Le 100 de Sand*

100*pardonnez ce titre un peu delonesque, mais c’est pour l’Art.

Et voilà. On y est. Centième billet. Pfiou. Ca fait un peu bizarre, quand même. Cent sujets différents, des énervés, des plus doux, des explicatifs et des rigolos… Pour moi qui me disais: allez, on ouvre un truc on verra bien ce que ça donne. Une dizaine de posts, et puis j’en aurais sans doute marre. Sauf que… Depuis juillet, je prends autant de plaisir à écrire qu’à lire les retours. Même les négatifs. Même les WTF (avouez, la drogue c’est mal). Plutôt que de faire un top 100 des vins que je préfère, forcément compliqué, voilà presque 100 anecdotes ou choses viniques à propos de moi ou du blog.

Ouais. PRESQUE. Lire la suite

VDV#53 Orange pressée*

64802_10151409509229522_1871171335_n

*l’orange est pressée, je répète: l’orange est pressée.

Proposer l’orange comme thème des VDV était un choix osé: fallait que ça embraye, derrière. Je dis ça, j’ai même pas le permis, mais c’est pour la métaphore, hein.

Déjà, février, mois plus court que les autres, précipitait les auteurs potentiels dans les affres de la création sur commande et pressante. En clair: fallait serrer les miches!  Moins de temps pour cogiter, pour goûter et rédiger. Et puis, cette idée de vins oranges. 
Lire la suite

Ca en bouche un coing*

*état du coing bouché, avant d’être bourré comme un (oui, j’ai été chercher loin)

Après juste six mois de blog, et des lecteurs de plus en plus assidus (merci, cher vous tous, vos retours, commentaires, critiques rendent ce blog vivant- encore plus ) faisons un petit bilan:

Le truc dingo, c’est que j’ai commencé par un billet, un peu par hasard, par total coup de foudre pour cette tarée de Floriana. Parce qu’elle me parlait, la nana, à moi, mes tripes, mon amour de l’Italie et des choses bien faites. Parce que je me suis dit, grâce à elle, que je pouvais me servir de mon peu de connaissances du pinard pour la partager et en donner le goût aux gens, même à ceux -surtout à ceux qui n’y connaissent rien. Ça, c’est le kiff total. Les pros n’ont pas besoin de moi, même s’il est gratifiant de les faire rire aussi. Lire la suite