Le véritable Boulet de Liège*

*et contre toute attente: il ne s’agit pas de moi.

Pas de mystère: je tiens très fort à ma belgitude, et plus encore à mon côté liégeois. Car … et bien ça ne se raconte pas, ça se vit, c’est impalpable. Liège, c’est ma ville, mon coeur, mes racines, ma langue, mon accent. Liège, la cité ardente, les franchimontois, la citadelle, les potales d’Outremeuse, la fosse aux Lions, le Randaxhe… Le meilleur moyen de découvrir tout ça, c’est bien évidemment de venir: visiter le Carré, voir li Torè, boire un peket (ou quatre) au 15 août, faire la guindaille quoi. Lire la suite

Publicités

Quand t’es dans le désert

Aujourd’hui, attaquons nous à un problème épineux: non, pas les belles-mères. La carte des vins au restaurant.

tandem

Merci pour ce moment

Hé oui, le pavé est lancé, l’entends-tu faire un gros floc dans la mare?

Parce qu’il faut bien que je l’avoue: ce qui me fait toujours frissonner, quand je découvre un nouveau resto, ce n’est pas la perspective de mal manger, en général on tombe plutôt bien, c’est la perspective angoissante de ne pas savoir quoi boire. Lire la suite

Bouchons? Et si on serrait la vis? *

Les bouchons… de Liège

*je ne suis pas responsable de ce titre, elle se reconnaitra.

Le bouchon. Plus exactement les bouchons: un moment que ce billet, suggéré par un aimable lecteur à lunettes est sur le feu. Très longtemps. Parce que je ne savais pas par quel bout le prendre. L’article, pas le lecteur, oh.

Première idée, m’en référer au peu que je sais: les bouchons, on les trouve en liège, en plastique, en aggloméré, en verre, à vis, on peut même boucher à la capsule. Oui, mais pourquoi?

Déjà, parce que si tu ne bouches pas une bouteille, elle fuit. C’est malin. Contrairement à ce que l’on peut penser, l’usage du bouchon de liège n’est pas récent: les premières traces attestées remontent au 5ème siècle avant JC. Les amphores (de petite taille) se bouchaient au liège. Ensuite ça se complique… Le tonneau, qui a tendance  à remplacer l’amphore que ce soit pour la conservation ou le transport, d’une part, et d’autre part l’usage d’une cheville de bois recouverte de tissu font que  le bouchage liège s’essouffle. Après un timide retour au 15ème, avec l’essor de la bouteille en verre « bon marché » pour tous, ce n’est qu’au 18ème qu’il revient en force. D’abord parce qu’il va servir à boucher le champagne et ensuite parce que c’est joli ce petit bruit de bouchon qui fait plop (cette version est moins garantie historiquement mais je l’aime). Bref, un malin dépose un brevet pour le « tire-bouchon » en 1795 (bah oui, c’est pas l’tout de boucher, faut déboucher aussi) et voilà notre gaillard liège prêt à reconquérir les orifices. Lire la suite

Idealakon #3: ça m’en bouche un coin

Par un truchement que je ne m’explique pas, alors que j’étais tranquillement en train de réfléchir au nombre effarant de fois où la pub sur le cancer colorectal** passe l’après-midi à la télévision, (l’occurrence harcelante de la dite pub sans doute liée à l’âge moyen du téléspectateur de l’après midi, même si je fais mentir la moyenne. A ma décharge, je ne suis jamais devant l’écran à cette heure là en temps normal)  je me suis mise à penser au bouchon.

Lire la suite