Le dessert: n°1 au hit parade de mon coeur*

* je vous ai déjà parlé de ma passion pour Marc Aryan? 

Je ne suis définitivement pas née à la bonne époque: ramenez-moi quelques décennies en arrière. Musique, littérature, j’ai une fâcheuse tendance à aimer les auteurs morts (ou ça ne devrait plus tarder). Le rapport avec le schmilblick?

A priori, aucun.

Quoique, on verra ça en fin de billet. Quand j’ai demandé à Eric de créer un dessert de Noël, il m’a dit:

Ok, mais moi je veux travailler autour du vin.

J’ai dit banco ! La perspective d’avoir moins de boulot à me creuser le ciboulot puis rédiger, mettre en forme, être drôle, tout ça.

Il fallait juste un vin qu’on connaisse bien tous les deux.  J’aime peu le sucre dans les desserts, et en bonne interventionniste despote, je vous intime de faire pareil. Que de fins de repas alourdies par un excès de glucose, les estomacs comme des parpaings.

Plissant le front et matant l’horizon, la solution est bien vite arrivée: ce vin-là, il le connait puisque c’est moi qui lui ai fait découvrir (*fierté*). Il est juste parfait: très aromatique, plein de choses exotiques, subtil, avec juste une pointe de sucre pour le faire pencher du côté dessert. Je ne parle pas d’Eric, hein!

Mais d’une cuvée de chez Rietsch: un assemblage riesling-gewurztraminer à 7 grammes de résiduels.coup

Que voulez-vous que je vous dise? Mon avis est dans le nom de la cuvée: c’est charmant, délicieux, comme un coup de foudre. On en ferait son quatre heures, son dix heures, et son minuit aussi. Environ 10 euros.

 Ayant déjà bu ce vin, je savais qu’il fallait quelque chose qui ne soit ni trop sucré, ni trop parfumé, au risque de le faire paraître acide ou plat. Il fallait au contraire un dessert qui le mette en valeur tout en trouvant une ou plusieurs connexions aromatiques.La rose et la poire me paraissaient bien fonctionner.

De la rose et de la poire? De l’amande en sus ? Que de choses délicates, et surannées -et connotées 80’s, bon d’accord, hahaha- pour la recette.

Je vous laisse la découvrir ici.

 

Sinon, pour retrouver le menu complet, c’est simple.

L’apéro, ici. 

L’entrée, là. 

Le plat, there. 

Merci David, Lorni, Flo et Eric, vous fûtes précieux et croquignolets.

Un dernier mot, puisqu’il faut bien être sérieux deux secondes: si vous faites la fête chez vous, pensez à bien vous hydrater avec de l’EAU entre les coups (non, l’eau dans le pastis ça compte pas comme hydratation).

Si vous sortez, si vous prenez la bagnole, modérez vous! Ou désignez un « Bob »: une personne qui restera sobre et vous raccompagnera en toute sécurité. Dormez sur place. Bref, restez et rentrez en vie. 

La fête, c’est plus marrant vivant.

Bises, bon réveillon à tous, profitez de ceux que vous aimez.

Advertisements

Une réflexion sur “Le dessert: n°1 au hit parade de mon coeur*

  1. C’est vrai que cette cuvée de Rietsch est superbe et je prends bonne note pour le placer en fin de repas; voilà une super idée qu’elle est bonne. Je précise que chez Rietsch toutes les cuvées pour moi sont très recommandables.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s