Marmaille et pinard !

Je vous rassure tout de suite, il ne va pas être question de filer du pif dans le bib’ à ces chers petits anges démons sortis des enfers, mais plutôt de répondre à une question courante quand on a des gosses:
Quelle bouteille choisir de l’année de naissance de ces petits êtres délicats baveux et braillards quand on a dans la tête de la boire avec eux, pourquoi pas à leurs dix-huit ans? *


Cas n°1: le môme est neuf 
Il est né cette année (courage, la première année est la plus dure: après c’est pire), ou il a moins de 2 ans? C’est bien de s’y prendre tôt: ceci dit, trouver déjà des vins susceptibles de se garder va être un peu compliqué. Ils ne sont pas encore nés voire sont toujours très certainement en phase d’élevage.
Le conseil est donc d’attendre encore un petit peu: cela ne veut pas dire rester inactif, on peut tâter le terrain chez un caviste et voir avec lui ce dont on  aurait envie .
Cas n°2: le môme est usagé
De 2 à 5 ans c’est la meilleure période pour trouver des vins de moyenne à longue garde dans son année de naissance. Des pistes?
Pour une garde longue, on peut privilégier des rhônes nord rouges (saint-joseph, crozes-hermitage , hermitage si on a le budget), des bordeaux, certains vins du Sud-Ouest ou du Roussillon.
Le vin rouge, c’est le plus évident: tout le monde aime ça non?
Pour les blancs, il faut aimer la patine et donc le goût qu’ils prennent en vieillissant, c’est particulier. Des arômes de fruits secs, la perte du fruit frais des premières années, du côté un peu massif pour certains… Alsace, Bourgogne, Loire et Jura vieillissent en général bien.
On peut aussi envisager les champagnes millésimés, mais attention, en vieillissant ils perdent de la bulle. A vous de voir si cela vous dérange, ou non.
Cas n°3: le môme est bon à jeter 
Il a plus de cinq ans. Mon conseil est simple: pleurez!
Bon, okay, c’est pour la déconne. Prenez un mouchoir néanmoins, c’est dégueulasse ce nez qui coule. Plus il est vieux, moins vous aurez besoin de choisir un vin de garde, c’est mathématique.  En revanche, il sera peut-être compliqué de trouver son année de naissance: si votre caviste n’en a plus, internet!
Protip: quand on achète une bouteille hors cadre habituel, d’un millésime un peu avancé, on peut vérifier deux-trois petites choses.
  • pas de présence de coulure (un résidu du vin devenu épais sur la capsule, à l’extérieur de la bouteille, signe d’une mauvaise conservation, et donc d’éventuels mauvais goûts).
  • un bon état général, mais pas trop non plus. Une étiquette tachée d’humidité est un meilleur indice qu’une trop clean.
  • pas de perte de niveau: en général due à une trop grande porosité du bouchon.

Cas n° 4: Lemôme est né dans un millésime de merde

Vous n’aviez qu’à mieux calculer, bien fait! Ceci dit: il est rare de ne tout de même pas trouver une solution, même dans un millésime réputé difficile.

  • inattendu: les vins sucrés. On n’y pense jamais, mais un vin moelleux peut tenir dans le temps remarquablement. Qu’ils soient issus de vendanges passerillés ou botrytisées, c’est une bonne idée. Sauternes, vouvray moelleux, coteaux- du- layon, jurançon, pacherenc-de-vic-bilh …
  • toujours dans l’idée « sucre » pensez au vin muté: les banyuls, les maury, les rivesaltes ou hors France un porto vintage (un type de porto millésimé qui peut/ doit vieillir en bouteille)…
  • peut-être un peu moins « abordable par tous les palais »: les vins oxydatifs,  vin de voile qu’on trouve par exemple en Languedoc, en Roussillon ou en sud-ouest, voire en Loire et bien entendu le vin jaune. Ces vins là résistent au temps: tout est après histoire de goût. Certains ne se font jamais à leurs arômes de cire, de confit, d’amande et de noix… D’autres adorent. Avant d’en mettre en cave, essayez!

Cas n° 5: vous n’avez pas de môme

Et alors? Ce n’est pas une raison pour ne pas picoler! Tous les conseils ci-dessus sont valables, si vous vouliez célébrer une année en particulier (pacs, mariage, obtention de diplôme, fin de bail, décès de belle-doche, …). Pour un anniversaire, d’une personne déjà adulte, le plan est: si elle a plus de vingt-cinq ans, oubliez le vin. Risqué, compliqué, chéro si vous n’y aviez pas songé avant. En revanche, les alcools, cognac si on a du buget, armagnac si on en a un peu moins, les rhums et les whiskies peuvent vous fournir la bouteille Vintage désirée. Hé ouais.

Dernières astuces: 

Je suggère toujours d’acheter deux bouteilles plutôt qu’une seule: si jamais il y a un souci de bouchon, ou un autre défaut, c’est vraiment bête d’avoir réussi à patienter tout ce temps pour ne rien avoir à boire.
Si c’est possible, et selon le budget/ le choix, le magnum (double bouteille) vieillit plus lentement et mieux. Autre avantage, aux dix-huit ans de bébéchéri, la famille se sera peut-être agrandie. Du coup, les 75 centilitres risquent de faire rat.
Pour la conservation de vos flacons: au frais, à température constante, à l’humidité, dans le noir, à l’abri des vibrations, et couchés pour garder l’humidité du bouchon.
*évidemment, vous pouvez aussi choisir de vous torcher avec sans lui, quand il aura par exemple repeint de son vomi votre tapis angora crème, quand il aura défoncé la barrière du voisin avec son quad, ou qu’il vous foutra la honte d’une façon dont seule notre progéniture a le secret. 
**caractéristiques principales générales mais non contractuelles.
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s