A bouchon, bouchon et demi 

Svp, garçons cessez de sentir les bouchons. 
Je m’explique. Je sors de table: très bon resto, une cuisine française classique généreuse, et une carte des vins à tomber. Non seulement elle regorge d’anciens millésimes, mais en sus, ils sont vendus à prix tous doux. 
Notre choix se porte donc, après moults hésitations, sur un Clos Milan 2000. 

Le vin arrive à table, dans les mains du (très jeune) sommelier. Celui-ci éprouve quelques difficultés à sortir le bouchon, visiblement un peu abîmé. Rien de grave. C’est plutôt ce qui suit qui m’inquiète. Il respire le bouchon, son sourcil prend une drôle de position circonflexe. Il hume encore: son air passe de dubitatif à franchement tourmenté. Il a grave le seum. 

Propose de goûter… c’est moi qui prends la main, et le verre. Premier nez un peu fermé, un coup d’air et voilà Milan somptueux, du fruit encore mais supplanté par des arômes d’épices, de tabac, de poivre, et une fraicheur de jeune freluquet… 

Je fais signe de servir, le sommelier est interdit: il me demande si je suis certaine, si le vin n’a pas un problème… 
J’aurais été moins sûre de mon coup, le combo bouchon difficile + air bizarre + questions du sommelier m’auraient fait remballer la bouteille. A l’évier!

Sauf que le vin est magnifique. D’une tenue, d’une longueur, d’une tension superbe. Je suis bluffée. 
C’est alors que je tilte. 

Le bouchon. 

Le garçon a senti longuement le bouchon, c’est ça qui l’inquiétait. Je le saisis, le sens: effectivement, le bouchon sent le moisi, c’est dégueulasse. Bouchonné? Que nenni, le vin n’a pas l’ombre d’un soupçon de trace de contamination. Pur, net, rien qui puisse faire hésiter. 
Et c’est là que je comprends: ce jeune sommelier, tout juste frais de l’école, a appris qu’il fallait toujours sentir le bouchon et s’y fier. Personne ne lui a dit, qu’en cas de doute, c’est le vin qu’il faut goûter. 

Si le bouchon sent bizarre, c’est peut être juste l’humidité de la cave. Il peut, tout poreux qu’il est, avoir pompé une odeur désagréable provenant de l’endroit où il était rangé. 

On se serait privés d’un grand moment, car oui, cela m’arrive de plus en plus rarement mais ce vin là, splendide, m’a mis les larmes aux yeux. 

Un plaisir purement sensuel, où l’on se foutrait presque du fait que c’est le premier «sans soufre» d’Henri Milan. Quoi? Oui, sans soufre. Et d’une tenue, nom d’un petit bonhomme…

Ça, c’est pour les gens qui pensent que l’on ne peut pas faire des natures qui tiennent dans le temps: vous avez tort. Correctement stockés, ils en remontrent à pas mal de vins plus bridés. 

Et par pitié, garçons, cessez de sentir les bouchons. D’abord, parce que c’est trompeur, un bouchon. Je sais, on apprend à l’école qu’il faut. C’est bien pour le show, ça fait pro, impliqué. Mais ça ne fait pas tout. Goûtez, sentez, testez, éprouvez le vin. Faites confiance à vos sens. Le vin vous le rendra. 

Sinon, l’anecdote est d’autant plus amusante que sur l’étiquette figurent… des bouchons. Grand souci des années 2000, sans doute exorcisé de cette façon. 

Top chef 3ème épisode: l’étoile noire

Bienvenue dans l’aventure, fiers guerriers télévisuels: ce troisième épisode contiendra sang, sueur, larmes, suspense et surtout têtes-à-claque, êtes-vous prêts à défier les dangers les plus dangereux de dangerosité?

C’est parti!

Pour cette première épreuve, la prod’ a fait appel à un chef invité: Jean-François Piège. Ne vous fiez pas à son petit air malicieux et coquin car en réalité… Lire la suite

Top chef: 2ème épisode

so1atjjed4hpa

C’est avec cinq jours de retard que je peux enfin visionner ce deuxième épisode de Top Chef. Rappel, en Belgique nous avons 5 jours (CINQ) de décalage horaire, amenez-moi le responsable des fuseaux.

Le

Le « fuseau » étant cette sorte de pantalon très moulant très en vogue au siècle dernier, comme on le voit dans ces images d’archive, quoiqu’un peu floues.

Lire la suite

Top chè féminin…

tomnvdquibi0g

Sinon, hier, j’ai regardé Top chef (et je n’aurais pas du, je le SAIS pourtant). Je précise, pour nos camarades français, chez nous on diffuse en différé: nous avons donc le bonheur de voir les épisodes le lundi suivant la diffusion le mercredi chez vous  (je ne sais pas si je suis claire). Sans doute une mesure de rétorsion face à l’affaire dite du spoiler sauvage d’il y a quelques temps, où les belges bénéficiaient d’une avance d’une dizaine de minutes sur le programme français. Sachez que ça fait donc 5 jours à louvoyer sur les internets et à muter intelligemment pour garder un peu de suspense et d’excitation. Lire la suite