VDV#84:Energie!

20160212_092701Je cours après le temps, les chaussettes solitaires et les petites cuillers, les devoirs du môme, les livres de Peppa Pig de la petite, les deadlines, les corrections et mes doigts sur le clavier courent, courent, courent. Du boulot, quatre vies au moins: sans compter les projets et les envies. Lire la suite

Publicités

VDV #78: Peau(x) !

Et pan! Peau!

C’est le thème VDV de ce mois de septembre.  La, les peaux. De raisin, de zob, de balle, peau de chagrin, peau de lait, d’albâtre ou d’ébène: les expressions et qualificatifs ne manquent pas, et permettent de mêler le vin et les mots.

Parlez-moi donc de ces peaux usées, burinées, des mains, des pieds, du hâle des vigneron(ne)s. De celles de ces baies épaisses ou diaphanes, qui contiendront -peut-être- l’essence du vin. De la peau en vinification?  Des ces vins que vous buvez à fleur-de-peau, de ceux qui vous tannent, de ceux qui vous donnent la peau velours. De ceux qui en sont presque une seconde. Parlez-moi de ces minutes-là, de ce que ça fait à votre peau, juste avant la chair. Mettez-vous dans la peau d’un personnage du vin, pourquoi pas? Osez, écrivez, racontez: vos mues, vos transformations, vos peaux diverses et vivantes. Il n’y a que les morts qui ont tous la même peau, pas vrai Boris?

On peut donc partir dans plusieurs directions, j’en ai pris trois.  Lire la suite

VDV #78 : Peau(x)

AFleurDepeaux

Après un peu de vacances, les Vendredis du vin sont de retour, les petits gars. Grand jeu-défi de la blogo pinardière, qui s’agite en tous sens pour proposer chaque dernier vendredi du mois un ou des vins en cohérence avec le thème choisi par le ou la Président(e) du mois. Double occasion de se féliciter, c’est moi qui assume la Présidence  de Septembre aidé de mon fidèle écuyer Sancho DavidLire la suite

VDV #74: le vin qui a des haltères *

vinnat

*un thème musclé *

Ce mois, c’est l’excellent – pas moins, il est très bien, lisez son blog- Fred du Vortex qui nous impose:

Soyez les chantres des vins simples qui vous désaltèrent. Le blanc vif qui, à grandes gorgées, dissout le gras de la tartiflette hivernale. Le rouge qui glisse et dessale le palais d’un casse-croûte saucisson jambon cru pâté fromage. Le rosé « bien frais, bien agréable » qui, sous le cagnard de l’été, évite la déshydratation devant le barbecue brûlant. Pour cela, il suffit de rédiger un texte avec une petite photo sur votre vin de soif. Dans ce petit texte, n’oubliez pas :- D’annoncer le thème des Vendredis Du Vin. – De Faire un lien vers le blog du président du mois (ma pomme) et vers le blog des Vendredis du Vin. Publier votre participation le Vendredi 27 mars sur votre blog, sur la page Facebook des Vendredis du Vin et sur celle de l’événement. Si vous n’avez pas de blog, ou pas de compte Facebook, vous pouvez m’envoyer vos textes et photos par mail (ftruchon.ft@gmail.com) ou poster votre participation en commentaire ici. Sur Twitter, vous pouvez publier avec le hashtag #VDV.

Bien entendu, fidèle à moi-même, je n’ai pas pu m’empêcher de fiche un jeu de mot dans le titre, il me pardonnera, hein, Fredou?

Il a raison: les gens sont à cran, on a bien besoin, en ce début de printemps d’un immense câlin autour du vin, sans intellectualiser, sans tomber dans les sempiternels et fatigants débats, on a besoin de ces jus clairs avalés en moins-de-deux, et de grosse marrade avec les potes.

Alors quoi, lequel?

Du rouge léger qui glisse?

Du rosé frais comme un baiser ?

Du blanc simple, mais suffisamment nerveux pour pas que tu molisses?

Mettez-m’en un, mettez m’en deux, mettez m’en trois! Au diable les varices !

Commençons par le rouge. 

