Morpho-psycho wine test #4: Funambuline

fufu

« Je te glisse une photo avec une fourchette. Bam »

En quelques mots, le Morpho-psycho  wine test, c’est quoi? Poser 5 questions, toutes pareilles à un ou une blogueur(euse) que j’aime bien, à un twitto et à partir de là lui attribuer un vin. Un genre de sosie, mais liquide.

Voici Mademoiselle Funambuline aka Funambuline aka Fufu, dont le blog est ici. 

Une tornade très active sur les résosociaux (en même temps, c’est son job) et surtout une diablesse d’épicurienne toujours prompte à goûter cuisines et vins.

  • Ton principal défaut et donc ta plus grande qualité?
L’impatience. Je déteste m’ennuyer, ça me rend dingue, alors je suis boulimique de sensations, de nouveautés, j’aime tester, me laisser surprendre, expérimenter. Ce doit être très fatiguant pour ceux qui m’entourent (et même pour moi parfois).
  • Salée, acide, sucrée ou amère? Ou les 4?
Umami (umami mami blue, umami blue), pardon, je m’égare. Je dirais même « gras », la fameuse 6e saveur en train d’être définie.
Mais si on en reste à 4, tout sauf sucré. Peut-être un penchant plus prononcé pour l’amer. Tu me donnes un accord qui sublime l’amertume et je suis même prête à aimer le doux ! (la fille pas compliquée)
  • Le type de musique que tu écoutes le plus?
De la musique de film. J’écoute de la musique surtout lorsque je marche ou voyage, et le côté « travelling » se prête particulièrement bien à revivre des scènes. J’attends avec impatience la première neige pour réécouter la BO de Edward Cissorhands par exemple.
  • La bouffe dont tu ne pourrais te passer?

Le frômâââge.

  • Sur une île déserte, tu emmènes quoi? (Max 5 choses)
Mon mari, mon ordi, du wifi, un frigo magique qui se remplit tout seul et un ventilateur.
Si Funambuline était un vin, elle serait: 
Pas un vin blanc! Ce serait bien trop simple, et puis elle baigne déjà dedans tout le temps. Mais pas tout à fait un rouge puissant non plus. Un entre-deux, qui allierait la gourmandise du rouge et des petits fruits qui titillent la langue et la fraîcheur du blanc.
Elle serait un Jura:
12140864_851603591622282_7507755947526510482_o
Un cépage-cadeau: le trousseau, c’est ce dont la jeune fille de bonne famille devait se munir en se mariant. C’est aussi le nom d’un raisin cultivé dans le Jura, qui donne des vins rouges fluides, légèrement épicés, avec une faconde et une bonhomie réjouissante. Un vin virevoltant, dansant dans les verres, exhibant ses transparences, jouant à surprendre. Complexe plus que compliqué, abordable plus que facile, c’est une pépite à découvrir sans plus tarder.
Bonus track: même si j’ai tendance à plutôt recommander les accords vins blancs- fromage, celui-ci fait aussi merveille avec nombre de pâtes dures et quelques croûtes fleuries.
Que demande le peuple? De la joie? En voilà 75 cl, en voilà un magnum.
Le ginglet, trousseau, arbois-pupillin Domaine Bornard
A bientôt pour un autre invité à torturer.
Santé!

Les autres wine-tests

Test #1: Lornifouin

Test #2: Sofille

Test #3: Padre Pio

Publicités

Une réflexion sur “Morpho-psycho wine test #4: Funambuline

  1. Par contre si tu envoyais des caisses des dites bouteilles aux gens après leur avoir trouvé leurs vins, ça serait une bonne idée. Parce que ça donne soif, un peu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s