Champ’ à tous les étages

On y est presque: fin d’année, cotillons, danses syncopées, et … champagne, évidemment! Pour comprendre ce qu’est un (bon) champagne, c’est là. Pour vous aider à faire un choix de bulles cool et cohérent, voici ce que j’ai eu l’occasion de goûter le plus récemment. Ils sont classés par « accord » à table: bien évidemment, ce sont des suggestions, en aucun cas une Vérité. Le choix final VOUS reviens (t’as vu, jeune ou moins jeune ça fait grave « livre dont vous êtes le héros)(sauf que c’est plus court).

Les champagnes d’apéros:

Ulysse Collin les Pierrières, blanc de blancs: j’adore et sans retenue: c’est très complet! Elégant, volubile, c’est le champ’ qui te fait monter sur un tabouret et déclamer du hugo ou du Iam selon le mood. En langage vineux: un vin charnu, avec une finale longue sur de légers amers pour épater à l’apéritif. 100 % chardonnay 50 €

Bourgeois-Diaz brut nature: Jérome fait des vins chics et pas chers. C’est bien simple, au plus que tu le goûtes, au mieux que ça te goûte. Frais comme le courant d’air sur une journée à trente degrés, il te claque sur la langue deux notes de citron, trois de pomme et te voilà avec la soif de mordre. Brut de pomme tu l’as? Assemblage des trois cépages. 24 €

Cattier Blanc de blancs: nez assez délicat, notes de chèvrefeuille et de citrus. On est dans un registre assez frais, de bluette tendre et inconséquente avec une bouche agrumes et de légers amers. 100 % chardonnay 33 €

Jacquesson Aÿ Vauzelle Terme 2005: pour ceux qui veulent l’exception(nel), voilà un apéro hors norme. Millésimé le pinot noir haute couture de Jacquesson a la classe des plus grands, avec le chic de ne pas en faire trop. Rectiligne, il en impose par sa sobriété. A tenter au moins une fois. Pinot noir. 160 €

Henriot brut: la bulle est présente sans en faire trop, le nez assez discret. En bouche, le fruit est très mûr, avec un dosage marqué. A servir à l’apéro, pour les réfractaires au trop brut, pour mamie qui a besoin de confort, et pour ceux qui veulent un champagne relativement rond. Chardonnay et pinot noir avec une pointe de pinot meunier. 26 €

Charles Heidsieck rosé:  classique et bien fichu, on peut miser un billet sur le fait qu’il plaira à tous… pinot noir et chardonnay 45 €

Sur les poissons/ fruits de mer

Leclerc-Briant Divine solera: Grosse grosse claque pour un de mes chouchou. Ça bosse sérieux chez Leclerc-Briant: cette cuvée solera est d’une complexité à faire rougir un Heidegger. Ca envoie, du lourd, du pâté mais surtout des bulles, une bouche onctueuse, savoureuse: bref, on ne sert ça qu’à ceux qu’on aime à donf.  Parfait sur des coquilles saint-jacques rôties au beurre. 50 % Pinot meunier, 30% pinot noir, 20% chardonnay 90 €

Henriot blanc de blancs: la très bonne surprise de la maison. Un nez nerveux et vif, avec du cédrat, du lime, et des notes de fleurs. La bouche tonique, à la bulle fine en sarabande, fait preuve d’une belle persistance. Ça claque! A tester sur des fruits de mer.  Pur chardonnay 31€

Vincent Couche Eclipsia extra-brut:  Vincent Couche -mais pas avec moi, juré- offre une pépite en biodynamie à prix tout doux. C’est bien simple, c’est tout ce que j’aime dans la précision et la nervosité: un nez d’abricot légèrement enrobé de miel, une bouche fraiche, nette et tendue qui lui fera adorer la compagnie des fruits de mer. 80% pinot noir 20% chardonnay 27 €

Picard-Boyer Réserve de famille: découverte totale de cette maison avec la cuvée réserve de famille. Un passage en fûts qui n’alourdit rien et 5 ans sur lattes pour réfléchir: c’est pas mal abouti. Exam’ de passage réussi.   80 % de Chardonnays vieillis en fûts de chêne et 20% de Pinot Noir 25€

Sur les volailles et ris de veau

Bedel l’âme de la terre: que dire? C’est un top champagne: long en bouche, puissant sans ostentation, avec du fruit parce que zut, et une couronne de fleurs blanches ceignant un front pâle. Poésie, quoi. A associer avec un bar (le poisson, pas le comptoir). Pinot meunier avec un chouille de chardo et de pinot noir. 37 €