Drôle d’étiquette, je sais. Drôle d’histoire. Je reçois un échantillon: on me dit, tu verras, c’est le petit frère du château, on a voulu faire une cuvée un peu facile, plus accessible. Je goûte: c’est épatant ! Plein de fruit, avec une fraîcheur à laquelle je ne m’attendais pas. Ça claque, et ça coule tout seul: la bouteille est vidée en trois-quart d’heure maxi. Puis je reçois un coup de fil:

« Ecoute, on a un souci. Notre étiquette est trop ressemblante avec celle d’un autre vin, et même si ce n’est pas dans la même appellation, on va devoir ré-étiquetter, sans doute renommer ce vin. »

wpid-img_20150316_202940.jpg

indice

Procédures, quand vous nous tenez. Ce n’est pas le premier vigneron qui doit y faire face, au Mas del Périé Fabien a du par exemple renommer sa cuvée La Pièce. Du coup, le vin restera mystère, jusqu’à ce que cette histoire d’étiquettes soit réglée. Mais promis, je vous en parle dès que c’est possible.

En blanc, je voulais du tonique, du frais, du vif, du qu’on boit sans craindre le mal de crâne et sans regret.

Paf je l’ai ! Un vin de moselle, qu’on boit même sans tonnelle, la vie est belle! La toute jeune vigneronne Eve – et son père, et ses frères- produisent rouges, blancs et effervescent. Elle est même devenue une Tronche, la nana.

De nana à ananas, il n’y a qu’un auxerois (pardon). Celui-ci issu des plus vieilles vignes du domaine bluffe. Son fruit exotique, son charme, sa légèreté, comme une bulle de printemps qui t’éclate à la gueule. T’en redemandes, forcément. Y en a plus, forcément.

Go on Eve, on tient la genèse d’une belle histoire!

vigne

Domaine des Béliers, la vigne aux oiseaux, AOP Moselle

Au printemps, au printemps et mon coeur et ton coeur sont repeints au vin blanc: on va donc se rincer au rosé. Celui-là, déjà, il s’affiche classe avec sa jolie bouteille à bouchon verre, s’il-vous-plait. Tu sens bien que c’est pas la quille vulgaire et sucraillonne des soirées campings. Alors, tarin dedans, tu t’attends à de la rectitude, presque de la sévérité bourgeoise. T’as tort: des petits fruits rouges te titillent, tu vas plus loin, sur la langue la fraise s’éparpille, tes papilles frisent, c’est bon, c’est simple comme une belle tranche de pain beurrée de frais. Clap clap, font les palais en émoi.

negly

chateau de la Négly, la Natice, AOP Languedoc 2014

Trois vins de soif, de plaisir, de bonheur, de simplicité.

Un mot à ajouter?

Ah oui: picolez !

Lire la suite

VDV #71: pour qui sonne le gras *

*connard d’Hemingway, va

Notre cher David Président des vendredis du vin de ce mois de novembre, toute à sa truculence toulousaine, nous propose comme thème « le gras c’est la vie ».

Oui, alors que le froid tombe enfin sur nos nuques anguleuses (ou presque), que les efforts de l’été sont déjà loin, il est maintenant temps de faire des réserves. Le gras devient alors un allié de circonstance. L’idée d’un inventaire vinico-calorique des forces en présence, sorte de simple (mais indispensable) manœuvre de dissuasion saisonnière, à l’heure où les tisanes et autres infusions tentent de récupérer la place laissée vacante par les petits rafraichissements que supportent allègrement ces fins de journée baignées d’une chaleur aujourd’hui perdue, semble ainsi un minimum dont doit s’enquérir le web pinardier.

Le gras, ha mon dieulge**, que voilà un sujet dans lequel se lover avec délices. Lire la suite

VDV #69: le vin du premier rendez-vous

Nous sommes le dernier vendredi du mois, déjà! Et c’est l’heure des VDV! Mais kessekessé? L’occasion pour toute plume (et poils) de parler de vin, au travers d’un thème choisi par un/une président(e) éphémère. Ouvert à tous, blogueurs/euses réguliers ou occasionnels, rédigeurs du dimanche ou au long cours. Seule condition: respecter le thème imparti. Comment participer?

Annoncer le thème des Vendredis Du Vin dans votre article.
Faire un lien vers le blog du président du mois et le blog des Vendredis du Vin.
Publier votre participation sur votre blog et sur la page Facebook des Vendredis du Vin.
Si vous n’avez pas de blog, vous pouvez envoyer less textes et photos par mail (la.wine.ista@gmail.com) ou poster votre participation en commentaire sur son blog.

Ceci étant rappelé, plongeons donc avec Audrey dans ce sulfureux #69. Pas question de sexe pourtant, dans ce thème. Ou pas encore…
La Bionda nous invite donc à plancher sur un vin de premier rendez-vous, celui des amoureux, mains moites et tutti quanti.VDV#69 Lire la suite