Va y avoir du spore *

*coucou Silmarils

Aller sur Facebook, parfois, c’est souffrir. Je vous vois, tous. Et sachez que je vous déteste, maraudeurs occasionnels, qui chaussez vos bottes et partez, parfois au petit bonheur la chance, mais je soupçonne pas tant que ça, dans les bois, dans vos coins de montagnes, chercher des champignons. Oh, j’espère un peu que vous vous ferez tremper comme des soupes, ou qu’à tout le moins vous glisserez dans une flaque de boue, histoire de tomber séant dedans.

Je calimérote, mais c’est trop injuste. A moi qui n’ai de l’automne que les trottoirs gris de pluie, de l’odeur de la poussière mouillée des villes, du ciel plus bas que les immeubles, qu’est-ce que j’aimerai les troquer contre les senteurs de l’humus, la lumière qui point sous les feuillages, et le sol mou qui se dérobe presque. Lire la suite

Publicités