Bollinger 2009, Edition limitée 007 Spectre: fan de Bond, faites des économies. Il vous faut trouver cette cuvée spéciale vinifiée en petits fûts puis élevée sous liège (pas la ville, le bouchon). Elle offre jasmin et poire au nez, tandis que la bouche confortable joue du coing avant de twister sur l’orange amère. A tester sur des ris de veau. 68% pinot noir, 32% chardonnay 170 € en coffret

Brimoncourt extra-brut: on n’est pas des buveurs d’étiquette, mais celle-ci est jolie. Un dosage volontairement peu marqué, un nez très pomme, mûr, la  bouche est du même acabit, avec quelques notes de pêche blanche. Servir sur des volailles. 80% pinot noir, 20% de chardonnay 36€

Henriot brut millésimé 2006: un grand classique pour les amateurs de champagnes vineux sans excès. Note de vanille et de fumé, bouche gourmande, où le fruit est nimbé de thé et de cardamone.  Pinot noir et chardonnay  45€

Roses de Jeanne les Ursules 2007: dense, avec une texture, un soyeux que lui donne le troublant pinot noir. Champagne de gastronomie, à savourer en douceur et profondeur, sans les filles du bord de mer, ou avec c’est selon. 100% pinot noir 42€

Sur les viandes rouges:

Bérèche Campania Remensis extra-brut rosé: Oubliez tout ce que vous croyez savoir du champagne rosé. You’re wrong. Et je vous sonne les cloches! Si la maison Bérèche fait d’excellents blancs, il ne faut surtout pas laisser ce rosé dans un coin. La gourmandise de ce joli bébé et sa belle tenue seront de connivence avec les viandes rouges. 65% pinot noir, 30% chardonnay, 5% coteaux-champenois 50 €

Henriot rosé millésimé 2005: le rosé est un vin d’assemblage, et non de saignée ici. Ce qui lui donne ce caractère particulier, cette mâche et cette texture. Le nez est relativement effacé, en revanche la bouche est pleine de petits fruits rouges, avec un rappel tannique sur la fin. Pour cette raison, à table on le mettra sans façon sur des viandes rouges.    Pinot noir (vinifié en rouge) et chardonnay  44€

Avec la cuisine sucrée-salée

Piper-Heidsieck Rare 2002: Dans ce flacon très art-déco qu’on adore ou qu’on déteste (ou qu’on déteste adorer) se cache une grosse surprise: je ne m’attendais pas à le trouver si bien. Comme quoi, y a que les imb…  La robe or pâle, le nez au fruité discret mais net, et la bouche ample et épicée lui feront adorer la compagnie de cuisine sucrée-salée. 70% pinot noir 30% chardonnay 136 €

Jacquesson Avize Champ Caïn 2005: comme toutes les « parcellaires » de Jacquesson, c’est une cuvée rare. Celle-ci se révèle particulièrement charmante, avec de la rondeur, un côté beurré, confortable qui rappelle les souvenirs enfantins. La bulle réveille et ramène au présent. Chardonnay 140 €

Leclerc-Briant la Croisette: Un joli boulot pour ce vin goulu qui offre fleurs et agrumes au nez, puis une bouche dodue qui jouera les stars sur un magret au miel. Hé oui. Chardonnay 54€

A tous moments:

Jacquesson Dizy Corne Bautray 2005: On dit Jacquesson, et pas Mickaël. Voilà assurément ce qu’est un grand, tout grand champagne: virevoltant, changeant et expressif,  il évolue dans le verre selon la température, et le temps qu’on lui laisse. Ne vous jetez pas dessus comme des sagouins, et il fera merveille tout au long du repas. 100% chardonnay 130€

Tarlant la Matinale 2003: j’ai écrit « Benoit Tarlant a réussi ici la prouesse de réunir deux mondes : un nez très aérien autour du yuzu comme une évocation d’Asie, et une bouche terrienne, ancrée où l’on retrouve des notes familières d’amandes et de brioche.  » Comme je trouve ce commentaire particulièrement beau, je le remets. Et j’ajoute qu’il a grave une puissance tellurique de folie. A ce prix là c’est cadeau. 28% Chardonnay, 45% Pinot Noir, 27% Pinot Meunier 50 €

Roses de Jeanne Bolorée 2005: je n’en fais pas mystère, les vins des Roses de Jeanne sont souvent mes préférés. La Bolo, composée de hach de pinot blanc à cent pour cent est une merveille en dentelles qui ne s’en laisse pas conter et te mène par le bout du nez sur son canapé, où ivre tu bascules et te laisse embobiner entre chair et humidité. C’est un champagne pour faire du sexe, oui, et alors?  100% pinot blanc 60 €

 

Et voilà: y en a à tous les prix, et j’espère pour tous les goûts. Passez un excellent réveillon, et on se revoit l’an prochain.

Gros kiss, les potes!

*sélection qu’on retrouve en partie dans le Elle du 25 décembre p.190

champagneext

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s