Des schlouks et des médailles, pis splash!

Ceci est un coup de cœur

Je vous délaisse, oh gentils lecteurs de ce blog: ce n’est pas de gaîté de cœur mais le temps file, et chaque fois que j’ouvre l’onglet « éditeur du blog », il y a une urgence urgente qui m’appelle.

Pourtant, j’en ai de la matière! Je pourrais vous parler de « l’affaire du slip alsacien » qui ne cesse de me faire rire depuis une semaine. Rire parce qu’il fallait être alsacien pour penser à enterrer des slips dans le vignoble (ces gens mériteraient d’être belges).

Au delà de la blague, il y a une dimension pédagogique qui me plait. Florian Beck-Hartweg a cette intelligence là, utiliser les réseaux sociaux pour expliquer son boulot, sans pontifier, avec une bonne dose de dérision, de cool, qui fait qu’au premier abord les gens sourient, et qu’ensuite, ils observent et apprennent.

L’histoire est ici, en photos pour les curieux.

J’en profite pour parler des « vins libérés »: c’est bientôt, c’est les vacances, c’est l’occasion de boire un schlouk et de causer avec ceux et celles qui font les vins.

Entrée 5€ verre compris
Fiesta avec une myriade de canons nature élaborés par une vingtaine de vignerons alsaciens !
Tartes flambées bio – balade en calèche – musique
Journée suivie d’un diner-concert uniquement sur invitation.
LES VIGNERONS PRESENTS :
Bannwarth – Beck-Hartweg – Binner – Brand – Clé de sol – Dreyer – Durrmann – Fleith – Frick – Geschickt – Ginglinger – Haussher – Kamm – Kleinknecht – Kumpf et Meyer – Lindenlaub – Lissner – Meyer – Rietsch – Riss – Schueller – Les Vins Pirouettes

Dans un autre registre, je pourrais aussi vous parler de cette histoire de « meilleur rosé du monde » (articles ici, ici, et ) suivie de près par cet article affirmant qu’un « mousseux de chez Lidl est aussi bon que du champagne ».

Tout part d’une mauvaise traduction et d’approximations d’un article en anglais, sur le concours Wine and spirits sorti chez Konbini  qui a été repris ensuite par divers journaux avec une titraille plus ou moins affirmative (et donc plus ou moins putaclic) (car oui, quand vous titrez « le meilleur vin du monde est un rosé à 7 euros », y a beaucoup de chances que ça clique sévère).  Si on lit et observe attentivement, on comprend que le vin en question a récolté une médaille d’argent (donc, dans l’absolu, il n’est pas meilleur puisque l’argent n’est pas l’or). L’article de base  dit aussi que: c’est « un des meilleurs » dans la catégorie de vins pas chers (good value). Comparons ce qui est comparable: il s’agit donc de déterminer une sorte de maître-achat dans les vins « pas chers », pas de comparer tous les rosés présentés. Car oui, il est aussi important de souligner qu’il s’agit d’ un des meilleurs vins  DANS LES VINS PRÉSENTÉS.

Pourquoi ça a une importance? Bien que les vins soient nombreux, il faut savoir que ce type de concours s’organise par envoi volontaire du domaine, parfois moyennant en plus une participation (pour les frais d’organisation du concours). Les grandes maisons, celles qui n’ont plus rien à prouver n’ont pas franchement d’intérêt à y participer. D’un autre côté, les vignerons artisans n’en ont pas forcément les moyens. Du coup, la représentativité… Mieux que ça sur ce concours en gros, la moitié des vins présentés sont récompensés d’une médaille, donc j’ai un peu de doutes sur la pertinence du truc. C’est l’école des Fans, comme dans de nombreux concours: il y a des quotas de médailles à distribuer… et elles le seront.

Je ne suis pas en train d’affirmer que tous les concours sont pourris (y en a des biens) mais leurs résultats sont toujours à tempérer, examiner et décortiquer. Ce que le Figaro et d’autres journaux n’ont pas fait, visiblement, se contentant de reprendre l’info sans plus contextualiser que ça.

Quant au mousseux, vu qu’on parle du même concours il s’agit du même mécanisme. Médaille qui ne vaut pas grand chose, avec en plus le bonus de comparer des pommes et des poires, puisque les deux effervescents ne concourent pas dans la même catégorie. Déclarer que les deux se valent parce qu’ils ont eu les mêmes notes est absurde.

Bref: soyez toujours critiques avec ce que vous pouvez lire sur internet, et méfiez-vous des gens qui vous affirment qu’un vin est le meilleur du monde. Méfiez-vous des médailles, aussi, demandez-vous toujours ce qu’elles veulent dire.

Sur ce, gens, hydratez-vous!

Trop fière de mon chemisier à chat, car oui #blogueusemode

Moi, vu que je ne pars pas cet été*, et que donc, pas de piscine au programme, j’ai décidé de faire Splash quand même. Sémillant sémillon qui, foi de Barouillet, ne fait pas rouiller jeunesse (allez allez, rouillez!).

*because beaucoup de travail, encore, mais si vous êtes sages vous le découvrirez à la rentrée!

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur “Des schlouks et des médailles, pis splash!

  1. Bonjour, j’ai découvert le château Barrouillet au salon des anonymousses à Bordeaux. ça fait du bien de boire des vins vivants. Est-ce que vous connaissez ce salon, à Bordeaux?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s