De la musique et des mots*

*humeur du samedi.

J’écris en écoutant Bashung, le temps est à la brume. Après quelques jours presque printaniers, le soleil s’est tu: il reste la musique et les mots.

Cinq ans déjà.

Il n’y a pas beaucoup d’artistes dont la disparition m’a fait fait verser quelques larmes. Darc, bien sûr, Darc et puis Bashung. Je me souviens d’avoir tout de suite pensé à Nathalie, je me souviens de nous deux, un peu désemparées et un peu cons derrière nos écrans. Bashung a accompagné mon début de vie d’adulte,  figure masculine cabossée et terriblement attachante. Lire la suite

Publicités

Mise en Bush*

Guess who’s back, bitches?

Oui, parfaitement, je reprends le clavier. Avec une très bonne nouvelle, et une un peu moins bonne.

Je commence par la très bonne: la crevette est enfin née, elle est parfaite, et je suis très heureuse.

La moins bonne: parce que je suis du genre mère louve, je l’allaite… Et donc, ça va me tenir encore éloignée des bouteilles de vin, un moment. Mais bon, tout vient à point à qui sait attendre, Rome ne s’est pas faite en un jour (Louve, Rome, tu l’as?), et les vaches seront bien gardées. Lire la suite

La taille de mon âme

Il fait partie de mon panthéon de vieux types tristes à voix cailloux. Ils sont quelques uns: pas grand chose en commun, si ce n’est les mots, l’émotion, le souffle. Ceux dont on s’entoure quand on est un peu en dessous. Ou quand on va bien, aussi. Pour retrouver l’amer. Le sel. Y a une dimension, une profondeur. Des dizaines de vies déjà vécues en suspens. Des larmes rentrées. Une retenue jusqu’à la déchirure. Lire la suite