vendangeoir, aujourd’hui propriété de la maison Gosset. Puis, après le XVII ième siècle et surtout au XVIII ième Siècle, Dom Pérignon y contribuant, les vins d’Aÿ et de la région devinrent effervescents. Aujourd’hui encore, une partie de la vinification se poursuit en fûts de chêne pour les cuvées présentées en flacon antique, reproduction exacte de celui utilisé aux XVIIIème et XIXème siècles par Champagne Gosset.

La fermentation malolactique est soigneusement évitée afin de préserver l’acide malique qui restitue l’arôme naturellement fruité des vins. Le poignettage, le remuage manuel et le dégorgement « à la volée » sont pratiqués quotidiennement dans le plus grand respect de la tradition maison.

Les assemblages Gosset réunissent les meilleurs Crus de la Marne (Grands Crus et Premiers Crus) avec une classification moyenne de 95 % sur l’échelle officielle des Crus.

On y lit deux choses importantes si vous ne le saviez pas déjà: les vins de champagne n’ont pas toujours été à bulles. Et même, les plus réputés étaient les rouges! Ça vous en bouche un coin?

Et puis il y a ce coquinou de François 1er. D’après les légendes viticoles, ce brave Fanfan devait se taper quelques sévères gueules de merisier, vu le nombre de ses vins préférés (notamment de ce qui se dit et s’écrit le romorantin, cépage de cour-cheverny).

De Gosset, on sait la Célébris, cuvée emblématique. On connait les autres, le blanc de blanc, l’excellence…

Mais cette cuvée François 1er? D’où sort-elle?

Recherches sur Internet: néant.

Au point que je lance un appel à l’aide sur facebook (merci les réseaux sociaux). Christian et Jean-Charles ne tardent pas, sont efficaces et me fournissent une plaquette explicative.

Déjà, il n’existe plus ce champagne. Enfin, il n’est plus commercialisé. C’est une cuvée créée pour célébrer l’anniversaire de la naissance de François 1er (joli geste, il doit adorer Fanfan). Et qu’est-ce qu’il y a dedans?

Dans cette bouteille 18ème siècle, nous présentons un Champagne exceptionnel d’équilibre et de richesse.
Cet assemblage de 15 crus champenois, parmi les meilleurs de Chardonnay et de Pinot noir provient des récoltes de 1988 et 1989 et de vins de réserve 1985.

Ce n’est donc pas tout jeune, et il ne s’agit pas non plus d’un récemment dégorgé (un champagne vieilli en cave sur lies, et qu’on aurait dégorgé et bouché récemment). Pas un mot sur le dosage, il est vrai que les « sans dosages » « brut nature » « extra-brut » n’étaient pas encore à la mode: on peut en conclure que ça doit être dosé autour des 7/8 grammes comme un brut classique. A ce sujet, mini-aparté sur le non-dosé: un bon champagne, bien équilibré est bon aussi sans dosage. Ce n’est pas une excuse pour surfer sur la vague, fourguer des machins à l’acidité verte et prétendre que c’est ça, un bon champagne. Si ça fait pousser les dents, c’est un truc de mécréants!

Le bouchon doit être en place depuis les années 90, par là, si je suppose bien. Je possède la bouteille depuis deux ans, ne sait pas trop comment elle a été entreposée entre-temps.

C’est donc et sans animosité aucune, un vieux champagne.

Mais toutes ces infos, je ne les ai que depuis hier et ce matin: j’ai goûté au champagne bien avant.

Et donc?

Tout ça confirme la dégustation: au nez, d’abord pas grand chose puis en reprenant un peu de température de l’amande, du beurre plus très frais, de la poussière aussi. Bon, il a l’air fatigué un peu pépère. Dans le verre, une chose observable: quasi plus de bulles. Le vin est presque jaune pipi, aussi. J’ai oublié de dire que le bouchon, sans être totalement vrillé, montrait des traces de fatigue.

En bouche… ce n’est plus du champagne. On est sur une sorte d’hybride entre un vieux bourgogne en fin de carrière avec un pet de frizzante.

Ça fait partie des expériences à faire: le vin là, a été bu probablement trop tard. Donc quand on vous dit que les champagnes vieillissent formidablement bien, vous avez le droit d’être circonspects. Pas tous, pas tout le temps. En l’espèce, le fait d’avoir vieilli « dégorgé » ne lui a sans doute pas rendu service.

Après on peut arguer que la perte de bulles ce n’est pas grave (en supposant que le vin lui aie tenu, c’est pas exactement le cas ici). Sauf que si je veux un vin sans bulle, je n’ai que l’embarras du choix ailleurs: je vois pas pourquoi alors j’irais en champagne.

Il faut aussi de ces bouteilles décevantes pour se rappeler que le vin est vivant, subtil, sujet aux changements. Que l’emballement ne peut pas être au rendez-vous chaque fois (et à lire ce blog, on pourrait le croire, il est vrai que j’ai plus tendance à aimer de façon dithyrambique que de clouer au pilori ce qui ne m’a pas plu).

Si les vins de champagne vous intriguent, y a un topo complet par là-bas.

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s