L’hummer du lundi!

Un petit billet d’humeur du lundi, ça vous dit? Je profite de mes quelques heures de liberté encore, avant le rush des quinze prochains jours: l’heure où certains prennent des vacances est celle pour moi de m’activer trois fois plus que d’habitude (ceux et celles qui m’ont vu en action, dégustant de la main droite, instagrammant à gauche, bébé sur la hanche savent).

Sollicitée, pour conseiller, accorder, empaquetter, coliser, rassurer, c’est ça les fêtes chez une caviste. Des moments tendus, parce que tout de même l’année, si elle ne se joue pas qu’en décembre, sera bonne, très bonne ou moyenne selon comment ça se passera.

Comme chaque année, on est sur le pont. Prêts? Jamais tout à fait. Les derniers ajustements qu’il reste à faire, les commandes en retard ou qui n’arrivent pas dans la bonne couleur (bah, vous boirez du rouge sur le poisson, hein, nierk).

Stress. Excitation. Et grosses, grosses journées en perspective.

Je n’ai pas envie de laisser ce blog en friche: du coup, cette semaine des invités surprise me filent un coup de main. A eux d’élaborer un menu de Noël complet, à moi de trouver les vins qui vont avec! Accessible, moderne, original: c’est les consignes que je leur ai donné… et je pense que vous allez aimer. Vous les découvrirez tout au long de cette semaine, j’ai hâte.

Programmer, prévoir, c’est une seconde nature. Ne rien oublier non plus.

Puisqu’Hervé nous fait un coming out, à moi de faire le mien. En aparté: Hervé, tu vois ça c’est un link. Un lien, quoi, en français. J’t’apprendrai, fieu.

En fait, cher Hervé, on s’est déjà rencontré. Il y a des années, je crois que tu venais d’accoucher de la Petite Sibérie.

Tu sauras mieux que moi situer ça dans le temps. A l’époque, sommelier débutant, pas de blog. Inconnue totale. Maintenant, j’imagine que j’ai une gueule qu’on doit repérer, on vient me taper sur l’épaule.

Ha c’est vous, la Pinardothek!

 Des lecteurs, parfois. Et ça fait plaisir, même si c’est étrange. Pas de melon là-dedans: un constat simple. Ce blog ouvert depuis deux ans, qu’il plaise ou non est là, toujours vaillant. Il « parle » à certains: ça suffit à mon bonheur.

Mais revenons à notre vigneron. Je me souviens de la dégustation, en salon, à Montpellier. Je mouftais pas trop, j’observais et me concentrais en dégustation. J’ai oublié certains détails, mais pas l’impression de confiance en soi énorme qui se dégageait. Surtout quand, de dessous le comptoir, tu as sorti en fillette une « petite sibérie ». Doses versées parcimonieusement, yeux mi-clos, on a goûté. C’était bon. C’était la première fois que j’avais l’impression d’assister à quelque chose d’inédit. Fallait oser, fallait avoir -excuse my french- les couilles de sortir ça.

Tu ne t’en souviens sans doute pas, moi ça m’a marqué. Le fond des verres de dégustation, les millilitres qui à moi semblaient ridicules sont retournés dans la bouteille. Fallait pas gaspiller.

Cette image-là, elle m’en a dit beaucoup sur le boulot de vigneron. J’ai appris plein de choses par la suite, rencontré des tas de gens. Mais j’ai pas oublié.

Je suppose qu’un jour, on se recroisera.

En attendant, puisque tu le suggères, roussillon!

couma

 Je sens déjà d’ici les inévitables « dans le magazine machin, ils disent de prendre du maury avec le chocolat ».

Rhaaaaa.

Non pas que l’alliance soit mauvaise, mais de grâce, prenez un minimum de risques. Soyez rock.

Osez même les rouges secs sur du chocolat, d’autant que ceux du Roussillon s’y prêtent particulièrement bien.

Il n’y a pas de petites régions, pas de petits vignerons, il n’y a que des imbéciles à la vue trop étroite. Ceux-là, on leur souhaite d’avoir les bras trop courts et le cul qui gratte.

Sur ce, bons préparatifs de réveillons, pensez à être sympa avec vos cavistes, ils vous le rendront au centuple.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s