Sexistes, les trophées du vin?

On évoquait la possibilité de faire un Trophée « Machos du vin » avec un tire-bouchon zizi en guise de récompense. Ça existe. Hé ouais

Hier, le monde de la bédé a été un peu secoué. En gros, pour la faire courte, au Grand prix de la bédé d’Angoulême, sur trente nommés, zéro femme. Tollé général, évidemment réaction immédiate des autrices (une centaine). Et défection d’auteurs masculins pour dénoncer le manque de représentation féminine. Angoulême a plié de mauvaise grâce concédant de nommer quelques femmes en plus des hommes déjà nommés.

Pourquoi, alors que je ne lis jamais de bande-dessinée m’y suis-je intéressée? Parce que c’est pareil dans tous les secteurs. Elles sont belles les déclarations d’intention, les discours sur le monde qui « change ». Sur ces « professions qui se féminisent de plus en plus et c’est tant mieux ».

Ok.

On se repait gaillardement, on déclare que oulala, on n’est plus sexistes nous!

Dans les faits si certaines choses ont évolué, nous restons d’une façon écrasante invisibles. Il n’y a qu’à constater: un seul auteur homme a plus de poids qu’une centaine de femmes. Là où sa réaction (normale) est qualifiée de « classe », les femmes sont des « chieuses ». Quand elles ne sont pas carrément ectoplasmiques.

Nous n’accédons que très peu aux prix et aux récompenses: c’est un fait. Ce n’est pas notre travail et nos compétences qui sont mises en avant. Ce sont toujours en priorité celles des hommes.

Quand bien même on nous décerne un prix, c’est toujours une sorte de prix de consolation.

En Belgique, le pendant au Sommelier of the year est la Lady of the year.

Il existe une Lady chef pour la cuisine.

Et ailleurs, et en sortant de la gastronomie…

Les mecs sont les meilleurs auteurs, comédiens, musiciens, designers. Et les femmes sont les meilleures… femmes.

No comment.

Oui mais si vous n’êtes quasi jamais récompensées, c’est parce que vous n’êtes pas nombreuses.

Faux.

« Selon l’Union des Œnologues, elles représentent aujourd’hui 50% des effectifs des promos d’œnologie » (chiffres 2014)

« En 2010, (elles sont) 28 % des chefs d’exploitation viticoles »

Article complet à lire ici

Parlons un peu des Trophées de la revue des vins de France.  Pardon, les Trophées des HOMMES du vin de la RVF.

Les hommes du vin. Et non, c’est pas hommes au sens « humain ». Si ça l’était vraiment, alors il y aurait une vraie représentativité des deux sexes dans les lauréats.

J’ai reçu ce prix en 2014, et j’ai bien évidemment pointé le sarcasme d’être récompensée en tant qu’homme.

Pas tout à fait seule cependant: une femme l’a également reçu en tant que « personnalité de l’année » (Audrey Bouroulleau le partageant avec un homme, certes).

J’ai râlé en 2015, zéro femme. Aucune.

Je râle en 2016, zéro femme. Aucune.

Je le ferai jusqu’en 2059 s’il le faut j’ai tout mon temps. Je le redirai tous les ans jusqu’à ce que ça rentre: les mots sont importants. Appeler en 2016 un trophée « Hommes du vin » n’est pas si innocent. Personnalités du vin serait un progrès, Figures du vin, peut-être? Tronches de vin est déjà pris …

Et s’il n’y avait que le nom… Où sont les femmes dans les récompensé(e)s ? Les vigneronnes, les cavistes, les sommelières, les plumes féminines du vin? Où sont-elles?

J’ai fait des études de sommellerie. Nous étions sept ou huit à débuter l’année. Nous l’avons fini à cinq. J’étais la seule nana.

La même année, j’ai passé le concours de meilleur sommelier de Belgique Junior, j’ai gagné: j’étais la première nana.

Longtemps, j’ai cru à ce qu’on me disait: le vin, c’est un truc de mecs. Y a pas, ou peu de meufs.

J’ai commencé à le pénétrer ce milieu, pour y voir et y rencontrer de plus en plus de femmes. De sacrées nanas, même. Des vigneronnes avec du style, du talent. Des sommelières avec de la tchatche. Des journalistes douées. Des cavistes passionnées.

Ah ça, quand on se bouge un peu, quand on écarte les œillères, elles sont bien là les femmes. On est plein: y en a de bien, des géniales, des rigoureuses, des incroyables. Des incompétentes aussi. Exactement comme il y a des mecs bien, géniaux, rigoureux ou incroyables. Ou incompétents.

Je sais, on me l’a dit: c’est du féminisme avec un petit f, y a des combats plus importants. Les récompenses, c’est nul de courir après. Les femmes sont tellement supérieures aux hommes.

Peut-être. Ou peut-être pas.

Quand j’entends de certaines femmes du « milieu » des confidences sur des comportements sexistes mais qu’elles ne veulent pas ébruiter par peur d’être mal vues, ou de ne plus travailler.

Quand je lis d’un article mal troussé « Ah, mais il est écrit par une femme, ça explique tout ».

Je rentre dans une rage froide.

Alors la RVF – et tous ces magazines qui décernent des récompenses, les guides- quand entrerez-vous de plain-pied dans l’ère moderne?

Un petit pas pour vous, un grand pas pour nous.

 

Palmarès RVF de l’année 2016.

Homme de l’année : Aubert de Villaine et Pierre Cheval.

Vigneron de l’année : Louis-Benjamin Dagueneau.

Négociant de l’année : Gérard Bertrand.
Caviste de l’année : Philippe Catusse, Le Chameau Ivre à Béziers.

Meilleur blogueur : Vincent Pousson.

Prix de l’innovation : Vincent Chevrier ( Appli Vinexplore)

Découverte de l’année : Domaine Fabien Trosset.

Carte des vins: Restaurant Rekondo

Prix de l’Oenotourisme : Château Soutard

*on me signale qu’il y a des femmes  puisque  » le domaine s’appelle Fabien Trosset mais Chloé et Fabien sont mis en avant. Les Rekondo, père et fille, ont créé une carte des vins de référence. » (sic)

Publicités

5 réflexions sur “Sexistes, les trophées du vin?

  1. C’est déprimant… A quand des concours : « personne de l’année » ??? A quand la naissance du women power ?
    Sinon, en dehors de l’aspect déprimant, ton article est comme toujours passionnant à lire ❤

  2. Tellement d’accord avec ton article! Nous sommes bien présentes dans le milieu mais on est que très rarement reconnues. Il y a des exceptions par exemple quand tu es la fille de mr X (grand nom du vin) et que tu réussis à ce qu’on t’attribue un cerveau et du mérite pour ce que a fait au delà d’être la fille de mr X.

  3. A Boursot Vin nous faisons déguster beaucoup de vin dans notre cave.Il est vraie que nous avons plus d’homme mais les femmes sont plus subtile. Elles ont des palet plus raffiné et élégant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s