Caviste VS GD: vino à vino*

*t’as vu, un titre presque en rapport, je m’améliore

Je vais aujourd’hui vous parler d’un être sensible et fragile, qu’on devrait selon moi élever au rang des espèces protégées:

Le caviste.

Oh, pas n’importe quel caviste, hein, le bon caviste.

La différence entre un bon caviste et un mauvais caviste?

Ben, le mauvais caviste, il voit un client, il lui file des bouteilles moyennant paiement.

Le bon, ben… pareil, mais lui c’est un bon caviste. Lire la suite

Publicités

Tirade des nez*

La classe à Dallas

*à une époque, je l’ai apprise par cœur, c’était bien

L’avantage d’être enceinte c’est qu’on ne peut plus boire.

Je vois le verre à moitié plein, oui. Le verre que je ne peux pas boire donc.

En fait, la grossesse c’est un peu une école zen où tu serais le seul moine, obligé de te forger ta propre discipline pour survivre. Lire la suite

Vin au féminin: mes couilles, oui*

*la vulgarité, ce sont elles qui ont commencé

Une énième initiative « pour les femmes » ce matin. Fabienne attire mon attention sur le tenue de « Vins au Féminin » un trophée visant à récompenser les vins de femmes, par les femmes, pour les femmes. Je n’avais pas beaucoup d’espoir sur l’intelligence et la pertinence de ce type d’organisation. Mais ça a dépassé toutes mes espérances. Jugez plutôt de la gueule de la fiche de dégustation proposées aux « Girls only ».

Lire la suite

Le 100 de Sand*

100*pardonnez ce titre un peu delonesque, mais c’est pour l’Art.

Et voilà. On y est. Centième billet. Pfiou. Ca fait un peu bizarre, quand même. Cent sujets différents, des énervés, des plus doux, des explicatifs et des rigolos… Pour moi qui me disais: allez, on ouvre un truc on verra bien ce que ça donne. Une dizaine de posts, et puis j’en aurais sans doute marre. Sauf que… Depuis juillet, je prends autant de plaisir à écrire qu’à lire les retours. Même les négatifs. Même les WTF (avouez, la drogue c’est mal). Plutôt que de faire un top 100 des vins que je préfère, forcément compliqué, voilà presque 100 anecdotes ou choses viniques à propos de moi ou du blog.

Ouais. PRESQUE. Lire la suite

Orange intersiderale! *

*Note de Sand: Hier soir j’ai reçu cette contribution sur ma boîte mail. Suivant les règles des VDV, je publie ici. Son auteur souhaite signer de trois MMM majuscules. On lui dit en tous cas merci!

Hier j’ai bu un vin à la belle robe orange. Plutôt trouble, cela laissait place à plein de variations allant du marron au jaune pâle, avec des pointes un peu rose pamplemousse, des reflets de rouille. Complexe et surtout dynamique (des adjectifs que le modem nous avait appris à écarter de cette couleur), à regarder sous tous les angles. Un vieux m’a dit un jour «Ce vin, c’est une pierre incandescente». D’ailleurs vous allez pouvoir très bien ne pas admirer ça sur la photo suivante : Lire la suite

L’Orange selon Stéphane*

* Note de moi (Sand, scribouilleuse habituelle de la PinardotheK): Stéphane aime le pinard (bon point), le saucisson (deuxième bon point) et est AUVERGNAT (personne n’est parfait, mais ça pourrait être pire, il pourrait être aveyronnais). Il n’a pas de blog, donc je l’héberge ici, selon la règle des VDV. Merci Steph de t’être prêté au jeu. Il a même pensé à l’ambiance: on peut écouter le morceau en lisant son billet, deux en un!


C’était il y a 8 jours. La journée s’annonçait des plus rouges. Rouge comme ces roses que je n’offrirai pas, comme cette passion que je n’abriterai plus, rouge comme mes yeux injectés de sang par la haine (non, promis, pas à cause des restes d’une cuite). Oui, nous étions le foutu jour de la St Valentin… Lire la suite

B.D.S.M *

Tu peux être du groupe facebook même.

*comme dans « bon dieu sauvez moi »

Il y a franchement des moments dans la vie où réfléchissant regard plissé en matant l’horizon, d’un air pénétré quoi, je me dis que j’aime me faire du mal.

Sinon, je ne vois pas bien pourquoi j’irais me perdre au SIAL (ndlr : le salon de l’innovation alimentaire, à Paris).

Ou alors, c’est que j’ai vraiment un tempérament aventureux, et que si l’on me dit « Tentons un truc inédit », je fonce. Lire la suite

Des pouilly sur la tête *

*oui, j’ai cherché.

Il y a ces gens qui n’aiment pas le lundi. Genre Claude François, et Bob Geldof. Et puis y a moi.

J’aime les lundis parce que c’est mon jour de congé et donc l’occase de vadrouiller. Quand je ne cours pas les librairies, on me trouve où ? Je vous le donne en mille : chez des cavistes, pardi !

Direction Bruxelles, et un caviste donc. Y déposer quelques caisses de champagne, et puis le rencontrer tiens, parce que voir les gens en vrai, avec des os , de la chair et des sourires, c’est pas mal non plus. Cap chez Tonton Marcel. Lire la suite