Coupe du monde: Portugal et Brésil

Et on continue la coupe du monde du pif, du pinard, du jus, du vin. Parce que sortir de son confort, chausser ses baskets et aller découvrir ce qui se fait ailleurs écarquille les mirettes. Puis qu’on n’aime jamais autant ce qu’on connait déjà que quand on le découvre ailleurs, sous d’autres latitudes.

Deux pays au programme de ces live tweets différés: Lire la suite

Publicités

Je me coupe du monde? Mais pas du pinard!

Tout le monde n’aime pas le foot, c’est un fait. Or, en cette période particulièrement, c’est compliqué d’entretenir des conversations qui tournent autour d’autre chose que le ballon rond. De deux choses l’une, soit vous adorez ça et tant mieux. Soit vous vous en footez, et c’est là que j’interviens. Si on profitait de la coupe du monde pour apprendre des trucs sur les vins?

D’où m’est venue l’idée de live-tweeter pendant les matches histoires, anecdotes et petits trucs sur les vins des pays en présence. Le live-tweet pour ceux qui ignorent l’exercice, c’est raconter en direct et dans la limite des 140 caractères qu’offre Twitter, une histoire.  J’ai regroupé ici les premiers live-tweets, d’autres suivront.

Je vous prépare aussi une surprise pour les huitièmes, mais chut! Lire la suite

Dites: Cleese !

Outre mon amour pour le vin, il y a celui pour le fromage. Et John Cleese. Le climax ayant été atteint le jour où j’ai découvert qu’en réalité John Cleese avait pour vrai patronyme John Cheese. Coïncidence? Je ne crois pas.

Il est donc évident que je me passionne pour les accords vins-fromages.

Et quand l’occasion se présente de partager ça en groupe, je n’hésite pas une seconde. Lire la suite

Laisse cracher ton fils *

monstro1

(c’est moi qui l’ai fait)

Je ne prétends pas détenir la Vérité.

Quoique si tout le monde était tout le temps d’accord avec moi, ça se passerait mieux, je vous assure. Je serais maître du monde, et ce serait réglé. Toute plaisanterie mise à part, je réfléchis, je teste, puis je me fais mes propres idées. Pareil dans mon métier de maman.

(Oui, c’est bizarre, un billet qui parle d’éducation sur un blog de vins, mais z’allez voir, tout est lié).

Donc, je suis maman. D’un petit garçon qui n’est pas parfait, avec qui je ne suis pas parfaite mais auquel j’essaie de donner des bases. Lire la suite

Oxy bon!*

C’est bon pour ce que t’as!

*je fais assez mal l’accent pied-noir, mais c’est l’idée.

Les vins oxy sont très mal connus: oxydatif est un mot qui fait peur. Il a une connotation négative dans la caboche de beaucoup de gens. Parce que quand on laisse un vin classique à l’air libre quelque jours, sans y toucher, il se passe quoi?

Il s’oxyde. Il perd sa saveur, ses arômes, devient désagréable…On dit aussi qu’il est piqué. Pas de panique, je ne vais pas faire un cours de chimie ici, même si c’est passionnant: il faut juste retenir que l’oxygène agit sur les molécules et bactéries présentes dans le vin, notamment sur les bactéries acétiques (les salopes) qui peuvent provoquer ce qu’on appelle la piqûre acétique, autrement dit en langage simple: faire du vinaigre. Et le vinaigre, on n’aime pas ça à part dans la salade. Lire la suite

On dirait le Sud*

*parce que c’en est, patate.

Sous vos yeux ébahis, c’est à une vitesse peu commune que je ponds le compte-rendu de la dégustation grand Sud. Difficile de résumer un aussi vaste sujet en 7 quilles. Quel angle choisir, quels pays, pourquoi? J’ai choisi de ne pas ratisser trop large et de rester en bassin méditerranéen. France, Espagne, Portugal, Italie. Des vins si possibles typés, un vieux rosé de provence pour bousculer, et des péripéties jeu de chaises musicales en zo voort**. Lire la suite

Da-Douro-ron 4*

*comme Rocky, solide.

Dans le Douro, il n’y a pas que d’énormes quintas possédant plusieurs dizaines (voire centaine d’hectares) mais il y aussi quelques « petites » maisons. La quinta do Tedo en fait partie, avec une histoire particulière, et un propriétaire qui la met un peu à part de certaines.

Parce qu’il est bourguignon. Ça arrive à des gens très bien, bon (j’exagère, je sais, on ne taquine que ceux qu’on estime beaucoup, n’est-ce pas?). Et il s’appelle Bouchard. Comme les autres, oui. Forcément, quand on vient d’une famille comme ça, on n’échappe pas au vin. C’est à double tranchant: si on jouit déjà en amont d’une certaine réputation, on est aussi cantonné dans un certain cercle, une façon de faire. Lire la suite

Da-Douro-ron 3*

Va rendre une morue sexy, toi.

*on ne change pas une titraille qui gagne

On se doute bien que si je parle de pinard à longueur de journée (et de nuit, souvent, merci mon métabolisme peu gourmand en sommeil, lui) c’est que d’une façon plus générale je ne crache pas non plus sur les autres plaisirs de table. Plus solides.

Forcément.

J’arrive aussi peu à comprendre les gens qui n’apprécient pas un bon repas que ceux qui disent ne pas aimer le vin. Ca me parait une monstruosité presque, un crime. Lire la suite