Vous prendrez bien un (Lady )whisky?

On sait à quel point le sujet de la place des femmes dans certains métiers (notamment ceux du vin) m’intéresse. Il était donc quasi évident que « Lady whisky » allait faire partie de mes lectures de rentrée, bien que le livre soit sorti il y a quelques semaines (vieux motard que jamais).

Le pitch est assez simple: il est en quatrième de couv’:

Critique experte internationalement renommée dans le domaine du whisky, Helen Arthur meurt brutalement alors qu’elle était à la recherche, pour sa propre marque, d’un malt aux arômes inédits. Joël Alessandra est affecté par la disparition de son amie.Découvrant des notes laissées dans ses carnets, il décide d’honorer la mémoire d’Helen en partant à la recherche de ce nectar unique et parfait! Commence alors un voyage initiatique en Écosse, qui le conduit à enquêter auprès des plus grandes marques de whisky de l’île d’Islay…

Lady whisky se présente sous forme de bande-dessinée.

Helen Arthur était surement passionnée: en tous cas, elle est  une des premières femmes à avoir infiltré (sic) le monde du whisky, écrivant à son propos, devenant une de ses grandes spécialistes, et créant même « sa » marque. Un parcours hors norme salué dans ce beau livre.  Je crois de plus en plus que ce format BD est très adapté pour les univers sensoriels que sont ceux du vin, des spiritueux, ou de la gastronomie. Le dessin vient appuyer le propos, créer des ambiances, ajouter une saveur aux mots. Encore faut-il que l’histoire soit bien ficelée: c’est le cas ici.

Le « voyage » de l’auteur permet de pénétrer le monde du whisky et des distilleries de façon plutôt agréable, en rencontrant par exemple des maîtres-distillateurs ou des personnages hauts en couleur: si vous vous demandez, il ne s’agit pas d’une fiction, donc oui, ils existent en vrai. Des planches plus « pédago » donnent les rudiments de la fabrication du whisky pour ceux et celles qui les ignorent: cela rend donc la lecture facile et accessible à plein de monde. Le dénouement est un peu attendu, mais ce n’est pas grave: si vous n’avez qu’un demi-orteil dans le whisky, ce livre est une chouette base pour donner le goût d’en découvrir plus.

Si c’est le cas, commencez donc par Lady Whisky et puis tant que vous êtes à vos emplettes, prenez aussi le livre « Tu ne mettras point de glaçons dans ton whisky » de Christine Lambert.

Diablesse à l’écriture virevoltante, piquante mais ultra-pédago, Christine y expose différentes « lois » qui sont censées régir l’univers codifié du whisky… et qu’il est parfois bon de contourner voire de contredire. A feuilleter, relire, garder à portée de main, tant pour les conseils divers et variés que pour le plaisir de la plume.

Après tout ça, si vous ne devenez pas féru de ‘sky  , je sais plus ce qu’il vous faut.

Slainte math!

  • Lady Whisky de Joël Alessandra

Editions Casterman 22 € (Belgique)

  • Tu ne mettras point de glaçon dans ton whisky, de Christine Lambert

Editions Dunod 24 €

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s