Petite douceur (dans un monde de brutes)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Revenons un peu au vin, voulez-vous? Mais en douceur, en douceur et profondeur.

Nicolas est un drôle d’énergumène à cheveux longs et idées pas si courtes: poète, jardinier, dessinateur, il est avant tout vigneron au château de Reignac, domaine bordelais dont j’ai déjà un peu parlé ici: c’était en 2013, j’en change pas un mot. lesaint

J’aime beaucoup le blog de Nicolas Lesaint, qui raconte avec beaucoup d’honnêteté ce que c’est « faire du vin ». Le bonhomme m’est sympathique, ce qui n’est pas une raison pour aimer « ses » vins, mais qui encourage à les découvrir. Hier, une quille du grand vin de Reignac et hop: à l’abordage. Alors c’est 2010, c’est beaucoup trop jeune, y a encore beaucoup de bois, y a de l’amertume, c’est serré. Mais on sait que dans quelques temps, calmé, patiné, ce sera vraiment bon. Beau boulot. Propre.

Bref, Nicolas a eu la gentillesse de m’envoyer un vin « pour les amis »(ce qui, franchement, est vachement la classe quand on sait ce qu’il en produit, peanuts).

C’est un vin qui n’existe pas ou presque. Une cuvée faite pour « essayer », pour partager, pour tenter. Première expérience en 2014, réitérée sur 2015, cet essai-ovni s’appelle « Ptite douceur » et j’en ai -j’en avais jusqu’à hier- une bouteille de 2014.

Je l’avais gardé bien au chaud, enfin au froid, précieusement. Une bouteille se vit,  se boit, puis s’oublie: c’est sans doute pour ça qu’on est si nombreux à écrire sur le vin, le pif, le pinard  pour figer ces instants heureux ou malheureux mais toujours fugaces par définition.

Et puis hier, une impulsion: j’ai bien fait.

Le liquide, or coule gentiment dans le verre. Il faut un peu se faire violence pour ne pas se jeter dessus: le nez embaume. Du coing confit, de la pomme douce, quelques notes exotiques… C’est déjà un très beau voyage.

La bouche suit suave, tout en rondeurs, en glissades vers la mangue, le kumquat cuit, c’est doux, tendre. Le sucre se révèle vraiment en fin de bouche, s’aplatit sur le palais. Vaincu, le corps se détend, s’alanguit. Une pause, une petite douceur qui fait du bien.

D’autant plus bienvenue qu’elle est unique. un peu de grâce, un peu de magie du vin, d’internet, et des vignerons poètes.

Merci Nicolas de m’avoir rappelé un court instant qu’avant d’être un produit mercantile, avant d’être ce liquide sur lequel on débat, le vin est aussi ce rêve, cette part d’utopie, où seuls l’espoir et le cœur du vigneron comptent et le font exister, pour ce qu’il est: un moment de plaisir, gravé dans le temps.

Je crois que je retrouve à travers ces gens passionnés, à travers ceux qui savent matérialiser le bonheur en 75 centilitres, mon papy qui savait de ses grasses et fortes mains sortir les légumes de la terre, les nettoyer, les cuisiner avant de nous les servir. Sa façon à lui de dire « je vous aime ».

Un respect de ce savoir-faire qui n’est pas partagé par tous, hélas.  L’Homme peut être con, dégueulasse, aigri et jaloux.

Toutes mes pensées vont aux vignerons du Clot de l’Oum, dont la vigne a été saccagée hier, méthodiquement, froidement. Ca ne les consolera pas, ou pas assez, mais pensez à leur acheter quelques bouteilles: un symbole qui en vaut bien un autre.

 

 

 

Publicités

Une réflexion sur “Petite douceur (dans un monde de brutes)

  1. Chère Sand,
    Cher Viticulteur,

    Je vous prie de croire à l’intégralité de mon soutien le plus Profond. Des évènements similaires s’étaient produits, il y a 12 ans, en Alsace.

    Merci à Vous des Plus Profonds, Sand, pour avoir relayé l’information.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s