Bye Bye*

dav*on fait sobre, un comble sur un blog vins.

Tu n’écris plus? Et ton blog il est en friche? Hé bien oui, pour la seconde question, j’admets: le dernier article remonte au premier juin, et double faute: ce n’est même pas un inédit mais un texte qui date un peu et que j’ai repêché honteusement. Quant à la première: en fait si. J’écris. Tout le temps. Presque tous les jours. Juste, pas ici. Pourtant, ce blog qui va fêter ses six ans (le 21 juillet, fête nationale, belgitude oblige) m’a apporté un tas de trucs: qui aurait pu dire que j’allais bosser pour le Elle ? Et maintenant aussi désormais Elle à Table, *jingle pub* ne loupez pas celui de juillet-août si vous voulez boire des bons rosés et faire des cocktails – oui, j’ai créé des cocktails, tadam – et alors en septembre, je ne vous dis que ça, mais la fierté des sujets choisis est à son maximum. Parce que j’ai beau être une boute-en-train, je bosse très sérieusement à proposer des choses chouettes dans les articles que j’y commets, et nom de dieu, je suis heureuse d’avoir cette chance là.  Qui aurait deviné que j’allais écrire trois livres (et bientôt quatre, avec un sujet qui me tient particulièrement à cœur, dans les bacs l’an prochain si vous êtes sages. Et moi appliquée).  Qui aurait pu dire que mon implication allait conduire à la naissance d’une association, à la voir grandir, évoluer, et créer des connexions entre toutes ces femmes différentes et douées? Pas moi. Pas une seconde je n’aurais pensé que ça allait aboutir à tout ça: je n’ai vraiment rien fait pour. A part écrire, être entière, dire tout, comme si au bout de la connexion internet je m’adressais à des potes, plus ou moins lointains, que j’aurais envie de convaincre de boire du (bon) vin. Et tout s’est enchaîné.

Le job est fait, je crois. Au cours de ces six ans, j’ai reçu plein de vos petits mots, encourageants, touchants. Je m’en suis un peu pris plein la tronche aussi mais c’est de bonne guerre. Je sais que certains d’entre-vous se sont mis à fréquenter des cavistes, se sont mis à goûter pleins de choses, à même aimer le Jura … En revanche, je suis très déçue, je n’ai pas encore eu droit à un récit romantique « on s’est rencontrés grâce à tes conseils pinards/ en lisant ton livre, depuis on a adopté un labrador et on s’aime comme des bêtes ». Le couple, hein, le labrador n’est pas impliqué dans la dernière assertion. Bref.

Hier, c’est une petite meuf qui m’a écrit, du genre badass, je crois. La relève. Une future caviste, d’après ce qu’elle m’a conté. Une nana qui en veut, et bordel, ce que ça fait plaisir. Elle, dans son enthousiasme, m’a confié que j’étais une sorte de modèle.  J’ai pris un sacré coup de vieux, je ne peux pas être un exemple à 25 ans, merde! Et puis me vouvoyer comme si j’étais Yoda… Trêve de billevesées, ça m’a fait un plaisir immense: la nouvelle génération est là. Elle en veut, elle est brillante et elle va botter des culs.

Pareil avec elle: pour ceux et celles qui suivent la page facebook, vous avez du voir passer son blog. Pauline est une toute jeune femme aussi: et, notez d’une pierre blanche cela ne m’arrive pas souvent, je suis happée par son style. Elle, c’est un peu un électron libre. Elle a choisi de vivre à fond sa passion du pinard, naturel qui plus est, et de faire le tour des vignes dans sa camionnette. Avec son chien et une énergie qu’on sent débordante. Ses billets-rencontres sont plein de folie contagieuse, d’humanité, et de curiosité: c’est du feel-good à lire. La relève. Et elle est féminine.

Future is female, c’est pas ça?

Pour moi c’est une sorte de boucle. Il y a six ans, je posais les premiers mots de ce qui allait être cette grande aventure sur un clavier, changé depuis. J’ai parlé de tas de vins, de tonnes de vignerons et vigneronnes, me suis emballée sur un tas de sujets, énervée, l’ai regretté parfois. Mais c’était tellement riche et vivant.  Je crois que j’ai un peu fait le tour de ce que je pouvais proposer ici. Parce que la vie me prend pas mal de temps, parce qu’écrire ici n’est plus forcément ma priorité. Je garde cet espace ouvert, pour le cas où, je changerais d’idée. Parce que ces six ans de blog, six ans de fou rires, de billets, d’insomnies à penser à ce que j’aurais du écrire, six ans à apprendre m’ont fait un bien fou. Mais je ne suis plus blogueuse: plus une vraie, en tous cas. L’ai-je déjà vraiment été?

L’illustration de ce billet est une bouteille de Cocon, de l’Incroyable génie des Fleurs, à Bédarieux. Quoi de mieux qu’un peu de poésie pour se dire au revoir? 

 

Publicités

10 réflexions sur “Bye Bye*

  1. Bye bye et à tout à l’heure sur Twitter, en librairie, en kiosques, à la radio, les occasions restent nombreuses.
    Les blogs n’ont plus la côte, je te comprends, on cause ailleurs maintenant, c’est comme ça. Autres temps, autres mœurs.
    Amitiés
    Bénédicte

  2. Ah non, au moins 2 lignes pour annoncer le sujet des articles dans Elle à table et autres revues quand tu es publiée. Idem pour tes livres.
    J’ai tellement aimé jusqu’à présent ton professionnalisme et ton féminisme qui m’a poussée à fréquenter des caves inconnues et à prendre des cours d’œnologie que je me sentirai frustrée. Vins nature, bio, en biodynamie, faits proprement, je les découvre maintenant sans honte loin de mes copains cavistes ou vignerons des Pays de Loire.
    Non, pas bye bye, mais ailleurs…si tant est que je sache où.

  3. C’était bien mais avec les réseaux sociaux ça perdure encore et puis il y a les livres.Merci pour le blog de Pauline,ses goûts,les articles qu’elle consacre aux vignerons sont passionnants.
    Bon vent et belle suite dans vos projets.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s