La crème du gratin*

*sous vos applaudissements

L’amour est une chose compliquée: bien sur, on pense à ses débuts. On se voit, on se plait, on se tourne autour. On hésite, et puis grande inspiration: on se lance!

Ah, le délicat objet de notre affection pourrait bien ne pas partager la délicieuse ardeur que l’on ressent, il pourrait d’un geste, d’un mot faire tout capoter.

Ce premier écueil évité, quand il/ elle a dit oui, nous nageons telles des écrevisses soules dans un bouillon de félicité. Cette phrase ne veut rien dire, c’est pas grave, je suis un artiste contemporain.

Le plus dur reste à faire: entretenir le feu! J’avoue, j’ai délaissé mon ornithorynque. Occupée, soucieuse, j’en ai oublié l’essence de notre relation. Marier dans une symphonie polychrome le meilleur de la bouffe et du pinard (ça ne veut toujours rien dire).

Heureusement, des patates au cheddar et au bacon m’ont ramené à la raison! C’est la blogueuse de ma vie, mon petit bout de gras sur le chemin du plaisir, mon fondant croustillant et gourmand alter ego.

Donc, on met de l’or dans ses cheveux, un peu plus de noir sur les yeux, pour la faire rire.

Vivre d’amour et d’eau fraiche c’est bien, mais je préfère largement vivre de gratin et de vin.

chou

Pour le gratin, voilà une version qui ne peut que me plaire: du légume, oui, mais avec du jambon (mmmh) et du roquefort (mmmmh). C’est facile, ça prend pas un temps infini, c’est riche en goût: et c’est pas cher!

Ce qui nous permet de prendre un vin un peu space.

Mon amour du Jura  est quasi cent bornes.

Ou un peu plus que ça.

Il reste encore beaucoup à faire pour qu’on découvre ses vins-là: particulièrement les oxydatifs. C’est un mot qui fait peur: parler de vin jaune autour de vous, de flor, de voile, vous allez en mirer des yeux ronds, des bouches crispées, et des sourires forcés.

Principalement parce qu’ils sont en dehors des arômes classiques: secs, parfois très secs. Longs, parfois très longs. De la noix, de l’amande, des épices, de la cire…

Tout ça désempare, surtout quand il s’agit de trouver quoi boire avec. A part du comté, hahaha.

Même si le comté est un fromage merveilleux, on peut peut-être tenter d’autres choses non?

Au hasard, un plat qui aurait un gout riche, puissant, qui contiendrait du fromage. Du sel, évidemment.

Voyez mes gros sabots?

Pour le gratin de Lorni, je pense à ceci:jur

Du pur savagnin, sous voile, de Philippe Bornard. Okay, ce n’est pas un vin bon marché, mais la recette l’étant, on peut faire une petite exception?

Go.

C’est tout ce que j’aime: le nez est ample, avec une pointe de curry, d’épices douces, un peu de poire et d’amandes. La bouche, du même acabit, profonde, riche, tendue. De l’épice encore, mais plus discrète. C’est la poire et un peu la noix qui jouent les stars.

Poire… noix… roquefort…

Attendez une seconde, c’est pas une super association, ça? Bon, ça parait tiré par les cheveux, mais qui a dit qu’on pouvait pas un peu donner dans l’étreinte sauvage, aussi?

 Si le portefeuille crie famiiiiiine, on peut aussi essayer cette cuvée de Patrick Meyer

 Le commentaire spontané qui m’est venu en le goutant c’est « Nez de ouf, bouche géniale. Dolmen t’attrape le slip et lâche pas tant que t’as pas joui. »

Ai-je besoin d’en dire plus?

Moi ce vin là, il m’a botté. Grave. Vin d’Alsace du génial Patrick Meyer, du pinot blanc parti en sucette (manque de soufre? ), oublié, et tel Lazare ressuscité: il n’y a pas d’autres mots. On fiche le nez dedans, on s’attend au sucre, tellement c’est confit, exotique, prenant. En bouche, c’est d’une droiture presque sévère mais longue, longue, longue. Il en met du temps, le petit père à durer sur la jouissance. Et t’es au bord de l’extase, slip tendu, et ça finit par venir. Un seul défaut: la bouteille est bien trop courte. Cette bouteille, que j’ai payée (sic), c’est moins de 10 euros les loulous. Autant vous dire que c’est de l’exceptionnel à portée de bourses, de toutes les bourses.

Et vlà le travail: rendre une femme heureuse, c’est pas si difficile au fond!

Advertisements

Une réflexion sur “La crème du gratin*

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s