Faites la mouche, pas la guêpe *

*merci Sttellla

Drôle de semaine: entre les communiqués de presse saint-val’ tous plus dégueulasses de rose et d’imbécillités même pas heureuses, et l’interview du mossieur « ANPAA », il y avait de quoi se trouver une grotte, tout plaquer, et vivre enfin une vie d’ermite à bouffer des glands et s’écouter pousser le poil.

La saint-valentin, j’en ai dit ce que j’en pensais déjà ici. Ce qui est désespérant, c’est qu’un an après, je peux  le réécrire pareil à la virgule près. Ou quasi (de veau).

Oh, pauvres champagnes rosés, ce qu’on fait de vous: des vulgaires roteuses pour tendrons trop maquillées. La surenchère, le too much, toujours surtout au niveau vocabulaire.

« audacieuse et séductrice » « subtilement sucrée » « des dosages subtils et féminins » « il se pare d’une belle robe franche aux reflets saumon pâle »

C’est pas compliqué pour écrire un CP bien sexiste saint-valentin en fait:

  • du rose, partout, overdose de rose
  • répéter et décliner femme, féminin, féminité
  • sous-entendre qu’on est pas là pour rigoler, mais tringler
  • c’est monsieur qui paie, et pour « plaire aux femmes », bonjour l’idée sous-jacente
  • pour pas montrer qu’on a de gros sabots, ajouter des adjectifs censément féminins (subtil, discret, timide, etc).
  • refoutre du rose, pour être sûr

La palme du communiqué le plus sexiste revient sans conteste à Duval-Leroy. Ceci dit, j’ai bon espoir encore de trouver pire, on n’est que le 31 janvier.ladyrose

Il est amusant de constater qui est à la tête de cette maison, d’ailleurs, je vous laisse googler.

Je sais qu’à moi seule, je ne changerai pas le monde, j’ai un peu parfois l’impression de gueuler dans le désert depuis trop longtemps. S’il y avait une mini prise de conscience, mais non, non. Toujours, les mêmes communiqués, le même vocabulaire, pour vendre la même came aux mêmes poules rêvées des agences de comm’. Ecrit par des nanas. Bien entendu, y a le désir du client, puis faut bien vivre et travailler ma bonne dame. Mais si on pouvait éviter les dégueulis féminostériques…

Bref.

Très belle interview, disais-je d’Alain Rigaud. Lisez, c’est assez terrible d’amalgames (ouh, le mot à la mode). On est pas rendus.

Le vin, plus dangereux que les anxiolytiques?

Hey, monsieur Anpaa, relis un peu Charles, va:

Car j’éprouve une joie immense quand je tombe
Dans le gosier d’un homme usé par ses travaux,
Et sa chaude poitrine est une douce tombe
Où je me plais bien mieux que dans mes froids caveaux.

Baudelaire, ça fait toujours du bien. Mais poursuivons avec mossieur Anpaa. Pour la fine bouche, j’ai relevé ceci, au milieu du bousin:

Les jeunes et les femmes, on les attrape soit avec le packaging, soit avec le sucre

Forcément, ça m’a fait bondir. Parce que ce n’est pas une réalité: c’est une tendance marketing qu’on veut nous faire entrer dans le crâne. Pire que ça, en catégorisant les jeunes et les femmes, on se retrouve encore déresponsabilisés, sous-espèce qu’on « attrape » au sucre.

BON SANG mais c’est bien sûr. On est des guêpes.

Méfiez-vous les gars, la guêpe femelle, elle est armée d’un dard venimeux. Et elle pourrait bien s’en servir.

D’un dard à l’autre, heureusement, pour se consoler y a du saint-jo.

Dard et Ribo, duo de vigneron rhodanien qui tombe pile là où il y en avait besoin.

saintjoDans une veine « nature » (peu d’interventions, très peu ou pas de soufre), à Mercurol ils font des merveilles. Ce blanc encore tout jeune, tout bébé était pourtant délicieux: un nez complexe, autour de l’amande, de l’abricot, avec des fleurs blanches derrière. Une bouche qui surprend, vive en attaque, pleine de nerf. Puis gentiment, tendrement, elle vous montre le fruit, la rondeur, le velours même. Un poil d’amer sur la fin réveille le tout. Bref, très beau vin, très belle bouteille: le format magnum est un super révélateur pour ce style de pif. On a le temps d’en décoder toutes les nuances, d’en percevoir toutes les strates, d’effeuiller petit à petit le vin jusqu’à parvenir à son essence. Son âme? Allez, oui, sans doute.

Avant de vous la souhaiter bonne, la fin de semaine, clin d’oeil à John, vigneron romantique du minervois, qui identifie ainsi un lot, et croit qu’on ne le voit pas. Nicole étant sa chère et tendre, évidemment.

nicole

Photo de Michel Smith


Bon week-end!

Ajout de 14.00h 

Je viens de tomber là-dessus. « Les amatrices de vin rouge aiment les relations de couple sérieuses; les amatrices de vin blanc préfèrent les aventures. »

Bon, en 2015, une femme écrit encore ce genre de merdes putrides. Voilà. Et on dit que je suis reloue avec mon féminisme …

Advertisements

2 réflexions sur “Faites la mouche, pas la guêpe *

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s