VDV #86: vins racinaires

ob_302d8f_racinesC’est vendredi, c’est le bordel et c’est aussi « Vendredis du vin ». Chaque mois, il nous est ordonné, nous petit peuple de la blogo, de plancher sur un thème choisi par un président volontaire. Ce mois-ci, c’est le Doc qui s’y colle. Le Doc, comment vous dire? C’est une sorte d’ogre foutu comme un hobbit, le chainon manquant humoristique entre Patrick Sébastien et Kant. Bref, un personnage attachant, énervant, qu’il  critique des restos, ou rende hommage à la bibine.  Son thème est le suivant: les vins racinaires. Wtf, me direz-vous?

Pour ce 86ème rendez-vous, je souhaiterais que toutes les racines s’expriment !!

Que ce soit les racines de la vigne qui vibrent jusque dans vos verres, celles des traditions géographiques et historiques, je veux lire vos orgasmes buccaux liés au métabolisme de vos vins racinaires !!

Pourquoi aimez-vous les vins sur schiste ?!

Pourquoi préférez-vous le pinot du Jura à celui d’Alsace ?!

Vous aimez les bulles ou la craie dans le champagne ?!

Est-ce que vos lieux de naissance et de vie ont influencé vos goûts d’aujourd’hui ?!

Racontez-moi votre vin, ses racines et les vôtres !!

J’ai réfléchi… En fait, ayant lu un peu de travers, j’ai pensé de suite « je l’ai! Je sais de quoi/ qui je veux parler ».

clair

« Clair obscur » c’est la bouteille de gauche, celle où il est marqué clair obscur, donc (c’est bien fait). A droite, le pinot noir rosé « classique » du domaine Kumpf Meyer, très miom itou.

C’est l’histoire d’un mec passionné. Non, de deux. C’est une belle rencontre, sans doute, faite de respect mutuel. L’homme, un peu plus âgé  prend le plus jeune sous son aile, lui apprend le métier. Et puis un jour, la nouvelle incompréhensible: le maître est décédé. L’émotion est là, énorme. Un concours de circonstances, un millésime très/ trop généreux et voilà des raisins qui voient leur destin basculer. Ils feront naître autre chose, une cuvée inédite, un rosé de macération. Mettre ses pas dans les pas du mentor, faire « à sa façon » tout en gardant sa patte. Clair obscur est né. Un « hommage » sans fleurs ni couronnes, juste avec du cœur et beaucoup de raisin. Et c’est joli. Il lui faudra quelques mois pour « se mettre en place », patience et longueur de temps, comme disait Marc Levy.

Du coup, j’ai cherché un peu où étaient les miennes, de racines. Je l’ai déjà raconté: je ne viens pas d’une famille amatrice de vins. Je n’ai eu ni oncle, ni grand-mère ou cousin qui m’apprenne. Je ne suis pas née non plus en Bourgogne, dans le Jura, ou en Beaujolais. Je n’ai pas d’ADN vigneron, même en cherchant bien. J’ai cru savoir à un moment que je détestais le pinot noir et puis il me l’a bien rendu ce salaud: je l’ai adoré, après. J’ai cru ne pouvoir me passer de syrah, et j’ai découvert la négrette. J’ai pensé ne jamais aimer les vins de voile, détester le sucre, ne pas supporter les cabernet-francs: je me suis toujours trompée.  Toujours, toujours, je suis tombée sur le vin qui m’a ébranlée dans mes convictions. J’ai acquis la certitude de ne plus en avoir jamais, des certitudes, des idées toutes faites, des « cépages préférés », des « vins préférés »… Oh bien sûr que mon cœur bat pour certains, mais rien ne dure, rien, vraiment. Je les aime tous, chacun à leur façon, avec leurs histoires et leurs racines.

Car oui, j’avoue finalement, moi, qui n’ai pas de racines vineuses, presque pas de racines tout court (psy de comptoir: ah c’est donc ça, l’absence du père, blablabla) c’est dans celles des autres que j’assure ma solidité. C’est à écouter leurs petites et grandes histoires, c’est à observer la transmission, de père/ mère  à fils/ fille, de maître à élève.

Rien n’est plus fascinant, bien plus que de savoir si tel vin a ce goût parce que ses racines plongent dans le schiste ou le calcaire, rien n’est plus important que les racines des hommes qui le font naitre.

Je vole leurs histoires, patiemment: je tends l’oreille, voire les deux. Je retranscris, je comprends, j’en aime encore plus ce qu’ils font. Leurs racines nourrissent ma plume, et de la plume aux ailes… Oh, comptez pas sur moi pour aller leur dire: ce serait hyper gênant.

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s