VDV #86: vins racinaires

ob_302d8f_racinesC’est vendredi, c’est le bordel et c’est aussi « Vendredis du vin ». Chaque mois, il nous est ordonné, nous petit peuple de la blogo, de plancher sur un thème choisi par un président volontaire. Ce mois-ci, c’est le Doc qui s’y colle. Le Doc, comment vous dire? C’est une sorte d’ogre foutu comme un hobbit, le chainon manquant humoristique entre Patrick Sébastien et Kant. Bref, un personnage attachant, énervant, qu’il  critique des restos, ou rende hommage à la bibine.  Son thème est le suivant: les vins racinaires. Wtf, me direz-vous? Lire la suite

Avec un B comme…

pouiQuand on parle de vins, les vignobles les plus spontanément cités, qu’on soit amateur ou non sont la Champagne, le Bordeaux et la Bourgogne. Cette dernière n’est pas la plus étendue – c’est pas la taille qui compte, c’est le goût, de toute façon- puisque la  Bourgogne viticole c’est 28000 ha de vignes, soit un quart du vignoble bordelais à la grosse louche. La Bourgogne produit certains des vins les plus chers et les plus réputés au monde.
Lire la suite

On sancerre un autre? *

wpid-DSC_2443.jpg*le retour des jeux de mots pourris (qui n’avaient jamais vraiment disparus d’ailleurs).

Aujourd’hui, chers lecteurs, une petite devinette. A votre avis, de quelle couleur est le vin qui se trouvait hier encore (j’avais vingt ans) dans cette bouteille? Attention, pas le droit de googler, juste d’observer.

Tic.

Tac.

Tic.

Tac. Lire la suite

Ce que j’aime dans le Juraaaaaaa*

* Elmer Food and wine beat, le combo

Moi ce que j’aime chez Daniela,  dans le Jura ( pardon) c’est qu’on peut y mettre les doigts y toucher à tout.

Oxydatifs, doux, secs, blancs, rouges. Hep, oui, on fait du rouge dans le Jura. Du bon, même.

Poulsard, trousseau, et pinot noir. Tu retiens bien ça, c’est le trilogie des cépages rouges.

  • Pinot noir, easy, c’est le cépage bourguignon par essence ( tiens tiens, comme le Chardonnay … Les accointances avec la Bourgogne). C’est aussi un des cépages les plus plantés au monde. Le plus galvaudé, sans doute. Le plus trahi, parfois. Quand tu tombes sur un pinot noir tout maigrelet, acide, anémique, t’es forcément déçu.  Tu ne peux pas avoir une idée de ce que donne ce même cépage quand il est bien travaillé : rond, flatteur, sensuel, torero dans l’arène, les fesses moulées juste ce qu’il faut, l’élégance dans les gestes. Je suis fascinée par cette danse qu’ils créent, les toreros, en retenue et en gestes précis, la cambrure creusée, les hanches. Le pinot noir me fascine pareil.

Un bon pinot noir c’est ça dans ton verre : caractère, fruit, race, élégance.

Et dans le Jura, ils savent faire. Lire la suite