Déméter, encore une femme du Vin?

Autre parution de cette rentrée littéraire, à la même maison d’édition que le « (mal) traité de dégustation » d’Olif, voici le  « Précis à l’usage de ceux qui pensent que Déméter n’est qu’une déesse grecque ».

Passées les considérations pratiques  – boudiou quelle idée de faire un titre aussi long sur un si petit bouquin – que contient-il?

Ce précis, composé de textes courts, se présente sous forme d’abécédaire compréhensible et ludique. De A comme « agriculture » à Z comme « zodiaque », en passant par B comme « bouse », il propose d’explorer la biodynamie au travers d’occurrences tour à tour explicatives ou humoristiques, car la biodynamie est avant tout une agriculture biologique, et surtout très sympathique.

                                  Extrait de quatrième de couv’

Et surtout, c’est écrit par une vigneronne. Voilà qui a de quoi nous changer, par exemple et  tout à fait au hasard, des élucubrations d’un Onfray, philosophe de son métier qui aurait peut-être gagné à transporter une fois durant cinq heures des cornes de vaches grouillantes de vie dans sa bagnole, mais je mets la charrue avant les boeufs (bourguignons).

Isabelle Guichard a 49 ans, est viticultrice, et déjà autrice d’un ouvrage sur les « Recettes de vendangeurs ». Elle a par ailleurs créé récemment le micro-vignoble Mourguettes, dont elle pense récolter les fruits avec une première production vers 2020.

La biodynamie expliquée par celle qui la pratique, c’est un pitch alléchant. A l’heure où le simple mot de biodynamie fait encore peur, sourire ou même franchement rigoler, il est bon de remettre un peu les pendules à l’heure.

Non, ce n’est pas une fantaisie de hippies perchés, ou un beau storytelling pour vignerons en quête de valorisation d’une piquette élaborée à peu de frais mais revendue trois fois plus cher.

C’est un type d’agriculture, basé sur une observation des cycles du vivant, sur l’utilisation de plantes et de minerai, qui se nourrit d’expériences, diverses, car chaque vigneron ou vigneronne peut avoir selon le terroir travaillé, selon sa propre sensibilité, un regard, une envie particulière.

Isabelle Guichard en parle d’ailleurs avec beaucoup d’humour, quand elle évoque la confrontation avec le public.

Plusieurs fois, on m’a demandé si je me baladais toute nue dans mes vignes en psalmodiant des borborygmes les soirs de pleine lune, si j’invoquais Steiner à chaque nœud lunaire, ou si je me roulais dans la bouse.

La lecture n’en est pas longue: 74 pages de définitions parfois très pratiques, parfois un peu plus décalées, + quelques pages d’annexe (une lettre ouverte de Jean-Michel Florin à Michel Onfray  – tiens tiens – une liste de livres à consulter et une liste de vins à picoler).

Je n’ai qu’un seul reproche: on parle beaucoup trop de vaches ! Bon, ok, c’est surtout parce que j’en ai la phobie (oui, je sais, no comment), et que le récit d’Isabelle, partie un beau matin chercher en plein champ des bouses au milieu des ruminants, m’a glacée d’effroi. A côté de ça, les vers grouillant sur le plancher de la voiture, c’était de la petite bière, mais je ne voudrais pas spoiler.

Bref, voilà encore une excellente lecture de l’épure: c’est clair, on y (ré)apprend foultitude de choses, on sourit, et pour douze euros, c’est pas cher payé.

Puis, vu l’épaisseur du Précis, vous ne pourrez prétexter un manque de place dans la bibliothèque. Qu’attendez-vous pour porter un autre regard sur la biodynamie et celles et ceux qui la pratiquent? Ah oui, la sortie, le 22 septembre… Z’aviez qu’à précommander, na!

 

Précis à l’usage de ceux qui pensent que Déméter n’est qu’une déesse grecque.

Par Isabelle Guichard, éditions de l’épure, 12 € Sortie: 22/09/2017

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s